S'inscrire à la newsletter

Contentieux

Les collectivités territoriales (la notion de collectivité locale n'existant plus depuis la révision constitutionnelle de 2003) sont des structures administratives françaises, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis.

Un contentieux peut intervenir avec une Collectivité.
Les litiges intervenant avec une collectivité ne sont pas régis par le droit commun.
En effet, c’est alors le droit public qui s’applique.
Les litiges avec l’administration ne relèvent pas de l’ordre judiciaire, mais des tribunaux administratifs.

Une collectivité peut avoir recours à un avocat.
Pour ces litiges d’une nature particulière, il est nécessaire d’avoir recours à un spécialiste en la matière, habitué à traiter des affaires avec les collectivités.

Par exemple un administré est victime d’un accident du travail et veut mettre en cause la responsabilité de l’administration.

Mais, l’avocat spécialisé en Droit Public peut également intervenir en amont, et jouer son rôle de conseil :
Par exemple, vous êtes élu et vous posez des questions sur les modalités d’exercice du droit de préemption.
Ou bien, vous vous voulez savoir quelle est l’étendue des pouvoirs d’un maire.


Vous retrouverez dans notre rubrique Litige les thèmes suivants :
Responsabilité administrative
Responsabilité civile et pénale de l’élu
Tribunal administratif / Procédure administrative

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux litiges entre une administration et un administré, entre des Collectivités, à la responsabilité des élus, à la procédure devant le tribunal administratif et devant le Conseil d’Etat…

De l’importance de bien choisir les pouvoirs de police face à un immeuble frappé de péril imminent

Publié le : 27/08/2019 27 août Août 2019
Collectivités / Contentieux / Responsabilité administrative
Après l’effondrement de trois immeubles rue d’Aubagne à Marseille et la dénonciation de l’inaction des élus face à la vétusté de certains quartiers populaires, les pouvoirs publics réinterrogent légitimement les moyens dont ils disposent pour faire face aux situations de péril menaçant un immeu...

La marchandisation du domaine public : quel point commun entre le domaine de Chambord et la bière Kronembourg ?

Publié le : 14/06/2019 14 juin Juin 2019
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
L'on sait que l'article L711 – 4 du code de la propriété intellectuelle autorise en son h) la possibilité d'utiliser le nom d'une collectivité, sauf à porter atteinte au nom, à l'image ou à la renommée d'une collectivité territoriale. Cet article dispose :  Ne peut être adopté comme marqu...

Un conseiller municipal délégué peut-il être désigné en cours de mandat ?

Publié le : 28/05/2019 28 mai Mai 2019
Collectivités / Contentieux
A quelques mois des élections municipales, il n’est pas rare que des municipalités décident de modifier l’organisation des délégations et des responsabilités au sein de l’assemblée.   L’article L. 2122-2 du code général des collectivités territoriales, dispose que : « Le conseil municipal déte...
Élu intéressé: le juge administratif valide le PLU

Élu intéressé: le juge administratif valide le PLU

Publié le : 05/01/2017 05 janvier Janv. 2017
La participation d’un conseiller municipal au vote d’une délibération à laquelle il est intéressé vicie-t-elle automatiquement la délibération litigieuse ? Non répond le Conseil d’Etat dans un arrêt du 12 octobre 2016.    

Aux termes de l’article L 2131-11 du Code Général des Collectivités Territoriales :
« sont illégales les délibérations auxquelles ont pris par un ou plusieurs membres du conseil intéressés à l’affaire qui en fait l’objet, soit en leur nom personnel, soit comme mandataires ».

Dans cette affaire, une Commune avait approuvé son nouveau plan local d'urbanisme, lequel avait notamment pour effet d’autoriser le déplacement et l’extension d’une grande surface.

Un opposant au projet avait introduit un recours devant le Tribunal Administratif pour obtenir l’annulation pour excès de pouvoir de la délibération affirmant qu’une conseillère municipale n’était autre que l’épouse du gérant de la grande surface et qu’elle avait participé au vote de la délibération et aux débats ainsi qu’à l’instruction du projet.
Son recours est rejeté. 

Le Conseil d’Etat profite de cette décision pour affirmer une jurisprudence déjà établie :
« La participation au vote permettant l’adoption d’une délibération d’un conseiller municipal intéressé à l’affaire qui fait l’objet de cette délibération, c'est-à-dire y ayant un intérêt qui ne se confond pas avec ceux de la généralité des habitants de la Commune est de nature à entraîner l’illégalité ; de même sa participation aux travaux préparatoires et aux débats précédent l’adoption d’une telle délibération est susceptible de vicier sa légalité alors même que cette participation préalable ne serait pas suivie d’une participation à son vote si le conseiller municipal intéressé était en mesure d’exercer une influence sur la délibération ; que cependant, s’agissant d’une délibération déterminant des prévisions et règles d’urbanisme applicable dans l’ensemble d’une Commune, la circonstance que le conseiller municipal intéressé au classement d’une parcelle ait participé aux travaux préparatoires et aux débats précédents son adoption ou son vote n’est de nature à entraîner son illégalité que s’il ressort des pièces du dossier que, du fait de l’influence que ce conseiller a exercé, la délibération prend en compte son intérêt personnel ».

Ainsi, pour qu’une délibération approuvant par exemple un plan local d'urbanisme puisse être considérée comme entachée d’illégalité au regard de son vote par un élu, intéressé, il faut que l’intérêt de l’élu soit distinct de celui de la généralité des habitants et qu’il ait exercé une influence effective sur la délibération.

Cette décision s’inscrit dans le droit fil de la Jurisprudence du Conseil d’Etat qui avait déjà rappelé que l’intérêt à l’affaire existe dès lors qu’il ne se confond pas avec les intérêts de la généralité des habitants de la Commune (Conseil d’Etat, 16 décembre 1994, requête n°145370).

La simple présence du conseiller municipal ne suffit pas à remettre en cause la légalité des débats au sein du Conseil Municipal, le juge administratif vérifiant si la participation de l’élu a été de nature à lui permettre d’exercer une influence sur le résultat du vote.

Le Juge Administratif opère une véritable appréciation in concreto vérifiant, d’une part, que l’intérêt personnel de l’élu est distinct de celui de la généralité des habitants, d’autre part, que l’élu a bien eu une influence effective sur la délibération.

C’est ainsi qu’une délibération sera illégale lorsqu’un conseiller municipal a pris une part importante aux débats et a participé au vote de la délibération pourtant adoptée par 14 voix contre 13 (Conseil d’Etat, 27 juin 1997, requête n°122044).
Mais également, lorsque même quand l’élu ne prend pas part au vote, il s’avère que sa participation n’a pas été sans influence sur le résultat du vote pourtant acquis à l’unanimité (Conseil d’Etat, 9 juillet 2003, requête n° 248244).

En l’espèce, le Conseil d’Etat a considéré que la délibération n’était pas nulle dans la mesure où la conseillère municipale n’avait pas joué un rôle actif dans les débats et n’avait pas exercé une influence effective sur la délibération.
La Haute Juridiction vérifie ainsi que le conseiller municipal a exercé une influence effective sur la délibération prise par le conseil municipal.

Reste que les délibérations prises en matière d’approbation d’un plan local d'urbanisme peuvent poser, de manière fréquente, la question de la participation de l’élu et la détermination de savoir si l’élu est intéressé et s’il est de nature à avoir influencer la décision.
Plusieurs conseillers municipaux au sein d’un même conseil municipal peuvent être, en effet, dans ce cas.

La question se pose, dès lors, de la validité des délibérations du conseil municipal au regard du quorum puisque la majorité des membres doit être effectivement physiquement présente.
La solution alors, si le quorum n’est pas atteint, plusieurs conseillers municipaux ne souhaitant pas participer au vote ni être présents lors de l’adoption de la délibération approuvant le plan local d'urbanisme au regard du risque « de conflit d’intérêt », de lever la séance et de provoquer une seconde réunion avec un délai d’au moins trois jours francs à laquelle aucune condition de quorum ne sera lors exigée.
Elus, ne vous réjouissez cependant pas trop vite.

Si le Juge Administratif opère une appréciation concrète et vérifie, au cas par cas, que l’intérêt personnel de l’élu est bien distinct de celui de la généralité des habitants, ainsi que son influence effective sur la délibération, cette approche pragmatique n’est pas partagée par le Juge Pénal.

Le délit de prise illégale d’intérêt défini par l’article 432-12 du Code Pénal réprime le fait « par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public de prendre, recevoir ou conserver directement ou indirectement un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a,  au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement. »  
Il est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 € d’amende.
Des dispositions dérogatoires existent pour les communes de moins de 3.500 habitants afin de prendre en considération les spécificités des petites communes souvent rurales.

Pour que le délit soit constitué, il n’est pas nécessaire que l’intérêt pris par l’auteur soit en contradiction avec l’intérêt de la collectivité ni que l’auteur n’ait un quelconque bénéfice de l’opération prohibée ou que la collectivité ait souffert d’un quelconque préjudice.

Si les Juridictions Pénales jugent également au cas par cas les faits qui leur sont soumis, a déjà été jugé coupable le conseiller municipal qui avait participé à la délibération adoptant le plan d'occupation des sols ayant conduit à classer en zone constructible des terres lui appartenant classées auparavant en zone non constructible.

Dès lors, on a tendance à conseiller aux élus de faire preuve de prudence et, pour un élu susceptible d’être qualifié d’élu intéressé, même de manière indirecte à une délibération de s’abstenir de participer aux votes, aux débats et/ou à l’instruction du dossier.


Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © KonstantinosKokkinis - Fotolia.com
 

Auteur

FIAT Sandrine

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.