S'inscrire à la newsletter
La rupture conventionnelle collective

La rupture conventionnelle collective

Publié le : 01/03/2018 01 mars Mars 2018
La rupture conventionnelle homologuée a été une réussite unanime. Avec l’Ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail, le législateur a prévu un nouveau dispositif intitulé « rupture conventionnelle collective », inséré aux articles L 1237-17 et suivants du code du travail.

Le dispositif, inspiré des plans de départs volontaires (PDV), vise à faciliter les départs volontaires des salariés de l'entreprise, en les dissociant des plans de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Il permet ainsi aux entreprises de prévoir par accord collectif des suppressions d'emploi, exclusives de licenciements et de raisons économiques

Les ruptures de contrat en résultant sont considérées d'un commun accord et ouvrent droit pour le salarié aux allocations de chômage, ainsi qu’à une indemnisation de l'employeur.

Le recours au dispositif nécessite la mise en place d’un accord collectif négocié avec les organisations syndicales.

L’administration (Unité territoriale de la Direccte) doit être informée de l'ouverture d'une négociation en vue d’un tel accord.

L'accord collectif doit prévoir un certain nombre de mesures, sorte de minimum requis.

Il détermine ainsi notamment : le nombre maximal de départs envisagés, de suppressions d'emplois associées et la durée de mise en œuvre de la rupture conventionnelle collective ; les conditions que doit remplir le salarié pour en bénéficier et les critères de départage entre les potentiels candidats au départ. 

L'accord prévoit également les modalités de calcul des indemnités de rupture qui ne peuvent être inférieures aux indemnités légales dues en cas de licenciement.

L’autorité administrative notifie à l’employeur la décision de validation dans un délai de quinze jours à compter de la réception de l’accord dont elle vérifie la conformité.

Elle la notifie, dans les mêmes délais, au comité social et économique et aux organisations syndicales représentatives signataires. 

Le silence gardé par l’autorité administrative pendant le délai de 15 jours vaut décision d’acceptation de validation.

En cas de refus de validation, l’employeur peut reprendre son projet et présenter une nouvelle demande après y avoir apporté les modifications nécessaires et informé le comité social et économique. 

La rupture conventionnelle collective devrait suivre le même un régime d'exonérations fiscales et sociales que celui prévu pour les indemnités versées dans le cadre des plans de départs volontaires issus des PSE.


Cet article n'engage que son auteur.


Crédits photo : © Olivier Le Moal - fotolia.com


 

Auteur

Benjamin ROUX
Avocat Associé
CLAMENCE AVOCATS
TOULON (83)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 82 83 84 85 86 87 88 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.