S'inscrire à la newsletter
Le retrait d'un associé de GAEC

Le retrait d'un associé de GAEC

Publié le : 07/02/2014 07 février févr. 02 2014

Le retrait d’un GAEC suppose que soit rapportée la preuve d’un motif grave et légitime.

Groupement Agricole d’Exploitation en Commun et retrait d'un associéLe Groupement Agricole d’Exploitation en Commun (GAEC) repose sur le principe de la réalisation d’un travail en commun. L’enjeu important lié à la poursuite de l’activité agricole a conduit le législateur à limiter et encadrer le départ des associés de GAEC.
Lorsque dans un GAEC les relations entre associés deviennent difficiles, et rendent impossible la poursuite de l’activité en commun, l’un des associés peut être amené à envisager son retrait.

L’article L 323-4 al 2 du code rural dispose que « Tout associé peut être autorisé par les autres associés ou, le cas échéant, par le tribunal à se retirer du groupement pour un motif grave et légitime… ».
Si le principe paraît clair, il est plus difficile à mettre en œuvre.

L’autorisation de retrait peut être donnée, soit par les autres associés, à titre amiable, soit par le tribunal de grande instance.

En pratique, les associés sont rarement enclins à autoriser le retrait de celui qui veut reprendre sa liberté, non seulement en raison du conflit qui peut opposer les parties, mais également du fait qu’une telle autorisation pourrait entraîner des conséquences extrêmement dommageables pour l’exploitation agricole mise en valeur par le GAEC :
L’associé retrayant procède à la reprise de ses apports en nature, sauf convention contraire (R 323-38 al 3).
A défaut, il doit être procédé au rachat des parts sociales de l’associé retrayant.
Et surtout le retrait de l’associé entraine la fin des mises à dispositions auxquelles il a procédé au bénéfice du GAEC. (Article L 411-2)
Ce qui veut dire que les associés restant sont dans l’obligation de racheter des parts sociales dans le même temps où les capacités de production sont appelées à être réduites (la fin des mises à disposition signifie la perte de foncier et des éventuels doits à produire qui y sont attachés, c’est-à-dire notamment les DPU ou encore la référence laitière).

L’autre difficulté posée par le retrait d’un associé et la fin de mises à disposition concerne le sort des investissements quelques fois importants qui ont été faits, précisément en considération de la présence de l’associé et des moyens de production qu'il apportait (regroupement de cheptel, extension des bâtiments a usage de production laitière, achat de robot de traite, pour produire un quota devenu important).

Les parties vont donc dans un premier temps discuter pour tenter de régler amiablement le problème, mais un certain nombre de dispositions sont de nature à retarder l’issue de cette tentative :

- L'Art. R 323-44 du Code Rural dispose en effet que les statuts d’un GAEC peuvent prévoir que tous les litiges survenant entre associés sont soumis pour conciliation à l’avis d'une personnalité désignée à l’avance, personne qualifiée dont le nom doit être communiqué au Comité Départemental d’Agrément des GAEC.

- Lorsque les statuts le prévoient, et c’est souvent le cas, ce préliminaire a un caractère obligatoire : la jurisprudence consacre l’irrecevabilité de la demande en justice, si la formalité n’as pas été respectée. Bien mieux, le moyen d’irrecevabilité peut être soulevé pour la première fois en cause d’appel. (Voir sur ce point l’arrêt CA 7ème chambre – 19 novembre 1997 L’Hermite/Leroux Revue Droit Rural 1998 P.443).


Il vient d’être fait référence à la tentative de conciliation organisée par le code rural et les statuts du GAEC, mais l’expérience montre que parallèlement, d’autres tentatives de conciliation sont opérées, notamment par l’entremise du centre de gestion en charge de l’exploitation.
Les semaines et les mois passent, la situation relationnelle entre associés se détériore, parfois gravement, et celui qui veut se retirer, estimant avoir déjà perdu beaucoup de temps inutilement, se résout à demander en justice l’autorisation de retrait qu’il n’a pas obtenue de ses associés.
Dans ce contexte, l’associé désireux de se retirer pourrait avoir la tentation de saisir le juge des référés du tribunal de grande instance afin de demander, en urgence l’autorisation de se retirer d’une société dans laquelle son maintien est devenu impossible.

L’article R 323-38 al.1 rappelle que : « Tout associé peut être autorisé par les autres associés, ou le cas échéant, en cas de refus de ceux-ci, par le Tribunal de Grande Instance à se retirer du groupement pour motif grave et légitime. »
La tentation est alors légitimement d’invoquer les dispositions de l’article 808 du code de procédure civil « Dans tous les cas d'urgence, le président du tribunal de grande instance peut ordonner en référé toutes les mesures qui ne se heurtent à aucune contestation sérieuse ou que justifie l'existence d'un différend ».

Il peut y avoir urgence à séparer des associés qui ne se supportent plus et dont les relations n’ont cessé de se dégrader depuis les premières tentatives de recherche d’accord.
Il existe bien un différend entre les parties.

Reste que le juge des référés n’a pas compétence pour ordonner n’importe quelle mesure.
Au delà de la question de savoir si la demande d’autorisation de retrait se heurte ou non à une contestation sérieuse, il y a le principe de compétence du juge des référés, énoncé à l’article 484 du code de procédure civile :
« L'ordonnance de référé est une décision provisoire rendue à la demande d'une partie, l'autre présente ou appelée, dans les cas où la loi confère à un juge qui n'est pas saisi du principal le pouvoir d'ordonner immédiatement les mesures nécessaires. »

Demander l’autorisation de se retirer d’un GAEC ce n’est pas demander une mesure provisoire. Ainsi que l’on a vu, le retrait de l’associé entraine des conséquences radicales et irréversibles.
Si le juge des référés avait compétence pour autoriser le retrait, jamais le tribunal de grande instance ne viendrait à être saisi puisque l’ensemble du contentieux aurait été purgé.

On rappellera, sur le terrain de l’article 808 du code de procédure civile, qu’il est de jurisprudence constante que ne peut pas être considérée comme une mesure ne se heurtant pas à une contestation sérieuse celle qui consisterait à prendre partie sur l’existence du droit invoqué par le demandeur, que seul le juge appelé à connaître du fond a à apprécier (Cassation Commerce 6/03/1985 Bulletin Civil IV n° 11 ; Gazette du Palais 1985 II PAM 206 ; Obs. GAINCHARD et MOUSSA).

L’exploitant soucieux de voir autoriser son retrait devra prendre le soin de ne pas bruler les étapes, de saisir un conciliateur si les statuts le prévoient, à peine d’irrecevabilité de sa demande judiciaire, et de saisir rapidement le tribunal de grande instance, au fond, seule juridiction compétente pour lui délivrer l’autorisation de se retirer.

Il devra alors prendre le soin de rapidement évaluer les chances de succès de la conciliation, qui peut au besoin se poursuivre une fois le tribunal saisi. Cette prise en compte des délais est importante, dès lors que si la situation au sein du GAEC est telle qu’il faille autoriser les associés à s’en retirer, il est certain qu’il existe une urgence relative à mettre un terme à la collaboration.

Cette relative urgence doit être mise en parallèle des délais de procédure, parfois longs, qu’une procédure peut imposer aux justiciables devant le tribunal de grande instance. Et même s’il existe des possibilités procédurales d’accélérer la procédure devant le tribunal, la procédure ordinaire pourrait contraindre les parties à l’attente plus ou moins supportée.

En conclusion, nous retiendrons que le retrait d’un GAEC n’est pas chose aisée au regard des délais, ni facile au regard de l’exigence d’un motif grave et légitime. Cette constatation devrait faire réfléchir les postulants à la création ou à l’agrandissement d’un GAEC.
On voit trop de mariages de circonstance, souvent motivés par le seul fait que l’on souhaite valoriser les moyens de production dont on est titulaire, mais dont on ne veut plus assumer seul la production.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © KonstantinosKokkinis - Fotolia.com

Auteur

DERVILLERS Julien

Historique

<< < ... 66 67 68 69 70 71 72 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.