S'inscrire à la newsletter

Urbanisme

Le droit de l'urbanisme est un ensemble de règles et d'institutions établies en France en vue d'obtenir un aménagement de l'espace conforme aux objectifs d'aménagement des collectivités publiques.

Branche du droit public, le droit de l’urbanisme exprime l'intérêt général face à la diversité des intérêts particuliers des constructeurs et des aménageurs
Particulièrement technique, il se traduit par un imposant dispositif législatif et réglementaire qui fait régulièrement l'objet de modifications et d'adaptations (code de l'urbanisme).

Le droit actuel de l'urbanisme est le résultat d'un processus de sédimentation de textes édictés par les pouvoirs publics pour faire face à des problèmes de plus en plus complexes.

Face à cette complexité, le rôle de l’avocat est d’autant plus important.

En droit de l'urbanisme, l'avocat s'occupe entre autre de l'audit de dossiers de permis de construire, d'assistance à la mise en œuvre des outils de maîtrise foncière (délaissement, préemption, expropriation…), d'audit de dossiers de "D.U.P" c'est-à-dire, tout ce qui concerne les infrastructures routières, ferroviaires, il intervient en cas d'assistance juridique à l'élaboration et à la gestion des documents d'urbanisme; dans le contentieux de l'urbanisme et de l'expropriation ...

Par exemple vous voulez connaître les conditions de validité de retrait d’un permis de construire, et les délais de recours ?
Vous voulez connaître les règles régissant les autorisations d’urbanisme ?
Ou, les règles relatives à l’expropriation ? Celles au droit de préemption ?

Mais, l’avocat spécialisé en droit de l’urbanisme peut donc intervenir une fois qu’un contentieux est né, mais également en amont, et jouer son rôle de conseil.
  • Trouver un avocat spécialisé en urbanisme
  • Trouver un avocat en droit de la construction 
  • Trouver un avocat spécialisé dans l'expropriation
  • Trouver un avocat spécialisé dans les autorisations d'urbanisme
  • Trouver un avocat spécialisé en ouvrages et travaux publics

Vous retrouverez dans notre rubrique Urbanisme les thèmes suivants :
Permis de construire / Documents d’urbanisme
Expropriation
Ouvrages et travaux publics / Construction

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche au contentieux du permis de construire, aux règles d’aménagement, aux risques de la construction, aux travaux publics, au document local d’urbanisme, au plan local d’urbanisme, à l’expropriation…

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...
L'expulsion du domaine public en présence d'un bail commercial

L'expulsion du domaine public en présence d'un bail commercial

Publié le : 16/08/2018 16 août Août 2018
Hypothèse particulièrement fréquente, voici celle de l'exploitation d'un local en l'occurrence dénommé «  la guinguette » (mais ce pourrait être « la paillote » ) sur la commune de Saint Suliac.

La commune demande au juge des référés d'ordonner l'expulsion de l'occupant au titre de l'article L521 – 3 du code de justice administrative dont on rappelle qu'il permet, en cas d'urgence et sur simple requête qui sera recevable même en l'absence de décision administrative préalable, au juge des référés d'ordonner toutes mesures utiles.

C'est sur ce fondement que les collectivités propriétaires de leur domaine public sollicitent l'expulsion d'occupants sans droit ni titre.

Dans notre hypothèse, la convention incorrectement dénommée « bail commercial » était venue à échéance au mois de septembre 2016.

Il convenait que les travaux de renforcement d'une falaise proche soient réalisés raison pour laquelle la commune avait d'une part refusé de renouveler le titre d'occupation et d'autre part sollicitait l'expulsion de l'occupant qui se maintenait sur le site.

On rappellera à cet égard que depuis l'ordonnance numéro 2017-562 du 19 avril 2017 entrée en vigueur le 1er juillet 2017, l'autorisation d'occupation n'aurait pu qu’être précédée des mesures de publicité adéquates, en application des articles L2122 – 1 – 4 du code général de la propriété des personnes publiques.

Le premier juge des référés avait considéré que les bâtiments en cause et l'aire de stationnement proche se trouvaient non pas sur le domaine public mais sur une parcelle qui n'était pas en elle-même affectée directement à l'usage du public dès lors qu'elle s’adressait à une clientèle privée.

Sanctionné par le juge de cassation, le juge des référés se voit en effet indiquer qu'il a dénaturé les pièces du dossier et commis une erreur de droit.

La sanction du premier juge, sévère, n'en est pas moi absolument logique.

Le conseil d'État vient donner un indice particulièrement intéressant relatif à la qualification du domaine public.

Il indique qu'il ressort des pièces du dossier soumis au juge des référés et en particulier des procès-verbaux de constat produits tant par l'occupant que par la commune ainsi que du plan annexé et des diverses photographies que la parcelle litigieuse jouxtait une promenade située en front de mer, le long de l'estuaire de la Rance, et accueillait une aire de stationnement publique et des toilettes publiques.

Et le conseil d'État d'en déduire que cela constituait ainsi un élément d' "un espace présentant une unité physique et fonctionnelles affecté à l'usage direct du public. "

Le conseil d'État confirme que cette parcelle n'est « donc pas manifestement insusceptible d'être qualifiée de dépendance du domaine public de la commune. »

En clair, il s'agit en application de l'article L2111 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques d’une dépendance incontestable du domaine public.

Dès lors que ce postulat est posé, il convient de définir ce que sont les modalités d'occupation du domaine public.

Tout d'abord de manière constante on rappellera que l'existence d'un bail commercial sur le domaine public est irrégulière comme contraire à la précarité et au caractère personnel de l’occupation du domaine public.

Puis le conseil d'État fait le constat de ce que, en l'état, l'occupant est sans droit ni titre puisque sa convention est venue à échéance.

Et il est intéressant de constater que, de manière classique aussi, l'occupant prétendait détenir un bail commercial et entendait faire reproche à la commune de n'avoir pas ainsi qualifié le mode d'occupation dont il bénéficiait.

Cela fait écho à un précédent arrêt du conseil d'État en du 19 janvier 2017 numéro 388 010.

Dans cette instance, il s'agissait d'une action portée contre la commune de Cassis au titre d'un bail commercial.

Le conseil d'État rappelle qu'en raison du caractère précaire et personnel du titre d'occupation du domaine public et des droits qui sont garantis au titulaire d'un bail commercial, un tel bail ne peut être conclu sur le domaine public.

Lorsque l'autorité gestionnaire du domaine public conclut un bail commercial pour l'exploitation d'un bien sur le domaine public ou laisse croire à l'exploitant de ce bien qu'il bénéficie des garanties prévues par la législation sur les baux commerciaux, elle commet une faute de nature à engager sa responsabilité.
Cet ensemble jurisprudentiel est particulièrement clair et rappelle d'une part que l'existence d'un bail commercial sur le domaine public est rigoureusement impossible, et que d'autre part nul ne peut occuper une dépendance du domaine public sans disposer d'un titre.

Ce sont les dispositions de l'article L2122 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques.

L'expulsion de l'occupant du domaine public de la commune de Saint Suliac a été ordonnée.

La responsabilité de la commune de Cassis dans l'arrêt du 19 janvier 2017 n'a pas été retenue dans la mesure où elle avait eu le bon sens de conclure un nouveau titre d’occupation en lieu et place d'un précédent bail commercial.

Elle avait ainsi régularisé en quelque sorte la situation interdisant que puisse être recherchée sa responsabilité.

On le voit, les modalités d'occupation du domaine public sont complexes et rigoureuses, comme le sont d'une manière générale les modalités de gestion de son patrimoine par la collectivité, mission pourtant particulièrement importante désormais. 


Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Onidji - Folotia.com


 

Auteur

DROUINEAU Thomas
Avocat Associé
DROUINEAU 1927 - Poitiers
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.