S'inscrire à la newsletter
Licenciement pour inaptitude: un danger supplémentaire

Licenciement pour inaptitude: un danger supplémentaire

Publié le : 26/04/2010 26 avril Avril 2010
L’avis d’inaptitude rendu par la Médecine du Travail conditionne le sort du contrat de travail du salarié dont l'état de santé s'est dégradé dès lors qu’il peut entraîner un licenciement pour inaptitude à défaut de tout reclassement possible.

Annulation de l'avis d'inaptitude et conséquences sur le licenciement du salariéToutefois, cet avis est susceptible de recours devant l'Inspection du Travail.



1- La problématique :

Après avoir fait connaître les raisons rendant impossible tout reclassement, l’employeur procède au licenciement du salarié déclaré inapte par la Médecine du travail.

Alors que ce licenciement est parfaitement régulier et justifié au jour de sa notification, sa validité est-elle affectée par l'annulation ultérieure par l'Inspection du Travail de l'avis d'inaptitude contesté par le salarié ?


2- La solution de la Cour de Cassation :

Selon un arrêt du 3 février 2010, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation a été amenée à trancher cette difficulté en rejetant le pourvoi formé contre une décision de la Cour d'Appel d'aix-en-Provence qui avait considéré le licenciement pour inaptitude dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Parmi les différents moyens de cassation soutenus par l'employeur, deux méritaient particulièrement l'attention:

D'une part, en application de l'article L 122-14-3 du Code du Travail (devenu L 1235-1), c'est à la date du licenciement que la Cour devait apprécier le caractère réel et sérieux des motifs invoqués par l'employeur à savoir l'inaptitude du salarié.

Or, à la date du licenciement, cette inaptitude avait été reconnue par la Médecine du Travail, l'annulation de l'avis d'inaptitude par l'Inspection du Travail étant intervenue postérieurement au licenciement.

Tout comme en matière d'autorisation de licenciement des salariés protégés, l'annulation de l'avis d'inaptitude doit amener à considérer que celui-ci est censé n'avoir jamais existé ce qui prive rétroactivement de toute cause réelle et sérieuse le licenciement motivé par cette inaptitude.

D'autre part, le fait d'avoir formé un recours devant l'Inspection du Travail à l'encontre de l'avis d'inaptitude antérieurement à l'entretien préalable au licenciement sans en aviser son employeur devait amener la Cour à considérer que le salarié s’était rendu coupable d’une exécution de mauvaise foi de son contrat de travail.

Selon un attendu lapidaire, la Chambre Sociale écarte ce moyen au motif que la Cour d'Appel :

« a énoncé à bon droit que la salariée n'avait pas l'obligation d'informer l'employeur de l'exercice du recours contre l'avis d'inaptitude; qu’ayant ainsi fait ressortir l'absence de mauvaise foi de la part de la salariée, elle a légalement justifié sa décision ».


3- Conclusions :

Cette jurisprudence semble donc admettre que l’employeur puisse opposer à la remise en cause de la validité du licenciement pour inaptitude, la mauvaise foi du salarié licencié.

Toutefois, la Cour de Cassation maîtrisant parfaitement l'art de refermer immédiatement la porte qu'elle entrouvre, l'on voit mal en pratique comment la mauvaise foi du salarié pourrait être retenue dès lors que son arrêt du 3 février 2010 énonce comme principe que le salarié n'a pas l'obligation d'informer l'employeur de l'exercice d'un recours contre l'avis d'inaptitude.

La mauvaise foi du salarié sera-t-elle alors admise dans l’hypothèse où celui-ci répondrait mensongèrement par la négative à l’interrogation émanant de l’employeur prudent sur l’exercice d’un recours à l’encontre de l’avis d’inaptitude ?

Une appréciation équilibrée des droits et obligations réciproques des parties au contrat de travail devrait dans ces conditions conduire la Cour de Cassation à retenir la mauvaise foi du salarié.

A suivre….





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Chlorophylle

Auteur

DANIEL Jean-Philippe
Avocat Associé
SCP FORTUNET & Associés
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 672 673 674 675 676 677 678 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.