Accident de la circulation et indemnisation du dommage corporel par l'assureur automobile

Accident de la circulation et indemnisation du dommage corporel par l'assureur automobile

Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011

L'assureur d'un véhicule terrestre à moteur impliqué dans un accident de la circulation est légalement tenu de présenter à la victime une offre d'indemnisation dans des délais très strictes.

Sanction du défaut d'offre d'indemnisation du dommage corporel par l'assureur automobile

A défaut d'offre d'indemnisation, la loi prévoit une sanction : le montant de l'indemnité offerte par l'assureur ou allouée par le Juge à la victime produit intérêt de plein droit au double du taux de l'intérêt légal.

Curieusement, à l'occasion des transactions passées avec les compagnies d‘assurance, cette sanction est passée sous silence par les assureurs......

Il en résulte la signature de transactions, au détriment des victimes, qui auront autorité de la chose jugée et qui ne pourront plus être contestées et ce malgré la lettre de la loi !

Cet article vise donc à ce que les victimes puissent accepter en toute connaissance de cause les protocoles d'accord transactionnel qui leur sont proposés.


I. Des délais à respecter.

Toutes victimes d'accident de la circulation doit recevoir une offre d'indemnisation par l'assureur du véhicule impliqué dans le délai maximum de 8 mois à compter de l'accident.

Cette offre sera provisionnelle si l'assureur n'a pas été informé de l'état de la victime dans les 3 mois de l'accident ou si la victime n’est pas consolidée.

Une fois l'état de la victime consolidé, cette offre sera définitive et devra être formulée par l'assureur dans un délai de 5 mois à compter de la consolidation.

Autrement dit, dans les 8 mois de l'accident, la victime devra recevoir une offre d'indemnisation définitive ou provisionnelle.

Dans les 5 mois de la consolidation, la victime devra recevoir une offre d'indemnisation définitive.


II. Une obligation impérative.

L'assureur est tenu de formuler cette offre même s'il estime pouvoir faire valoir des limitations ou des exclusions de garanties à l’égard de son assuré, responsable de l’accident.

L'assureur ne peut pas formuler une offre qui serait subordonnée à la reconnaissance par une décision de justice de la responsabilité de son assuré.

Une telle pratique est assimilée à une absence d'offre (Cour de Cassation 2ème civile 23 septembre 1999).

L'assureur automobile n'a donc pas à apprécier le bien ou le mal fondé du principe de l'offre, il doit la formuler dans les délais prescrits par le code des assurances.


III. Une offre d'indemnisation qui ne doit pas être "une coquille vide".

L'offre d'indemnisation formulée ne doit pas être vide de tout contenu.

Il est de jurisprudence constante qu'une offre manifestement dérisoire par rapport au préjudice subi équivaut à une absence d'offre et ne permet pas ainsi à l'assureur d'échapper à la sanction prévue par l'article L211-13 du Code des Assurances.


IV. Une offre qui doit porter sur tous les éléments indemnisables du préjudice.

L'octroi d'une provision ne constitue pas une offre.

En effet, l'offre doit détailler les postes de préjudices qu'elle entend réparer.

Cette exigence existe tant pour les offres après consolidation que pour les offres prévisionnelles (Cour de Cassation 12 avril 2009).


V. La sanction.

A défaut d'offre, le Code des assurances prévoit que le montant de l'indemnité offerte par l'assureur ou allouée par le Juge à la victime produit intérêt de plein droit au double du taux de l'intérêt légal.

La base du calcul de la sanction est constitué par :
- les indemnités revenant à la victime
- auxquelles s'ajoutent l'ensemble des dépenses engagées par le tiers payeur (le plus souvent la CPAM).

Ainsi :
- si le tiers payeur a dépensé pour la victime une somme A
- que la victime a droit à une somme B,
la base de calcul de l'indemnisation au double du taux légal est constituée par la somme A+B (Cour de Cassation Crim 3 novembre 2009).

Les intérêts de plein droit au double du taux de l'intérêt légal vont s'appliquer tant que l'assureur n'aura pas formulé une offre qui porte d'une part sur tous les éléments indemnisables du préjudice et d'autre part qui ne soit pas manifestement dérisoire.

Cette sanction ne doit pas être négligée car elle peut sensiblement augmenter le montant des dommages et intérêts alloués.

Bien évidemment, les assurances se gardent bien d'y faire référence surtout quand l'indemnisation de la victime se fait par voie de transaction qui, une fois signée, ne permettra plus de revenir sur le chiffrage du préjudice subi.

Par conséquent, la vigilance est de mise avant la signature d'une quelconque transaction.



LAMPIN François





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Birgit Reitz-Hofmann - Fotolia.com

Historique

  • Un département peut-il subventionner un syndicat sans justifier d'un intérêt local ?
    Publié le : 01/03/2011 01 mars mars 03 2011
    Collectivités / Finances locales / Fiscalité/ Gestion de fait/ Chambre des Comptes
    Un département peut-il subventionner un syndicat sans justifier d'un intérêt local ?
    Un département ne saurait accorder des subventions pour des motifs politiques ou pour apporter un soutien à l'une des parties dans un conflit collectif du tr...
  • Grenelle 2 et immobilier: la copropriété
    Publié le : 01/03/2011 01 mars mars 03 2011
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
    Grenelle 2 et immobilier: la copropriété
    Les normes techniques applicables en matière de consommation d'énergie ont été profondément modifiées avec des critères d'efficacité énergétique minimale du...
  • Médecin du travail et médecin traitant
    Publié le : 01/03/2011 01 mars mars 03 2011
    Particuliers / Emploi / Contrat de travail
    Médecin du travail et médecin traitant
    Le médecin du travail ne peut constater l'inaptitude médicale du salarié à son poste de travail qu'après avoir réalisé deux examens médicaux de l'intéressé e...
  • La charge de l'erreur du juge
    Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011
    Particuliers / Civil / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
    Dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l'autre partie la somme qu'il détermine, a...
  • Accident de la circulation et indemnisation du dommage corporel par l'assureur automobile
    Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011
    Particuliers / Civil / Pénal / Victimes
    Accident de la circulation et indemnisation du dommage corporel par l'assureur automobile
    L'assureur d'un véhicule terrestre à moteur impliqué dans un accident de la circulation est légalement tenu de présenter à la victime une offre d'indemnisati...
  • Initiative citoyenne: adoption du règlement
    Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011
    Collectivités / International / Droit Européen / Droit communautaire
    Initiative citoyenne: adoption du règlement
    Le règlement relatif à l’initiative citoyenne a été adopté par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne, respectivement en décembre 2010 et...
  • Une convocation à un entretien par Chronopost est valable
    Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011
    Entreprises / Ressources humaines / Discipline et licenciement
    Une convocation à un entretien par Chronopost est valable
    Le salarié d'une compagnie aérienne reprochait à son employeur de l'avoir convoqué à un entretien préalable à un licenciement par le biais d'un "chronopost"...
<< < ... 588 589 590 591 592 593 594 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK