S'inscrire à la newsletter
Contrat de travail à temps partiel: nouveau casse-tête

Contrat de travail à temps partiel: nouveau casse-tête

Publié le : 06/02/2014 06 février févr. 02 2014

Les contrats à temps partiel conclus à compter du 1er janvier 2014 devront prévoir un horaire minimal de 24 heures hebdomadaires.

Travail à temps partiel: les changementsPour les contrats en cours avant cette date, le salarié peut demander par écrit et de façon motivée à continuer à travailler moins de 24 heures par semaine, notamment pour convenance personnelle ou pour cumuler plusieurs emplois à temps partiel.

Le salarié pourra également demander à travailler au moins 24 heures par semaine.

L’employeur peut alors refuser de faire droit à cette demande fondée sur l’activité économique de l’entreprise. Une insécurité juridique est donc à prévoir car les raisons du refus ne sont pas développées par la Loi.

Une autre insécurité juridique naîtrait d’un éventuel changement d’avis du salarié. Ce dernier pourrait, par exemple, refuser dans un premier temps d’augmenter son temps de travail par écrit et ensuite arguer du fait qu’il a été forcé à refuser l’augmentation de son temps de travail dans le respect de la nouvelle limite légale.

Le texte prévoit d’autres dérogations, notamment la possibilité de négocier au niveau de la branche d’activité pour prévoir une durée hebdomadaire inférieure à 24 heures.

Enfin, A compter du 1er janvier 2016, tous les salariés dont le contrat est à temps partiel devront passer à une durée minimale hebdomadaire de 24 heures, y compris ceux dont le contrat a été conclu avant le 1er janvier 2014.

Des avenants aux contrats à temps partiel en cours sont donc à prévoir ainsi qu’un audit relatif à l’organisation du travail au sein des entreprises sachant que la rémunération des heures complémentaires a été revue à la hausse (notamment 10 % de majoration de salaire dans la limite de 1/10ème de la durée du travail contractuelle ; exemple : pour un salarié occupé 25 heures par semaine, les heures effectuées par ce dernier dans la limite de deux heures trente seront majorées de 10 %).

Cependant, le Gouvernement envisage de reporter au mois de juillet 2014 l’interdiction de signer de nouveaux contrats de travail de moins de 24 heures par semaine. Affaire à suivre…


Loi de sécurisation professionnelle n° 2013-504 du 14 juin 2013.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © granata68 - Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.