S'inscrire à la newsletter

Rapport Sicard: l'assistance au suicide envisagée

Publié le : 18/12/2012 18 décembre déc. 2012
Le Professeur Didier Sicard rend aujourd'hui son rapport sur la question de la fin de vie. Un débat public est d'ores et déjà prévu à Paris pour janvier 2013.

De l'euthanasie passive à l'euthanasie active?En avril 2005, la France se dotait d''un nouvel arsenal législatif concernant la fin de vie avec la loi Leonetti (loi relative aux droits des malades et à la fin de vie). Cette dernière n'était pas synonyme de légalisation de l'euthanasie active mais proscrivait l'acharnement thérapeutique reconnaissant ainsi l'euthanasie passive.

Aujourd'hui, le Professeur Didier Sicard remet son rapport au Président de la République (France Culture, Journal de 8h). Ce document intitulé rapport sur la fin de la vie est le fruit de nombreuses réunions publiques qui se sont tenues dans de grandes villes de l'hexagone afin de mettre le patient au coeur du débat. En effet, ces dernières années, la question de l'euthanasie était réservée au cénacle des médecins, la problématique a aujourd'hui mué et s'est déplacée pour devenir une véritable question de société.

Le titre du rapport lui-même prend la forme d'un euphémisme tant est épineux la problématique de l'euthanasie. Il ne promeut pas l'euthanasie active qu'il considère comme étant une solution par trop nihiliste et intériorisant des connatations négatives liées à la sénescence. L'assistance au suicide serait envisagée cependant.

Les recommandations de ce rapport se critstallisent plus particulièrement sur la formation des médecins aux soins palliatifs. Le rapport est l'occasion de dresser un constat accablant que la connaissance par les citoyens des dispositions de la loi Leonetti est lacunaire. Un travail de sensibilisation des citoyens est alors encouragé.

Les répercussions de ce rapport et sa transposition en actes législatifs restent encore à l'état des prodromes. Faut-il en conclure comme le faisait Vladimir Jankélévitch que sur la mort il n'y a "plus rien à en dire"? (Quelque part dans l'inachevé, Vladimir Jankélévitch).

Pour aller plus loin :

Emission le Gai Savoir du 24 octobre 2012 diffusée sur France Culture consacrée à Jankélévitch



RAMA Chloé



Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 80 81 82 83 84 85 86 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.