Taxe sur les surfaces commerciales

Taxe sur les surfaces commerciales : la notion de surface de vente précisée

Publié le : 04/10/2022 04 octobre oct. 10 2022

Un commerce qui exploite une surface de vente au détail de plus de 400 m² et réalisant un chiffre d’affaires hors taxes à partir de 460 000 € est soumis à la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM).
La taxe est déductible du résultat fiscal de l’entreprise.

L’article 3 de la loi du 13 juillet 1972 a instauré une taxe sur les surfaces commerciales assise sur la surface de vente des magasins de commerce de détail.

Cette taxe est principalement affectée à la commune sur le territoire de laquelle est situé l’établissement imposable.

Dans une décision importante du 1er juillet 2022 (CE, 1er juill. 2022, n° 459697), le Conseil d’Etat a eu à se prononcer sur la notion de surface occupée.

En première instance, le Tribunal administratif de PAU avait prononcé la décharge des rappels de taxes sur les surfaces commerciales pour trois années fiscales à l’encontre d’une société qui exerçait l’activité de concessionnaire automobile sur plusieurs sites géographiques.

Après une vérification de comptabilité, l’Administration avait estimé que la surface de vente utilisée par cette société dépassait 400 m² et qu’il y avait lieu de l’assujettir à la taxe sur les surfaces commerciales.

Le Tribunal administratif de PAU a fait droit à cette demande et le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance s’est pourvu contre le jugement du tribunal.
La surface des magasins de commerce de détail à prendre en compte pour le calcul de la taxe est celle visée à l’article L 720-5 du Code de Commerce.

Elle doit s’entendre par les espaces affectés à la circulation de la clientèle pour effectuer ses achats, différents théoriquement de ceux affectés à l’exposition des marchandises proposées à la vente, à leur paiement et de ceux affectés à la circulation du personnel pour présenter les marchandises à la vente.

En réalité, l’article L 720-5 du Code de Commerce n’apporte pas de véritables précisions sur la notion de surface de vente des magasins.

En première instance, le Tribunal administratif de PAU avait considéré que l’espace de réception affecté au sein d’un établissement à la remise aux clients des véhicules acquis constituait un espace clos séparé de manière permanente de la zone d’exposition des véhicules se trouvant dans ce même établissement.

Le tribunal en a déduit que cet espace ne pouvait, contrairement à ce qu’avait retenu l’Administration, être regardé comme un espace affecté à la circulation de la clientèle pour y effectuer ses achats.

Ainsi, le Tribunal administratif a sorti du décompte des surfaces l’espace de réception affecté à la remise aux clients des véhicules.

Le Conseil d’Etat fait droit au pourvoi du ministre.

Il considère que cet espace doit être intégré au calcul des surfaces et, par voie de conséquence, être assujetti à la taxe.

Il convient de rappeler que par un arrêt antérieur du 6 juin 2018 (n° 405-608), le Conseil d’Etat avait considéré que les surfaces sur lesquelles s’étendaient le hall d’entrée ainsi que la caisse centrale d’un commerce de détail n’entraient pas dans le calcul de la surface de vente dudit commerce, dès lors que ces surfaces n’étaient pas utilisées pour vendre des produits.

Le Conseil d’Etat semble à tout le moins affiner sa position dans l’arrêt présent commenté, puisqu’il considère que la zone de réception de véhicules vendus constitue en elle-même une surface de vente qui est assujettie.

Cette jurisprudence est certes affinée, mais elle risque d’entraîner de nouveaux contentieux, car la notion mérite d’être bien plus précise que ne l’écrit le Conseil d’Etat dans son dernier arrêt.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

MEDINA Jean-Luc
Avocat Associé
CDMF avocats
GRENOBLE (38)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK