Non respect des délais dans le cadre d'une procédure de licenciement

Publié le : 12/06/2009 12 juin Juin 2009
Le non-respect d'un délai conventionnel de saisine d'un organisme consultatif ne constitue pas la violation d'une garantie de fond, sauf si cette irrégularité a eu pour effet de priver le salarié de la possibilité d'assurer utilement sa défense.

Licenciement sans cause réelle et sérieuseDans un arrêt du 3 juin 2009, la chambre sociale de la Cour de cassation juge que « Le non-respect d'un délai conventionnel de saisine d'un organisme consultatif [disciplinaire] ne constitue pas la violation d'une garantie de fond, sauf si cette irrégularité a eu pour effet de priver le salarié de la possibilité d'assurer utilement sa défense devant cet organisme ».

Cette décision est rendue à propos du licenciement d'un salarié ressortissant de la convention collective nationale des réseaux de transports publics urbains de voyageurs, qui met en oeuvre une procédure de protection des salariés avec la consultation obligatoire d'un conseil de discipline avant le prononcé d'un licenciement.
L'employeur doit aviser le salarié de sa comparution devant le conseil de discipline huit jours au moins avant la réunion de ce conseil.

En l'espèce, l'employeur n'avait avisé le salarié de sa comparution devant le conseil de discipline que cinq jours avant la réunion.

Le salarié saisit alors la justice pour contester la validité de son licenciement.
La cour d'appel de Montpellier fait droit à sa demande, et juge le licenciement sans cause réelle et sérieuse, entraînant l'indemnisation du salarié et la condamnation de l'entreprise à rembourser aux Assedic les allocations de chômage versées au salarié dans la limite des six premiers mois.

L'employeur se pourvoit en cassation.

La chambre sociale de la Cour de cassation censure l'arrêt d'appel sur ces deux éléments:

D'une part, elle décide que le non-respect du délai de convocation doit avoir nui à la présentation de sa défense par le salarié pour vicier le licenciement.

D'autre part, elle décide que « l'absence de motivation du conseil de discipline qui résulte de ce que ses membres n'ont pu se départager n'a pas pour effet de mettre en échec le pouvoir disciplinaire de l'employeur et de rendre irrégulière au regard des dispositions conventionnelles la procédure de licenciement ».





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 736 737 738 739 740 741 742 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris