S'inscrire à la newsletter

Réduction de capital social et imposition

Publié le : 21/11/2008 21 novembre Nov. 2008
Dans un arrêt de la chambre commerciale du 23 septembre 2008, les juges viennent éclaircir une zone d’ombre qui concernait les réductions de capital de sociétés et leur imposition.

Répartition des fonds soustraits non soumise aux droits d’enregistrementL’analyse fiscale d’une opération sociétaire peut parfois s’avérer ardue, et les désaccords entre l’administration et les juges, qui ne manquent pas, n’en sont finalement résolus qu’au coup par coup à travers des décisions éparses.

Dans un arrêt de la chambre commerciale du 23 septembre 2008 (N° 07-12493), les juges viennent éclaircir une zone d’ombre qui concernait les réductions de capital de sociétés et leur imposition.

En l’espèce, une société a procédé à deux réductions successives de son capital non motivées par des pertes, et ce par réduction de la valeur nominale des parts.

L’administration qui constata par les procès verbaux d’assemblée une répartition entre les associés des sommes devenues indisponibles analysa la situation comme un partage de biens tel qu’envisagé par l’article 746 du Code Général des Impôts, qui soumet cette opération aux droits d’enregistrement.

Tout le contentieux s’axe ici sur la notion de « partage ». L’article 746 du Code Général des Impôts vise les partages de biens meubles et immeubles, notamment entre coassociés et à quelque titre que ce soit.

A priori donc, il est difficile pour une opération de ce type d’échapper aux droits d’enregistrement, la seule nuance présente dans cet article se traduisant par une expression étrange « pourvu qu’il en soit justifié ».

L’une des seules références à cette notion de partage pouvant apporter un élément de définition figure à l’article 815 du code civil relatif à l’indivision.

Nul ne pouvant être contraint à y demeurer, le partage peut toujours être provoqué. Il est alors considéré que le partage doit être analysé comme un contrat mettant fin à une indivision par la répartition des biens indivis entre les coindivisaires.


L'auteur de cet articleAller sur le site de l'Office Notarial de Baillargues. Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 804 805 806 807 808 809 810 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.