S'inscrire à la newsletter
Validation par le Conseil constitutionnel de la contribution pour l’aide juridique de 35 euros

Validation par le Conseil constitutionnel de la contribution pour l’aide juridique de 35 euros

Publié le : 25/04/2012 25 avril avr. 2012
Dans une décision du 13 avril 2012, le Conseil constitutionnel a reconnu que la contribution pour l’aide juridique est conforme à la Constitution.

Les taxe de 35€ par instance et de 150€ pour la procédure en appel sont conformes à la ConstitutionLe Conseil Constitutionnel a rendu le 13 avril 2012 une décision de conformité des dispositions instituant, l’une une taxe de 150 € due par les parties pour chaque procédure d’appel aux fins d’indemnisation des anciens avoués, l’autre une taxe de 35 € par instance.
Par cette taxe de 35 euros, le législateur a entendu établir une solidarité financière entre les justiciables pour assurer le financement de la réforme de la garde à vue et notamment de l’aide juridictionnelle.

Ainsi, les justiciables doivent, depuis le 1er octobre 2012, s'acquitter d'une taxe de 35€ pour engager des actions en justice en matière civile, commerciale, prud'homale, sociale ou rurale.

Les taxes étaient attaquées au motif qu’elles violaient les droits de la défense en rendant plus difficile l’accès à la justice, et qu’elles rompaient le principe d’égalité devant l’impôt et les charges publiques.

Les Sages répondent que le législateur a poursuivi un but d’intérêt général qui ne porte pas une atteinte disproportionnée au droit d'exercer un recours effectif devant une juridiction ou aux droits de la défense, eu égard à son montant et aux conditions dans lesquelles elle est due.
Par ailleurs, le Conseil constitutionnel relève qu'en instituant la contribution pour l'aide juridique le législateur a fondé son appréciation sur des critères objectifs et rationnels ; il a pris en compte les facultés contributives des contribuables assujettis au paiement de ces droits et en a exonéré les bénéficiaires de l’aide juridictionnelle. Il n’y a donc pas de rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques.

Par conséquent, le Conseil Constitutionnel décide que "l’article 54 de la loi n° 2011-900 du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011 et l’article 54 de la loi n° 2009-1674 du 30 décembre 2009 de finances rectificative pour 2009 sont conformes à la Constitution."


V. MEREGHETTI-FILLIEUX





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Irena Misevic - Fotolia.com

Historique

<< < ... 91 92 93 94 95 96 97 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.