S'inscrire à la newsletter

Une odeur de tabac froid sur le lieu de travail permet-elle d’obtenir des dommages et intérêts ?

Publié le : 10/08/2015 10 août août 2015
Dans l’espèce qui a été soumise à la Cour de Cassation, une salariée prétendait avoir fait l’objet d’une exposition au tabagisme passif, et versait aux débats une attestation d’un « ami » confirmant qu’il avait pu sentir une odeur de tabac froid, tandis qu’une autre salariée avait également attesté de présence de tabac dans les bureaux, mais ceci, deux ans avant la rupture du contrat de l’intéressée, licenciée, in fine, pour inaptitude.En défense, l’employeur a alors pu soutenir que l’intéressée ne démontrait aucun préjudice d’un point de vue médical, tandis que l’exposition au tabac n’avait pu se faire que dans le garage, après qu’elle ait décidé elle-même d’accompagner ses collègues lors de la pause cigarette. En somme, l’employeur plaidait la bonne foi et surtout l’absence de toute faute de sa part.

La Cour d’Appel a suivi l’employeur quant à son argumentation, en relevant au surplus, que la salariée ne s’était jamais plainte de tabagisme passif et même qu’elle avait admis, en cours d’exécution du contrat, que les conditions de travail étaient bonnes.

Les premiers juges ont ainsi souverainement considéré qu’il n’y avait pas matière à indemnisation.


La Cour de Cassation, par arrêt en date du 3 Juin 2015, n’est pas de cet avis et rappelle que l’employeur est tenu à une obligation de sécurité résultat, et donc qu’il doit garantir l’absence de tabac dans tous les lieux de travail fermés et couverts (article L.3511-7 du code de la santé publique notamment).

Autrement dit, la responsabilité de l’employeur peut être caractérisée, et ce peu important qu’il ait commis ou non une faute, dès lors que le salarié est exposé au tabac.

A la vérité, la solution n’est pas nouvelle (déjà en matière de tabagisme (Cass. Soc. 6 octobre 2010, n°09-65.103) ou simplement s’agissant d’un sentiment d’insécurité (Cass. Soc. 6 octobre 2010, n°08-45.609)).

In fine, l’employeur ne dispose que de deux moyens de se défendre dans le cadre de cette responsabilité dite objective :

- soit il conteste la réalité de l’exposition ;

- soit il justifie que l’exposition procède d’une cause étrangère à tout manquement à son obligation de sécurité résultat (force majeure ou faute exclusive de la victime).



Tel est ce carcan juridique qui ne permet une analyse in concreto de la situation, qu’à l’aune des dommages et intérêts alloués à la victime.


Demeure encore la question de la « double sanction ».

En effet, la Cour d’Appel de renvoi va être amenée à déterminer d’abord s’il y a eu ou non manquement à l’obligation de sécurité résultat (exposition au risque avéré, faute exclusive de la victime), puis ensuite et dans l’affirmative, si le lien de causalité entre la faute et l’inaptitude in fine constatée, est établi.

Or, il semble résulter des termes du pourvoi, que l’inaptitude serait totalement étrangère à toute exposition au tabac.

Si les faits de l’espèce le permettent, gageons que la même rigueur juridique sera déployée lorsqu’il s’agira de caractériser le lien de causalité entre la faute et l’inaptitude.



Un peu plus loin, il est heureux que la Cour de Cassation ait infléchi sa jurisprudence, en matière de prise d’acte, en considérant qu’un manquement à l’obligation de sécurité résultat ne permet plus au salarié, ipso jure, de prendre acte de la rupture aux torts de son employeur et donc de percevoir des dommages et intérêts, en sus, pour licenciement abusif.

Tel a notamment déjà été le cas, s’agissant d’un employeur qui avait certes omis de procéder tant à la visite médicale d’embauche qu’aux visites médicales périodiques, les juges ayant considéré que ces manquements, anciens, n’avaient pas empêché la poursuite de l’exécution du contrat et qu’ils ne pouvaient donc, au gré, être subitement invoqués pour bénéficier d’une rupture aux torts dudit employeur (Cass. Soc. 26 mars 2014, n°12-23.634 notamment ).



Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

GELLER Olivier
Avocat Associée
Aguera Avocats
LYON (69)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 48 49 50 51 52 53 54 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.