S'inscrire à la newsletter
La rupture brutale d'une relation commerciale peut être invoquée par un tiers

La rupture brutale d'une relation commerciale peut être invoquée par un tiers

Publié le : 12/10/2011 12 octobre oct. 10 2011

Une société qui rompt une relation commerciale peut se voir attaquer par son cocontractant ou interlocuteur commercial direct mais aussi par l'ensemble des éventuels sous-cocontractants ou acteurs de la chaîne de distribution ou chaîne contractuelle.

Rupture brutale de relations commerciales
Les faits :

Un groupe français d'import-export DENIS FRERES a une filiale française DENIS FRERES et une filiale thaïlandaise dénommée COMMERCIAL COMPANY OF SIAM.

En 1974, CCS est contactée par un fabricant de levures industrielles dénommé LESAFFRE qui envisage de faire distribuer ses produits en Thaïlande.

LESAFFRE contracte avec la filiale française DENIS FRERES chargée d'acheminer les produits en Thaïlande et de gérer les aspects administratifs et comptables des commandes avec la filiale Thaïlandaise CCS.

La Société LESAFFRE contracte donc avec la Société DENIS FRERE qui elle-même contracte avec la filiale Thaïlandaise du groupe.

LESAFFRE constatant, au bout de plusieurs années, une baisse des commandes en Thaïlande, met un terme aux relations commerciales avec la Société DENIS FRERES le 25 mai 1999.

DENIS FRERES juge cette rupture brutale et demande un délai de préavis de deux ans.

LESAFFRE indique en réponse qu'elle accorde un délai de trois mois avant la rupture des relations commerciales.

La société française DENIS FRERES assigne son fournisseur LESAFFRE pour rupture brutale de relations commerciales établies. Cette action n'est pas très originale. Ce qui l'est davantage est le fait que la filiale thaïlandaise CCS forme également des demandes de dommages et intérêts à l'encontre de LESAFFRE alors qu'aucune relations commerciales directes n'existe.

La Cour d'appel de Douai condamne LESAFFRE à payer des dommages et intérêts à DENIS FRERES mais également à la Société Thaïlandaise CCS.

Le fabriquant forme un pourvoi jugeant que la Cour d'appel ne pouvait accorder à un tiers de dommages et intérêts au titre d'une rupture brutale de relations commerciales.


L'arrêt de la Cour de cassation:

La Cour de cassation confirme la décision de la Cour d'appel en rejetant le pourvoi. Elle juge que la Société CCS pouvait demander la réparation de son préjudice pour la rupture des relations commerciales entre LESAFFRE et DENIS FRERES.

La Cour de cassation énonce qu'" Un tiers peut invoquer, sur le fondement de la responsabilité délictuelle, la rupture brutale d'une relation commerciale dès lors que ce manquement lui a causé un préjudice."


Analyse de l'arrêt:

L'impact pratique de cette décision peut être considérable.

Sa portée semble d'autant plus grande que la formule employée est générale et donc applicable a priori dans de nombreuses hypothèses.

La solution adoptée n'est pas en soit juridiquement révolutionnaire. La jurisprudence française admettait de manière récurrente qu'une faute contractuelle puisse être invoquée par un tiers au titre de la responsabilité délictuelle.

La rupture brutale d'une relation commerciale pourrait être vue comme une faute contractuelle. Attention cependant car la notion de rupture d'une relation commerciale est bien plus large que la faute contractuelle. La rupture d'une relation commerciale est donc plus fréquente que la violation d'une obligation d'un contrat.

La décision pourrait paraître dangereuse car elle risque de multiplier les contentieux relatifs à la rupture brutale de relations commerciales établies.

Une société qui rompt une relation commerciale non seulement pourra se voir attaquer par son cocontractant ou interlocuteur commercial direct mais également par l'ensemble des éventuels sous-cocontractants ou acteurs de la chaîne de distribution ou chaîne contractuelle.

La décision de rompre une relation commerciale était déjà risquée mais la position désormais prise par la Chambre commerciale décuple ces risques.

L'impact pratique est d'autant plus important que la notion de rupture brutale des relations commerciales est interprétée de manière assez large par les juges.

L'entreprise devra donc redoubler de précaution. Il semble indispensable avant toute rupture de relations commerciales d'examiner dans quelles conditions la rupture pourra intervenir et les risques inhérents à cette rupture.


Réf. 2011-10-02
Cour de cassation, 6 septembre 2011, Chambre commerciale, pourvoi n°10-11975

Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Mimi Potter - Fotolia.com

Auteur

VIBERT Olivier
Avocat Associé
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 104 105 106 107 108 109 110 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.