Ouverture recours Tropic aux tiers

Ouverture recours Tropic aux tiers

Publié le : 28/05/2014 28 mai mai 05 2014

Par un arrêt du 4 avril 2014, le Conseil d'Etat ouvre la possibilité aux tiers susceptibles d'être lésés de manière directe par la conclusion d'un contrat de saisir le juge du contrat d'un recours de plein contentieux pour en contester la validité.Possibilité pour les tiers lésés de contester la validité d'un contrat devant le juge du contrat

Jusqu'à présent, depuis l'arrêt Martin du 4 août 1905, les tiers lésés pouvaient seulement saisir le juge de l'excès de pouvoir d'un recours en annulation contre les actes détachables du contrat.

Dans son arrêt d'assemblée en date du 16 juillet 2007, Tropic travaux signalisation, le Conseil d'Etat avait déjà donné la possibilité aux candidats évincés de saisir le juge du contrat d'un recours de plein contentieux pour constater la validité de ce contrat (Conseil d'Etat, assemblée, 16 juillet 2007, n° 291545).

Désormais, tous les tiers susceptibles d'être lésés dans leurs intérêts de façon suffisamment directe et certaine par la passation ou les clauses du contrat sont recevables à former devant le juge du contrat un recours de pleine juridiction pour contester la validité de ce contrat ou de certaines de ses clauses non réglementaires et qui en sont divisibles.

Le Conseil d'Etat précise que ce recours doit s'exercer dans un délai de deux mois à compter de l'accomplissement des mesures de publicité appropriées.

Ce délai de deux mois s'applique également en matière de travaux publics.

Il rappelle également les pouvoirs du juge du contrat en matière d'appréciation de la validité du contrat.

Le juge doit apprécier l'importance et les conséquences des vices. En fonction de la nature de ces vices, il peut soit décider de la poursuite de l'exécution du contrat soit ordonner aux parties de régulariser dans un délai qu'il fixe. Il peut prononcer la résiliation du contrat. Si le contrat a un contenu illicite ou s'il se trouve affecté d'un vice du consentement ou d'un vice d'une particulière gravité, il peut en prononcer l'annulation.

Les tiers pouvant être concernés peuvent être, par exemple, les membres des organes délibérants des collectivités territoriales ou groupement de collectivités territoriales ayant passé le contrat, ou le Préfet.

Ce nouveau recours n'est cependant pas ouvert aux contrats signés avant la lecture de la décision.

Pour les contrats signés après cet arrêt, les tiers ne pourront plus agir devant le juge de l'excès de pouvoir contre les actes détachables du contrat dès lors qu'il dispose de ce nouveau recours.

Cependant, ce recours ne concerne que les contrats de droit public qui relèvent de la compétence du juge administratif.

Pour les contrats de droits privés, les tiers peuvent contester la validité des actes détachables devant le juge administratif. Ce recours est toujours possible dès lors qu'il ne leur est pas possible de saisir le juge judiciaire du recours créé par le Conseil d'Etat.


Conseil d'Etat, assemblée, 4 avril 2014, n° 358994

Les auteurs de cet article:Pauline PLATEL et Xavier HEYMANS, avocats à Bordeaux. Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat- Fotolia.com

Historique

  • Expulsion d'une construction illégale
    Publié le : 28/05/2014 28 mai mai 05 2014
    Particuliers / Patrimoine / Expropriation
    Le propriétaire d'une construction effectuée sans permis de construire a été pénalement sanctionné et condamné à la démolir.Expulsion des occupants d'une con...
  • Ouverture recours Tropic aux tiers
    Publié le : 28/05/2014 28 mai mai 05 2014
    Collectivités / Marchés publics / Contestation et contentieux
    Ouverture recours Tropic aux tiers
    Par un arrêt du 4 avril 2014, le Conseil d'Etat ouvre la possibilité aux tiers susceptibles d'être lésés de manière directe par la conclusion d'un contrat de...
  • Divorce : droit de visite et « choix » de l’enfant
    Publié le : 28/05/2014 28 mai mai 05 2014
    Particuliers / Famille / Divorces
    Divorce : droit de visite et « choix » de l’enfant
    L’organisation de la vie de l’enfant, après la séparation de ses parents, peut se mettre en place, amiablement, lorsqu’un accord est trouvé par ces derniers....
  • Certificat d'urbanisme et sursis
    Publié le : 27/05/2014 27 mai mai 05 2014
    Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
    Certificat d'urbanisme et sursis
    Dans un arrêt du 3 avril 2014, la Haute Juridiction rappelle que l'absence de la mention d'une possibilité de sursis est de nature à constituer un motif d'il...
  • Réforme du CCAG travaux
    Publié le : 27/05/2014 27 mai mai 05 2014
    Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
    Réforme du CCAG travaux
    L'arrêté du 3 mars 2014 modifie le cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics de travaux. Cet arrêté réduit les délais de c...
  • Le dispositif biométrique de reconnaissance du contour de la main : régime actuel
    Publié le : 27/05/2014 27 mai mai 05 2014
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Informatique et Réseaux
    Le dispositif biométrique de reconnaissance du contour de la main : régime actuel
    La technique biométrique de reconnaissance du contour de la main est commercialisée en France depuis plus de 20 ans. Il est donc un produit qui a largement f...
  • Le juge peut-il annuler l'avis de l'ABF?
    Publié le : 26/05/2014 26 mai mai 05 2014
    Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
    Le juge peut-il annuler l'avis de l'ABF?
    Non. Aucun recours contentieux ne peut être formé à l'encontre de l'avis de l'Architecte des Bâtiments de France (ABF) ou, le cas échéant, de la décision du...
<< < ... 382 383 384 385 386 387 388 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK