S'inscrire à la newsletter

Liquidation judicaire et pouvoirs du Juge de l'exécution

Publié le : 05/02/2008 05 février Fév. 2008
Le décret du 28 décembre 2005 pris pour application de la loi de sauvegarde du 26 juillet 2005 reprend comme celle-ci les dispositions antérieures relatives à la vente des actifs immobiliers des débiteurs en liquidation judicaire en prévoyant que la vente, si elle est aux enchères, se fera comme en matière de saisie immobilière.

La liquidation judiciaireLe décret du 26 juillet 2006 réformant la saisie immobilière a bouleversé l'articulation savamment construite lors de la législation de 1985.

En effet, désormais la saisie immobilière connaît d'une audience d'orientation qui a lieu dans tous les cas et à laquelle le débiteur est assigné à y comparaître.

Le juge de l'exécution rendu compétent par le décret précité a le pouvoir d'orienter la procédure soit vers une vente amiable sur autorisation judiciaire, soit vers une vente forcé et il décide dans ce dernier cas des modalités de la publicité.

C'est exactement les mêmes pouvoirs que le juge-commissaire de la liquidation judicaire et un conflit de compétence pouvait naitre de cette discordance, surtout que le débiteur en liquidation judicaire étant dessaisi de son patrimoine c'est le mandataire judiciaire qui agit pour lui, saisit le juge-commissaire mais ne peut s'assigner lui-même devant le juge de l'exécution.

Le Juge de l'exécution de Brest, sans doute guidé par un souci de permettre au débiteur de se racheter a jugé le 20 septembre 2007 qu'il avait le droit de revenir – en cas d'éléments nouveaux – sur la décision de vente aux enchères du juge-commissaire et autoriser la vente amiable, ce qu'il n'a pas fait en l'espèce les conditions imposées par le texte n'en étant pas remplies.

Le Juge de l'exécution d'Aix-en-Provence, lui dans un jugement du 17 septembre 2007, a appliqué strictement la répartition des pouvoirs en considérant que, vu la décision du juge-commissaire fixant les modalités de la vente, de sa publicité et la mise à prix ne pouvait que fixer la date de la vente forcée. C'est aussi la position du juge de l'exécution de Marseille.

Il ne semble pas qu'une Cour d'appel ait été saisie et il reviendra à l'une d'elles puis à la Cour de Cassation en dernier ressort de statuer sur cette question délicate née d'une disharmonie du législateur.

Liens- Liquidation amiable.
- Liquidation judiciaire.
- Le juge de l'exécution.
- Saisie.
- Réforme de la saisie immobilière. Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

PROVANSAL Alain
Avocat Honoraire
SELARL PROVANSAL D'JOURNO GUILLET & Associés
MARSEILLE (13)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 860 861 862 863 864 865 866 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.