S'inscrire à la newsletter
Transmission d'entreprise - Crédit photo : © Olivier Le Moal
Crédit photo : © Olivier Le Moal

Transfert d'entreprise et PV de carence

Publié le : 03/05/2019 03 mai Mai 2019
Par un arrêt du 6 mars 2019, la chambre sociale de la Cour de cassation se positionne pour la première fois sur les effets d’un procès-verbal de carence dans le cadre d’un transfert d’entreprise.
En l’espèce, une société, avant cession et transfert de l’ensemble des contrats de travail en application de l’article L 1224-1 du Code du travail, avait constaté lors de l’organisation des élections des délégués du personnel, la carence des institutions représentatives du personnel.

Près d’un an après la cession, le nouvel employeur a été contraint de licencier un salarié pour inaptitude et impossibilité de reclassement.

Le salarié a alors contesté la validité de la rupture de son contrat de travail, reprochant notamment au cessionnaire l’absence de consultation des représentants du personnel. 

Le nouvel employeur s’est donc prévalu du procès-verbal de carence établi par l’ancien employeur avant la cession de l’entreprise. 

La Cour de cassation a approuvé l’argumentation juridique des juges du fond ayant considéré que le cessionnaire pouvait bien se prévaloir du procès-verbal de carence établi par le cédant. 
 

Ainsi, le procès-verbal de carence rédigé par l’ancien employeur, à la suite de l’organisation des élections professionnelles, continue de produire ses effets chez le nouvel employeur après cession de l’entreprise, à condition que celle-ci ait conservé son autonomie.

En effet, si les conditions de maintien des mandats ne sont pas remplies, notamment dans le cas d’un transfert partiel d’activité, le nouvel employeur ne peut pas invoquer le procès-verbal de carence établi par le cédant.

La Cour de cassation rappelle en outre que, sauf demande d’organisation de nouvelles élections par un salarié ou une organisation syndicale, le procès-verbal de carence produit ses effets jusqu’à la date à laquelle doivent être organisées de nouvelles élections.

En l’espèce, la durée du mandat des délégués du personnel étant fixée à 4 ans et en l’absence de demande de l’engagement du processus électoral, le procès-verbal était donc valable et opposable, au moment de la procédure de licenciement du salarié inapte. 

Il est à noter que la solution retenue par la Cour de cassation concerne une situation antérieure à l’ordonnance 2017-1386 du 22 septembre 2017 réformant la représentation du personnel.

Il semble vraisemblable qu’elle serait applicable dans les mêmes conditions en cas de carence aux élections des membres du comité social et économique (CSE).


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Benjamin ROUX
Avocat Associé
CLAMENCE AVOCATS
TOULON (83)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.