S'inscrire à la newsletter
Contributions volontaires obligatoires

Contributions volontaires obligatoires

Publié le : 21/05/2013 21 mai Mai 2013
Créée dans les années 1970, cette redevance est destinée à faire fonctionner les interprofessions agricoles et constitue une source primordiale de leur fonctionnement.

Le régime juridique des cotisations volontaires obligatoires (CVO )

Elles sont actuellement remises en cause dans différentes procédures judiciaires.

Or leur texte fondateur vient d’être validé par une décision du Conseil constitutionnel en date du 17 février 2012 laquelle décision confirme sa constitutionnalité.

Selon l’article L 636-7 du code rural, les organisations interprofessionnelles reconnues, sont habilitées à prélever, sur tous les membres des professions les constituant, des cotisations résultant des accords étendus selon la procédure fixée aux articles L. 632-3 et L. 632-4 et qui, nonobstant leur caractère obligatoire, demeurent des créances de droit privé.

Lorsque l'assiette de la cotisation résulte d'une déclaration de l'assujetti et que celui-ci omet d'effectuer cette déclaration, l'organisation interprofessionnelle peut, après mise en demeure restée infructueuse au terme d'un délai d'un mois, procéder à une évaluation d'office dans les conditions précisées par l'accord étendu.

Ces cotisations ne sont pas exclusives de taxes parafiscales.

Le régime juridique des CVO a été validé récemment par le Conseil constitutionnel, saisi par la Cour de cassation dans le cadre d'une question prioritaire de constitutionnalité.

Les viticulteurs requérants fondaient notamment leurs recours sur le principe constitutionnel d’égalité devant les charges publiques.

Le Conseil constitutionnel a rappelé le caractère privé des cotisations volontaires obligatoires, en se fondant sur le fait qu'elles sont versées à des organismes de droit privé par leurs membres et tendent au financement d'activités menées, en faveur de leurs membres et que, par suite, elles ne constituent pas des impositions de toutes natures.

Ainsi l’article L 632-6 du Code rural et de la pêche, ne méconnaît donc pas l'article 34 de la Constitution selon lequel il appartient à la loi de fixer l'assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures.

En l’espèce cette contribution, qui n’est pas non plus une taxe parafiscale, ne relève pas de l’intérêt général mais de l’intérêt commun d’une profession.

Pour le Conseil, les dispositions de l'article L. 632-6 du Code rural ne portent « aucune atteinte au principe d'égalité devant les charges publiques » et « ne sont contraires à aucun autre droit ou liberté que la Constitution garantit ».

L’article L 632-6 du code rural et de la pêche est donc parfaitement conforme à la Constitution française.

Cette décision a bien entendu été accueillie avec soulagement par les interprofessions.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Robert Kneschke - Fotolia.com

Auteur

GAUCHER-PIOLA Alexis
Avocat Associé
Alexis GAUCHER-PIOLA
LIBOURNE (33)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 6 7 8 9 10 11 12 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.