S'inscrire à la newsletter
Force majeure

Report de l’audience d’adjudication pour force majeure

Publié le : 25/03/2020 25 mars mars 2020
En cette période de crise sanitaire liée au COVD-19, la notion de force majeure est d’une brulante actualité.
Mais cette problématique est très régulièrement invoquée devant les juridictions, même en dehors des crises sanitaires.

L’arrêt rendu par la  2ème Chambre civile le 5 décembre 2019, numéro 18-24.387 en est une illustration.

On sait que l’article R. 322-28 du code des procédures civiles d’exécution dispose que « la vente forcée ne peut être reportée que pour un cas de force majeure ou sur la demande de la commission de surendettement… ».

La loi encadre donc strictement les cas dans lesquels l’audience d’adjudication peut faire l’objet d’un renvoi.

Soit à la demande de la commission de surendettement, soit sur justification d’un cas de force majeure.
Traditionnellement, la force majeure est caractérisée par un événement imprévisible, irrésistible et extérieur.

La Cour de cassation fait une stricte application de ces critères, notamment dans le cadre de la saisie immobilière.

Dans l’affaire qui a donné lieu à l’arrêt du 5 décembre 2019 (numéro 18-24.387), la deuxième chambre civile de la Cour de cassation approuve la Cour d’appel de Versailles qui avait estimé que ne constitue pas un cas de force majeure justifiant le report de la vente forcée, l’appel du jugement d’orientation et le recours ultérieur du débiteur, puisque ces recours ne présentaient aucun des caractères d’extériorité, d’imprévisibilité et d’irrésistibilité retenus par la jurisprudence pour constituer un cas de force majeure.

C’est donc en vain que la banque, créancier poursuivant, a tenté de faire valoir que les recours vains, irrationnels et abusifs du débiteur devant la Cour d’appel s’apparentaient à un cas de force majeure, en estimant que le créancier n’avait pas de moyen de faire obstacle à la saisine du juge.

La règle posée par les textes est stricte et la Cour suprême en fait une application rigoureuse.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

BACLE Florent
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.