S'inscrire à la newsletter
Interprétation jugement

L'interprétation d'un jugement définitif

Publié le : 15/06/2022 15 juin juin 06 2022


 

Lorsqu’un jugement est rendu, il devient définitif dès lors que les voies de recours ont été épuisées ou que les délais de recours ont expiré. 
Aux termes de l’article 480 du Code de procédure civile, tout jugement définitif a autorité de chose jugée dès son prononcé. 
L’autorité de chose jugée implique de facto un dessaisissement du juge, qui n’a plus l’opportunité de revenir sur sa décision. 
Mais qu’en est-il lorsqu’un jugement définitif présente des difficultés quant à son interprétation ? 
Quelles voies de recours s’offrent aux parties pour leur permettre d’obtenir une interprétation d’une décision pourtant définitive ? 
Si le juge ayant rendu une décision définitive peut être saisi par les parties d’une requête en interprétation, cette faculté est strictement limitée et encadrée.  
 

Le pouvoir d’interprétation du juge tiré de l’article 461 du Code de procédure civile 

Selon l’article 461 du Code de procédure civile « Il appartient à tout juge d’interpréter sa décision si elle n’est pas frappée d’appel ».

Ainsi, les parties ont la possibilité d’effectuer une requête en interprétation. Cette requête est faite devant la juridiction qui a rendu la décision en question. 

La recevabilité de la requête est soumise à deux conditions : 

- La décision ne doit pas être frappée d’appel : elle doit être définitive ; 
-  La décision doit être obscure : lorsqu’elle est comprise de différentes manières, qu’elle est ambiguë (Cass. Civ. 1, 2 avril 2008, n° 07-11.890 FS-P+B). A défaut, la requête en interprétation sera rejetée (Cass. Soc. 18 novembre 1982, n° 82-42.405, Publié au bulletin).
 

Un pouvoir strictement limité et encadré 

Il appartient au juge, saisi d’une requête en interprétation, d’apprécier la nécessité de procéder à l’interprétation. 
De la même manière, il dispose d’un pouvoir souverain pour effectuer cette interprétation (Cass. Civ. 2, 7 novembre 2019, n° 18-18.364 F-D). 

Il faut bien garder à l’esprit que l’interprétation de la décision ne peut conduire à la remettre en cause ou à solliciter sa réformation, mais seulement à rectifier des « malfaçons mineures ». 

La Cour de cassation l’a récemment rappelé dans un arrêt rendu par la deuxième chambre civile le 22 octobre 2020 (Cass. Civ. 2, 22 octobre 2020, n° 19-16.895, F-P+B+I). La Haute Cour a ainsi souligné que les juges saisis d’une contestation relative à l’interprétation d’une précédente décision ne peuvent, sous le prétexte d’en déterminer le sens, modifier les droits et obligations reconnus aux parties par ces décisions. 

Aussi, la requête en rectification ne saurait donner lieu à une nouvelle instance et modifier les droits et obligations des parties. Elle permet seulement au juge de préciser les termes de sa décision, de l’expliciter et d’en fixer le sens. 
Une modification des droits et obligations des parties porterait atteinte au caractère définitif du jugement et à l’autorité de chose jugée qui est la sienne. 

Le juge saisi d’une requête en interprétation doit donc s’astreindre à ne pas ajouter aux termes de sa décision et se cantonner à éclairer sur le sens desdits termes, à défaut de quoi, il outrepasserait ses prérogatives. 


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Roxane VEYRE
Avocat Collaboratrice
ALQUIE
BAYONNE (64)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK