S'inscrire à la newsletter
Limitation de la possibilité de breveter un programme d’ordinateur

Limitation de la possibilité de breveter un programme d’ordinateur

Publié le : 15/09/2014 15 septembre sept. 09 2014

Le 19 juin 2014, la Cour Suprême des Etats-Unis a rendu une décision tout à fait importante à propos de la brevetabilité des programmes d’ordinateurs (US Supreme Court, Alice vs CLS Bank).Cette décision intéresse en particulier toutes les entreprises et les acteurs économiques concernés par les inventions dans le secteur des nouvelles technologies et des méthodes commerciales mises en œuvre par un programme d’ordinateur, et plus généralement les acteurs du secteur des logiciels et de l’informatique.


Quel est le contexte ?
Pendant longtemps, l’Office américain des brevets (USPTO), adoptant une vision assez libérale sur le sujet, délivrait généreusement des brevets de logiciels, dès lors que l’invention décrite dépassait l’abstraction pure et qu’elle était utile, s’appuyant pour cela sur la Section 101 du Patent Act selon laquelle il n’y a aucune exclusion légale à la brevetabilité d’un logiciel quiconque invente ou découvre tout produit, procédé, machine ou composant nouveau et utile, peut obtenir un brevet.. »).

En matière de nouvelles technologies, cette vision libérale a favorisé la constitution de nombreux portefeuilles de brevet portant sur des méthodes commerciales mises en œuvre par des procédés informatiques simples, ou encore des procédés informatiques relativement peu sophistiqués. Cela a aussi conduit à l’émergence des patents trolls, qui sont ces sociétés qui rachètent des portefeuilles de brevets pour en maximiser l’exploitation en forçant les acteurs du marché, notamment des nouvelles technologies, à signer des licences, sous peine et parfois sous la pression d’une action judiciaire.

En Europe, au contraire, il existe un principe d’exclusion de la brevetabilité des logiciels « en tant que tel », ce qui n’empêche toutefois pas l’Office Européen des Brevets (OEB) de délivrer de nombreux brevets pour des inventions mises en œuvre par un logiciel, dès lors qu’il est démontré ce qu’on appelle un "effet technique supplémentaire " : « Un programme d'ordinateur revendiqué en tant que tel n'est pas exclu de la brevetabilité s'il est capable de produire, lorsqu'il est mis en œuvre ou chargé sur un ordinateur, un effet technique supplémentaire allant au-delà des interactions physiques "normales" existant entre le programme (logiciel) et l'ordinateur (matériel) sur lequel il fonctionne », écrit l’OEB.


Que dit la Cour Suprême américaine ?
Le brevet Alice était un brevet portant sur une méthode et un système de dépôt fiduciaire, c’est-à-dire un concept d’utilisation d’un séquestre pour réduire un risque financier (exemple : (1°) X veut prendre livraison d’un bien auprès de Y en payant un prix, mais n’a pas confiance dans Y pour la délivrance du bien, (2°) Y accepte de livrer en recevant un prix, mais n’a pas confiance dans X quant au paiement, (3°) X et Y utilisent un intermédiaire de confiance (Z), qui va sécuriser la transaction entre eux).

Dans la continuité des décisions américaines antérieures qui avaient déjà commencé à restreindre la délivrance de ce type de brevets (ex, décisions Bilski, 2010 ; Mayo, 2012), la décision Alice juge que le concept en cause (tel que décrit ci-dessus) est une forme de relation commerciale connue depuis longtemps dans le secteur des affaires, et constitue une idée abstraite non brevetable. La Cour ajoute que la simple mise en œuvre d’une telle idée par un logiciel « générique » est insuffisante pour satisfaire aux conditions de brevetabilité du droit américain.

Le brevet est donc annulé.


Quelles conséquences ?
Contrairement à ce que certains ont pu commencer à écrire à propos de cette décision, l’arrêt Alice n’est pas un arrêt de mort pour les brevets logiciels ou de méthodes commerciales, mais témoigne en revanche d’un souci évident de la Cour Suprême de mettre un frein supplémentaire à l’obtention de ce type de brevets, en les réservant aux véritables innovations technologiques. L’Office américain continuera à délivrer des brevets de logiciels.

En revanche, les brevets très généraux, pauvrement rédigés ou argumentés ont du souci à se faire, et les Cours américaines vont certainement annuler plus aisément ces titres. Cela a d’ailleurs commencé, plusieurs cours ayant annulé, au mois de septembre, des brevets logiciels, en tirant les enseignements de l’arrêt Alice.

D’un point de vue général, on peut également dire que, par l’exigence demandée désormais par la Cour américaine que le logiciel mis en œuvre ne soit pas «générique », la Cour rapproche ainsi sa position américaine de celle de l’OEB, favorisant une harmonisation de points de vue entre l’Europe et les USA s’agissant des conditions de délivrance de ce type de brevets. Les déposants de ce type de brevets cherchant souvent à protéger leurs inventions des deux côtés de l’atlantique, la décision Alice peut contribuer à gommer la différence trop grande de régime de protection entre les USA et l’Europe sur la question.

Il faudra suivre avec attention la manière dont l’Office américain des brevets (USPTO) mettra en œuvre la décision.

Dans l’intervalle, il faut conseiller aux déposants de brevets concernés d’apprécier toutes les conséquences de cette décision sur leurs brevets, mais aussi sur leurs politiques de dépôts et les techniques de rédaction des revendications aux USA, ceci afin d’éviter de connaître le sort du brevet Alice.

Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Photo-K - Fotolia.com

Auteur

HERPE François
Avocat Associé
CORNET, VINCENT, SEGUREL PARIS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 58 59 60 61 62 63 64 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.