S'inscrire à la newsletter
Responsabilité architecte

Validité de la clause d'exclusion de la solidarité et de l'in solidum dans les contrats de maitrise d'oeuvre

Publié le : 07/02/2022 07 février févr. 02 2022

Le modèle de contrat qui est diffusé par l’Ordre national des architectes stipule, en son article G 6.3.1, que : « l’architecte assume sa responsabilité professionnelle, telle qu’elle est définie notamment aux articles 1792, 1792-2, 1792-3 et 1792-4-1 du Code civil, dans les limites de la mission qui lui a été confiée et ne pourra être tenu responsable ni solidairement ni in solidum, des fautes commises par les autres intervenants. »

A ce titre, la troisième Chambre civile de la Cour de cassation avait récemment, dans un arrêt en date du 19 mars 2020 (Cass, 3ème civ, 19 mars 2020, n° 18-25.585), confirmé sa position consistant à valider une clause d’exclusion de responsabilité du maître d’œuvre, même, lorsqu’elle tend à exclure la solidarité ou la condamnation in solidum entre constructeurs (Cass, 3ème civ, 14 février 2019, n° 17-26.403 ; Cass, 3ème civ 7 mars 2019, n° 18-11.995 ; Cass, 3ème civ, 17 octobre 2019, n° 18-17.058).

Dans son arrêt en date du 7 mars 2019, la Cour de cassation avait confirmé la validité de cette clause et indiqué que la Cour d’appel avait retenu à bon droit qu’elle n’était pas abusive, en ce qu’elle ne vidait pas la responsabilité de l’architecte de son contenu, dès lors qu’il doit assumer les conséquences de ses fautes et sa part de responsabilité dans les dommages.

Bien entendu, cette clause d’exclusion de solidarité ne peut trouver à s’appliquer en matière d’assurance obligatoire, c’est-à-dire en cas de condamnation sur le fondement de la garantie décennale, s’agissant d’une garantie d’ordre public (Cass, 3ème civ, 18 Juin 1980, n° 78-16096).

Elle trouve par contre son plein effet en matière de responsabilité civile de droit commun.

En application de cette clause, l’architecte ne peut être condamné que dans la mesure de sa quote-part de responsabilité, et tous les autres intervenants à l’acte de construire, également considérés comme fautifs, sont quant à eux condamnés in solidum pour le solde restant dû.

Ainsi donc, la responsabilité de l’architecte ne peut qu’être limitée aux seuls dommages qui étaient la conséquence directe de ses fautes personnelles, en proportion de sa part de responsabilité, de sorte qu’il ne peut être tenu notamment de supporter la défaillance éventuelle d’un co-obligé.

C’est alors que, contre tout attente, la Cour de cassation a indiqué dans son arrêt en date du 19 janvier 2022, que : « Une telle clause ne limite pas la responsabilité de l'architecte, tenu de réparer les conséquences de sa propre faute, le cas échéant in solidum avec d'autres constructeurs. » 

Et elle ajoute que cette clause « ne saurait avoir pour effet de réduire le droit à réparation du maître d'ouvrage contre l'architecte, quand sa faute a concouru à la réalisation de l'entier dommage. »

Sur ce, par ce qui constitue bien un revirement de jurisprudence, la Cour de cassation s’inscrit à nouveau dans la position qui était la sienne en 1980 (Cass, 3ème civ, 18 juin 1980, n° 78-16.096), alors qu’elle considérait que la clause stipulant que la responsabilité de l’architecte à l’égard du maître de l’ouvrage ne sera engagée au titre des dispositions en vigueur, et notamment des dispositions des articles 1792 et 2270 du Code civil, que dans la mesure de ses seules fautes professionnelles sans aucune solidarité ne saurait avoir pour effet d’empêcher une condamnation in solidum entre l’architecte et les entrepreneurs.


Cass, 3ème civ., 19 janvier 2022, n° 20-15.376 
 

Auteur

Karen VIEIRA
Juriste
ANTARIUS AVOCATS ANGERS
ANGERS (49)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK