S'inscrire à la newsletter

Nicolas Sarkozy veut supprimer le non-lieu psychiatrique

Publié le : 24/08/2007 24 août août 08 2007

Nicolas Sarkozy s'est dit prêt vendredi à « faire évoluer la loi » pour que les criminels considérés comme pénalement irresponsables par la justice puissent quand même être jugés dans le cadre d’un procès.

« Un procès, ça permet de faire le deuil »
Le président de la République Nicolas Sarkozy a lancé l'idée de réfléchir à la possibilité d'organiser un procès lorsque l'auteur d'un crime a été déclaré pénalement irresponsable. « S'il faut faire évoluer la loi, je suis prêt à la faire évoluer », a-t-il déclaré lors d'une visite à l'hôtel de ville de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). « Un procès, ça permet de faire le deuil », a ajouté le chef de l’Etat, qui a dit avoir téléphoné quelques minutes plus tôt à ce sujet à la ministre de la justice Rachida Dati. Il avait rencontré auparavant, en compagnie de la ministre de l'intérieur Michèle Alliot-Marie, des membres de la famille de deux aides-soignantes assassinées par un déséquilibré en 2004 dans un hôpital psychiatrique de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Supprimer le non-lieu psychiatrique
« Que veulent ces familles ? Qu'il y ait un procès. Que veulent ces familles ? Pouvoir faire le deuil. Qu'on ne leur explique pas qu'il y a un non-lieu parce que quand vous avez votre femme ou un membre de votre famille qui est assassiné, qui est égorgé ou qui est décapité, et que la justice vous explique qu'il y a un non-lieu, c'est-à-dire que l'événement n'a pas eu lieu, imaginez quels peuvent être les réactions des victimes », a-t-il précisé. « Michèle Alliot-Marie et moi, nous avons voulu les écouter, les entendre, comprendre ce qu'ils voulaient, et peut-être s'il le faut faire évoluer la loi pour que, y compris lorsqu'il y aura irresponsabilité pénale déclarée, le procès puisse avoir lieu », a-t-il repris.

Une idée qui entraînerait la modification de l'article 122-1 du code pénal
L'article 122-1 du code pénal dispose notamment que « n'est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d'un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes ». En 2003, l’ex-garde des sceaux Dominique Perben avait chargé une commission de réfléchir à la possibilité d'organiser une audience publique qui permettrait, faute de pouvoir le condamner, de désigner symboliquement l'auteur des faits bien qu'il ait été déclaré pénalement irresponsable en vertu de cette disposition. M. Perben s'était défendu de vouloir « juger les fous », expliquant vouloir prendre en compte la frustration des familles des victimes.

En savoir plus...
Ligue des Droits de l'Homme :
La santé mentale en prison

Psy-desir.com :
Les Psychiatres sont-ils responsables de la raréfaction des non-lieux psychiatriques ?





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 160 161 162 163 164 165 166 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.