S'inscrire à la newsletter

Apprentissage, contrat de professionnalisation et rupture anticipée

Publié le : 15/05/2009 15 mai Mai 2009
En l’espèce, il s’agissait d’apprécier la licéité d’une rupture anticipée d’un contrat de qualification consécutivement à l’échec du salarié aux épreuves théoriques du certificat de formation professionnelle de chauffeur routier.

Rupture anticipée d’un contrat de qualificationNotre droit limite considérablement les cas de rupture anticipée d’un contrat de travail à durée déterminée.

L’article L.1243-1 du Code du Travail anciennement article L.122-3- 8 alinéa Ier, dispose :

« Sauf accord des parties, le contrat de travail à durée déterminée, ne peut être rompu avant l’échéance du terme qu’en cas de faute grave ou de force majeure ».

En application de ce texte, la Cour de Cassation exclut la possibilité pour l’employeur de rompre le contrat à durée déterminée par le biais d’une action en résiliation judiciaire dudit contrat.

Se pose alors la question du sort du contrat devenu caduc par l’effet de la disparition anticipée de sa cause.

Loin d’être purement théorique, cette hypothèse peut se présenter en cours d’exécution d’un contrat d’apprentissage lorsqu’après cession de l’entreprise, le nouvel employeur tenu de reprendre les contrats en cours ne peut obtenir l’agrément nécessaire à la formation des apprentis.

Il en est de même en cas d’échec du salarié aux épreuves théoriques survenant en cours d’exécution d’un contrat de professionnalisation alors que ledit échec devrait logiquement provoquer la caducité du contrat de travail par l’effet de la disparition de sa cause.

Dans un Arrêt du 29 OCTOBRE 2008, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation a tranché la question dans un sens conforme à la stricte application de l’article L.1243-1 du Code du Travail.

En l’espèce, il s’agissait d’apprécier la licéité d’une rupture anticipée d’un contrat de qualification consécutivement à l’échec du salarié aux épreuves théoriques du certificat de formation professionnelle de chauffeur routier.

La Cour d’Appel avait considéré que la disparition de l’objet du contrat de qualification ne pouvait justifier la rupture de ce dernier dès lors que ladite disparition ne revêt pas les caractères de la force majeure.

La Cour de cassation rejette le pourvoi de l’employeur au visa de l’article L.1243-1 du Code du Travail au motif que « les conditions de la force majeure n’étaient pas réunies ».

Ainsi, le contrat doit être exécuté jusqu’à son terme sauf accord des parties au sujet duquel la Jurisprudence rappelle de manière constante que la rupture anticipée ne peut alors résulter que « d’une volonté claire et non équivoque ».

Le cas d’espèce soumis à la sanction de la Cour de Cassation présente également un intérêt anecdotique tenant au contenu du contrat de qualification.

Les motifs de l’Arrêt enseignent que le contrat comportait au titre des « conditions expresses d’exécution du contrat » une clause selon laquelle les parties convenaient expressément qu’un second échec aux épreuves du certificat de formation professionnelle serait considéré comme un cas de force majeure rendant impossible la poursuite du contrat.

L’application d’une telle clause ne permettrait nullement de contourner la difficulté alors que la Juridiction saisie devrait la déclarer nulle et de nul effet, la force majeure se caractérisant notamment par son caractère imprévisible.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DANIEL Jean-Philippe
Avocat Associé
SCP FORTUNET & Associés
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 763 764 765 766 767 768 769 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.