S'inscrire à la newsletter

Espace Collectivités

Litige avec une administration ? Difficultés avec un permis de construire ? Un administré ?

Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau d'avocats, vous trouverez un Avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe.
Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 160 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre Avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.
 

Le droit de préemption commercial peut-il s’appliquer sur le bâti abritant ledit commerce ? Peut-il s'appliquer à la totalité de l’assise foncière (terrain + bâti) dudit commerce peu importe sa taille ? 

Publié le : 13/11/2020 13 novembre nov. 11 2020
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
Collectivités / Urbanisme / Ouvrages et travaux publics/Construction
Bail commercial La réponse est négative : la commune, titulaire du droit de préemption commercial en application de l'article L 214-1 du code de commerce, ne peut acquérir que le fonds de commerce, le fond artis...

Les droits d'exclusivité dans les marchés publics

Publié le : 18/06/2020 18 juin juin 06 2020
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
Droit public L'article R 2122 – 3 du code de la commande publique rappelle les modalités selon lesquelles les marchés de gré à gré sont possibles en raison notamment de la présence de droits d'exclusivité....

Quid des indemnités des élus des intercommunalités ?

Publié le : 27/11/2020 27 novembre nov. 11 2020
Collectivités / Finances locales / Fiscalité/ Gestion de fait/ Chambre des Comptes
Indemnités des élus Le président et les vice-présidents des syndicats de communes dont le périmètre est supérieur à celui d'un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre peuvent, pour l'ex...

Loi littoral et indemnisation

Publié le : 16/11/2020 16 novembre nov. 11 2020
Collectivités / Environnement / Environnement
Loi littoral Dans un protocole d'accord signé le 6 novembre 2020 à la préfecture de nouvelle Aquitaine, l'État, la mairie de Soulac Sur mer et la communauté de commune Médoc Atlantique ont procédé à l'indemni...

Elections et covid-19 : le taux d'abstention est-il de nature à remettre en cause les résultats du scrutin ?

Publié le : 07/10/2020 07 octobre oct. 10 2020
Collectivités / Services publics / Usagers
Coronavirus
Elections et vote Dans un arrêt du 15 juillet 2020, n° 440055, le Conseil d’Etat prend position : sauf circonstances particulières, une protestation électorale fondée sur le seul fort taux d’abstention du fait de...

L'intérêt commun de la personne publique et du prestataire dans la protection des droits d'exclusivité

Publié le : 09/06/2020 09 juin juin 06 2020
Collectivités
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
Droit public La directive 2004/18 CE détermine les modalités selon lesquelles il est possible pour une collectivité publique de passer un marché de gré à gré pour des raisons tenant à la protection des droits...

Agression d'un maire : le préjudice moral de la commune reconnu

Publié le : 20/11/2020 20 novembre nov. 11 2020
Collectivités / Contentieux / Tribunal administratif/ Procédure administrative
Maire Par un communiqué de presse du 31 juillet 2020, l’association des maires de France condamnait les agressions envers les maires et les élus municipaux : « Cela ne peut être accepté et l’AMF conda...
Permis de construire obtenu par fraude pouvant être retiré sans condition de délai

Permis de construire obtenu par fraude pouvant être retiré sans condition de délai

Publié le : 12/12/2017 12 décembre déc. 12 2017

Un permis de construire obtenu par fraude peut être retiré par l’administration sans conditions de délai.
 
Ce principe rappelé par la Haute juridiction dans un arrêt rendu le 9 octobre 2017, Société Les Citadines, n° 398853, offre l’occasion de revenir sur les règles applicables en matière de retrait d’un permis de construire.
 

Le retrait a en effet rétroactif 

 
Rappelons tout d’abord que le « retrait » d’un acte administratif équivaut à son annulation pure et simple, c’est à dire avec un effet rétroactif.
 
En d’autres termes, l’acte est censé ne jamais avoir existé et n’avoir produit aucun effet de droit.
 
Compte tenu de la gravité d’un tel retrait, le pouvoir de l’administration est strictement encadré.
 

Un permis de construire illégal peut être retiré par l’administration dans un délai maximum de 3 mois

 
En matière de permis de construire, c’est l’article L. 424-5 du Code de l’urbanisme qui fixe le régime applicable en posant deux conditions cumulatives.
 
L’administration peut ainsi retirer unilatéralement un permis de construire obtenu tacitement ou expressément :
 
  • Si le permis est entaché d’illégalité
  • Dans un délai maximum de trois mois à compter de la date de la décision 
 
Précisons que ce délai de trois mois est une spécificité du droit de l’urbanisme.
 
Le régime de droit commun, désormais fixé par l’arrêt d’assemblée TERNON du Conseil d’ETAT (26 oct. 2001, n°197018), fixe en effet à quatre mois le délai de droit commun dans lequel l'administration peut retirer une décision individuelle explicite créatrice de droits, si elle est illégale.
 
Notons par ailleurs que ce régime est désormais également applicable à une décision de non opposition à déclaration préalable. 
 
Notons enfin que l’administration qui entend retirer l’autorisation doit respecter une procédure contradictoire faute de quoi le retrait sera illégal. (CE 23 avril 2003, n°249712)
 

En cas de fraude, l’administration peut néanmoins retirer le permis sans condition de délai

 
C’est ce principe qui est rappelé par le Conseil d’Etat dans l’arrêt commenté :
 
« Si postérieurement à la délivrance du permis de construire, l’administration a connaissance de nouveaux éléments établissant l’existence d’une fraude à la date de sa décision, elle peut légalement procéder à son retrait sans condition de délai »
 
En d’autres termes, un permis purgé du recours des tiers, non retiré par l’administration dans le délai de 3 mois de l’article L 424-5 du Code de l’urbanisme peut néanmoins toujours être retiré unilatéralement par l’administration si ce permis à été obtenu par fraude
 
C’est l’application d’un principe constant en droit administratif : la haute juridiction considère en effet qu’un acte administratif obtenu par fraude n’est pas créateur de droit et peut en conséquence être retiré sans condition de délai.
 
A noter que la fraude doit exister à la date de la décision de l’administration.
 
Autrement dit, l’administration ne peut retirer une autorisation d’urbanisme au motif que le bénéficiaire du permis de construire aurait commis une fraude postérieurement à l’obtention du permis.
 

Fraude quant à la qualité pour déposer une demande de permis de construire 

 
Dans l’espèce soumise au Conseil d’Etat, la fraude ayant conduit au retrait du permis de construire concernait la qualité pour présenter la demande de permis :
 
« que la fraude est caractérisée lorsqu’il ressort des pièces du dossier que le pétitionnaire a eu l’intention de tromper l’administration sur sa qualité pour présenter la demande d’autorisation d’urbanisme »
 
Cette qualité, qui est encadrée par l’article R. 423-1 du Code de l’urbanisme, repose désormais sur une présomption simple dont les termes sont rappelés par le Conseil d’Etat : 
 
« Sous réserve de fraude le pétitionnaire qui fournit l’attestation prévue à l’article R. 423-1 du Code doit être regardé comme ayant qualité pour présenter sa demande. »
 
Or, en l’espèce, la société qui avait déposé la demande de permis de construire en fournissant l’attestation visée ne disposait plus à la date de dépôt de sa demande que d’une promesse de vente caduc et avait en outre connaissance à la date de dépôt de sa demande qu’une promesse de vente en vue de construire sur le terrain objet de sa demande avait été signée par le propriétaire avec une autre société.  
 

Quelques exemples de fraude …

 
Ont été jugé comme étant constitutif d’une fraude justifiant un retrait du permis sans condition de délai :
 
  • La fourniture de documents falsifiés ou faux dans le dossier de demande de permis (CE, 18 déc. 1957)
  • La fourniture de plans erronées (CE 15 mai 2013, Sté civile de construction et de vente Le Clos de Bonne Brise, n° 341235)
  • Une présentation volontairement tronquée de la réalité des avoisinants (CAA Versailles, 7 févr. 2013, Mme Fontaine, no 11VE02922)
 

Ce qu’il faut en retenir :

 
L’administration dispose d’un délai de trois mois pour retirer unilatéralement un permis de construire ou une décision de non opposition à déclaration préalable illégale.
 
Si l’autorisation a été obtenue par fraude, l’administration peut la retirer sans condition de délai.


Cet article n'engage que son auteur.


Crédit photo : © herreneck - Fotolia.com

 

Auteur

ROUSSE Christian

Historique

<< < ... 7 8 9 10 11 12 13 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.