S'inscrire à la newsletter

Retards et absences injustifiées du salarié et retenue sur salaire

Publié le : 01/06/2012 01 juin juin 2012
« La retenue opérée par un employeur sur le salaire en raison de l’absence du salarié et à proportion de la durée, ne constitue pas une sanction disciplinaire ».Diminution ou suppression de la rémunération correspondant à une période d’inactivité

L’arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de cassation du 21 mars 2012 précise à nouveau les contours, parfois flous, de la sanction pécuniaire.

En effet, l’article L.1331-2 du Code du travail prévoit que les amendes ou autres sanctions pécuniaires sont interdites et que toute disposition ou stipulation contraire est réputée non écrite.

Ainsi, toute réduction ou suppression de rémunération en liaison avec des faits considérés comme fautifs par l’employeur est interdite.

Mais, comment distinguer la sanction pécuniaire prohibée et de la diminution de rémunération licite ?

La jurisprudence précise que toute retenue sur salaire effectuée en raison d’une faute du salarié constitue une sanction pécuniaire prohibée. A titre d’exemple, sont considérés comme une sanction pécuniaire prohibée le fait de priver un salarié d’une prime de fin d’année en invoquant des faits qualifiés de fautifs (Cour de cassation, chambre sociale, 2 décembre 1992, n°89-43.162) ou la retenue sur salaire consécutive au refus d’assister à une réunion (Cour de cassation, chambre sociale, 19 novembre 1997, n°95-44.309).

En revanche, si la baisse ou suppression de la rémunération correspond à une période pendant laquelle le salarié n’effectue pas son travail et qu’elle est proportionnelle à la durée d’inactivité, elle ne constitue pas une telle sanction. Il en est ainsi de la suppression de la rémunération lors des périodes de grève ou de la mise à pied du salarié. En effet, le salarié n’effectue pas son travail, il ne peut donc prétendre à la contrepartie financière. La retenue sur salaire ne sanctionne alors que l’absence d’exécution de ses obligations par le salarié et non une faute du salarié dans l’exécution de son activité.

Dans l’arrêt cité, la Cour de cassation reconnaît que la retenue sur salaire en raison des retards du salarié n’est pas une sanction disciplinaire. Elle s’appuie pour cela sur l’absence de prestation de travail effectuée par le salarié. En effet, lorsque le salarié est en retard, il n’effectue pas son travail et ne peut donc prétendre à sa contrepartie financière.

Ainsi, la Cour de cassation précise de nouveau les contours de la sanction pécuniaire.

En effet, par un arrêt du 30 novembre 2010, elle avait déjà jugé que la retenue opérée sur le salaire, à proportion de la durée de l’absence du salarié, ne constitue pas une sanction disciplinaire (Cour de cassation, Chambre sociale, 30 novembre 2010, n°09-43229).

Dans l’arrêt commenté, elle rappelle également que la retenue opérée sur le salaire doit être proportionnelle à la durée de l’absence, sous peine d’être considérée comme une sanction pécuniaire illicite.

Finalement, peu importe qu’il s’agisse d’une mise à pied, d’une grève, d’une absence injustifiée ou de retards du salarié, la diminution ou la suppression de la rémunération ne constitue pas une sanction pécuniaire prohibée lorsqu’elle correspond à une période d’inactivité et qu’elle est proportionnelle à celle-ci.


L'auteur de l'article:Bertrand WAMBEKE, Avocat à Lille.
Avec Charlotte De Boislaville.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © granata68 - Fotolia.com

Historique

<< < ... 89 90 91 92 93 94 95 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.