S'inscrire à la newsletter

Droit public: les risques de la construction pour les tiers

Publié le : 27/05/2008 27 mai mai 05 2008

Le tiers (usager ou non) victime d'un dommage causé par une opération de travaux publics ou un ouvrage public pourra demander réparation - avant ou après réception - au Maître de l'Ouvrage, au constructeur (entrepreneur, architecte, ... )...

Utilité du référé « préventif »
Le dommage doit être « anormal » (analogie avec le trouble anormal de voisinage du droit privé)

Il s'agit d'une responsabilité sans faute pour le tiers, mais restriction pour l'usager (présomption de défaut d'entretien normal du travail ou de l'ouvrage public) qui doit prouver le lien causal avec son dommage. Le Maître d’Ouvrage devra faire la preuve contraire.

Exemple : lycéen, usager de la voie publique, blessé par un ouvrage public (balustrade d’un lycée) auquel il est tiers.

Exonération si force majeure ou faute de la victime
Ces actions obéissent au régime spécifique des DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS (depuis la Loi du 28 pluviose an VIII).

Le recours s'exerce devant la juridiction administrative (lieu de survenance du dommage), contre le Maître d’Ouvrage ou le concessionnaire de travaux publics (la compétence du Tribunal Administratif (TA) s’étend aux personnes privées qui ont réalisé les travaux publics), sans condition de délai (sous réserve de la déchéance quadriennale), et sans nécessité d'une décision préalable de l'administration.

L’action en garantie du Maître d’Ouvrage relève du TA – mais l’ action de l’entrepreneur principal contre le sous traitant sera portée devant le juge judiciaire ; l’action directe de la victime contre l’ assureur de la personne publique relève également du juge judiciaire – tolérance pour une simple demande d’expertise qui pourra être portée devant l’un ou l’autre des ordres juridictionnels.

Pour ce qui concerne l'action récursoire du Maître de l'Ouvrage à l'encontre de l'entrepreneur, il s'agira d'une responsabilité contractuelle ordinaire jusqu'à la réception, et d'une responsabilité de nature décennale après réception.

L’appel est porté devant la Cour Administrative d’Appel territorialement compétente ; le recours en cassation, au Conseil d’Etat.

Exception : voie de fait (TGI) à distinguer du référé liberté (TA) et de l’emprise irrégulière par exemple en cas d’expropriation annulée.


La réparation consistera en l’octroi de dommages et intérêts, la réparation en nature (démolition) se heurtant le plus souvent au principe d’intangibilité de l’ouvrage public, mais …une ouverture de la jurisprudence paraît se dessiner ! Possibilité de demander une injonction de faireDéchéance quadriennale (4 ans à compter du 1er janvier de l’année qui suit celle de la naissance des droits, soit un 31.12) :

- point de départ : survenance du dommage matériel, consolidation du dommage corporel, 10 ans en matière hospitalière
- interruption : demande, recours, reconnaissance, règlement
- qualité pour invoquer la déchéance quadriennale … !

Détail navrant : bien que s'agissant d'un plein contentieux, le ministère d'Avocat n'est pas obligatoire.

Les solutions sont donc tout à fait différentes - et apparemment plus simples - de celles du droit privé. Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

CHARLES-NEVEU Brigitte
Avocat Associée
NEVEU, CHARLES & ASSOCIES
NICE (06)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 150 151 152 153 154 155 156 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.