S'inscrire à la newsletter

Commissaire aux comptes et titres financiers: nouveautés

Publié le : 01/04/2009 01 avril Avril 2009
Un certain nombre de dispositions applicables en droit français relèvent de la transposition d’une directive du 14 juin 2006. Il est institué une nouvelle norme du rapport du Commissaire aux comptes pour les SARL, SNC, SCS et SAS.

Nomination du commissaire aux comptes et réforme des titres financiersUn certain nombre de dispositions applicables en droit français relèvent de la transposition d’une directive 2006/46 du 14 juin 2006, sur la gouvernance et la fusion des sociétés.

Il est institué une nouvelle norme du rapport du Commissaire aux comptes pour les SARL, SNC, SCS et SAS.

Le Commissaire aux Comptes adapte ses diligences à la taille de l’entreprise, sous réserve de diligences complémentaires en cas de révélation d’une question à approfondir.

Ce rapport limité concerne les sociétés dont le total du bilan est de 1,5 millions d’euros, le chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros et un nombre maximum de salariés de 50.

En revanche, le Commissaire aux Comptes a maintenant l’obligation de faire un rapport sur les délais de paiement, ce qui risque d’être un travail considérable puisqu’il doit analyser tous les délais de paiement.

La question sera de savoir s’il doit également analyser les pénalités de retard, soit à 11,37%, 3 fois le taux de l’intérêt légal, soit à 11,50%, 10 points + le taux BCE en EUROPE.

Faudra-t-il intégrer ces pénalités de retard dans le chiffre d’affaires ?


Nomination d'un commissaire aux comptes

Elle est obligatoire depuis le décret du 25 février 2009 pour le cas où la société arrive en cours d’existence à 1 million d’euros de bilan, 2 millions d’euros de chiffre d’affaires et 20 salariés.

A défaut de nomination, la sanction est l’annulation de l’Assemblée Générale, la prescription étant de 3 ans, et le délit d’obstacle aux fonctions de Commissaire aux Comptes.


Titres financiers

Ils ont été réformés par ordonnance du 8 janvier 2009 qui crée la notion de titre financier incluant les valeurs mobilières et instaure des contrats financiers.

L’article L211-16 du Code Monétaire et financier stipule qu’il n’y a pas de revendication d’un titre acquis de bonne foi.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

CLERC Thierry
Avocat Associé
IFL-AVOCATS ROUEN
MONT-SAINT-AIGNAN (76)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 761 762 763 764 765 766 767 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris