Prise en compte des trajets domicile/clients dans la durée du travail

Publié le : 14/11/2007 14 novembre nov. 11 2007

S’il est jugé depuis longtemps que le temps de trajet entre deux lieux de travail doit être considéré comme du temps de travail effectif (Cass. Soc. 16.01.1996 n°92-42.354), la question de savoir si le temps de trajet passé par un salarié pour se rendre de son domicile à un lieu de travail pouvait être assimilé à du temps de travail effectif a été jugée pour la première fois par la Cour de Cassation dans un arrêt du 5 novembre 2003 à propos d’un formateur itinérant (n°01-43.109). Les Hauts Magistrats ont considéré qu’il convenait de rechercher si le trajet entre le domicile du formateur et ses différents lieux de formation dérogeait au temps normal du trajet d’un travailleur se rendant de son domicile à son lieu de travail habituel pour savoir s’il s’agissait d’un temps de travail effectif. Dans la décision du 5 mai 2004 (n°01-43.918), la Cour de Cassation a précisé sa position à l’occasion d’une affaire concernant une salariée d’un Cabinet d’Expertise Comptable.

Décision de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation - 5 mai 2004
Suite à son licenciement, une salariée travaillant dans un Cabinet d’Expertise Comptable et rémunérée au forfait (pour un horaire de 180 heures), a saisi le Conseil de Prud’Hommes de diverses demandes, et notamment du paiement d’heures supplémentaires afin que soient pris en compte dans son temps de travail effectif ses temps de déplacement pour se rendre chez des clients dans d’autres villes que celle abritant son lieu de travail.

L’arrêt de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation en date du 5 mai 2004 a fait droit à ses demandes, en considérant que « les déplacements de la salariée, qui devait se rendre régulièrement à Lyon, Marseille, Lille, Paris, auprès d’entreprises clientes de l’employeur et à la demande de ce dernier, étaient effectués hors période de travail et dépassaient en durée le temps normal du déplacement entre le domicile et le lieu de travail habituel ».

Il appartient donc aux juges du fond de rechercher si les trajets litigieux dépassent ou non le temps normal de trajet entre le domicile et le lieu habituel de travail, dès lors que le salarié se rend « régulièrement » dans d’autres villes auprès de clients.

Trois conditions doivent alors être remplies pour que les déplacements soient considérés comme du temps de travail effectif :

1° Les déplacements doivent être « réguliers ». Cette condition est nouvelle. Il est cependant dommage que la Cour de Cassation ne précise pas le régime applicable aux déplacements « exceptionnels ».

2° Les déplacements doivent être effectués hors période de travail.

3° Le temps « normal » du trajet domicile / lieu de travail habituel doit avoir été dépassé : pour pouvoir prendre en compte ce dépassement, il faut donc au préalable que les employeurs (ou leur D.R.H.) aient connaissance du temps normal mis par leurs salariés pour se rendre de leur domicile à leur lieu de travail habituel.

Cette décision, qui concerne une salariée d’un Cabinet d’Expertise-Comptable, est en contradiction avec les dispositions conventionnelles applicables à cette activité.

Portée de la décision
L’article 8-1-3 de la Convention Collective des Experts-Comptables et des Commissaires aux Comptes prévoit que « Les trajets effectués par le salarié afin de se rendre à son lieu de travail (cabinet ou entreprise cliente) ou en revenir ne sont pas du temps de travail effectif. Cependant, lorsque le trajet du domicile chez le client nécessite un temps de trajet important et en tout état de cause supérieur à 2 h 00, l’accord collectif du cabinet ou à défaut l’employeur et le collaborateur déterminent la contrepartie de cette sujétion, sous forme de temps de repos, de rémunération, ou tout autre. »

Alors que la Convention Collective prévoit que les temps de trajet litigieux ne sont pas du temps de travail effectif lorsqu’ils ne dépassent pas deux heures, la Cour de Cassation estime que ces temps de trajet peuvent devenir du temps de travail effectif si les trois conditions précitées sont réunies.

Il convient cependant de préciser que cette solution jurisprudentielle ne s’applique pas aux cadres qui sont soumis au forfait jours, dans la mesure où ils ne sont pas soumis à la réglementation sur les heures supplémentaires.

Pour eux, l’article 8-1-3 de la Convention Collective continue donc à s’appliquer et ils doivent, par conséquent, recevoir une contrepartie en temps ou en argent pour les temps de trajet domicile / client supérieurs à deux heures.

Pour tous les autres salariés, la solution jurisprudentielle est plus favorable car elle leur permet de prendre en compte leurs temps de trajet dépassant le temps normal de trajet entre le domicile et le lieu habituel de travail, lorsqu’ils se rendent « régulièrement » dans d’autres villes auprès de clients.

Conclusion
Les requalifications de ces temps de trajet ont des conséquences pour l’entreprise non seulement sur le plan civil, dans la mesure où ces temps doivent être rémunérés comme des heures supplémentaires, sans oublier d'inclure ces sommes dans l'assiette de l'indemnité de congés payés, mais peuvent également en avoir sur le plan pénal, notamment en cas de dépassement de la durée légale hebdomadaire ou quotidienne de travail, ces infractions étant passibles de l’amende prévue pour les contraventions de 4ème classe (750 euros au plus), autant de fois qu’il y a de salariés indûment employés.


IFL Avocats
EUROJURIS France

Frank Broquet
Agathe Blanc de la Naulte









Cet article n'engage que son auteur.

Historique

  • L'illégalité du paiement des jours de grève
    Publié le : 19/11/2007 19 novembre nov. 11 2007
    Collectivités / Services publics / Fonction publique / Personnel administratif
    Dans la dernière livraison de l’actualité juridique concernant la fonction publique des mois de novembre et décembre 2007, il est rapporté un arrêt de la Cou...
  • La procédure de licenciement disciplinaire d'un salarié
    Publié le : 16/11/2007 16 novembre nov. 11 2007
    Entreprises / Ressources humaines / Discipline et licenciement
    Une sanction disciplinaire est une mesure, autre qu’une observation verbale, prise par l’employeur à la suite d’un agissement du salarié, considéré par lui c...
  • Autorisation de travaux n'est pas promesse d'indemnisation
    Publié le : 16/11/2007 16 novembre nov. 11 2007
    Particuliers / Patrimoine / Construction
    M. A, propriétaire d'une maison à usage d'habitation, l'a louée aux époux C; ceux-ci ayant cessé de régler leurs loyers et charges, il leur a délivré un comm...
  • Prise en compte des trajets domicile/clients dans la durée du travail
    Publié le : 14/11/2007 14 novembre nov. 11 2007
    Entreprises / Ressources humaines / Salaires et avantages
    S’il est jugé depuis longtemps que le temps de trajet entre deux lieux de travail doit être considéré comme du temps de travail effectif (Cass. Soc. 16.01.19...
  • Alcool et drogue au volant
    Publié le : 14/11/2007 14 novembre nov. 11 2007
    Particuliers / Emploi / Licenciements / Démission
    Quelles sont les préventions possibles et les sanctions disciplinaires applicables ?Prévention• Contrat de travail : Prévoir une clause interdisant :o la con...
  • La loyauté dans le prêt à la consommation
    Publié le : 13/11/2007 13 novembre nov. 11 2007
    Particuliers / Consommation / Contrats de vente / Prêts
    Faisant valoir qu’elle avait consenti à Mme X une ouverture de crédit, au titre de laquelle lui était due une somme d’argent, la société Cofidis l’a poursuiv...
  • Point sur la réforme des institutions
    Publié le : 13/11/2007 13 novembre nov. 11 2007
    Collectivités / Services publics / Fonction publique / Personnel administratif
    Nicolas Sarkozy a adressé ce mardi une « lettre d’orientation » à François Fillon afin qu’il puisse préparer un « projet de texte modifiant la Constitution »...
<< < ... 792 793 794 795 796 797 798 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK