S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Mort numérique : que deviennent les données d'une personne sur les réseaux sociaux après son décès ?

Publié le : 30/11/2020 30 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Famille / Successions
Thème d’un épisode de la série d’anticipation BLACK-MIROR, le devenir des profils sociaux au décès de leur utilisateur est une problématique contemporaine. Au regard des nombreuses activations automatiques (rappel d’anniversaire, notifications, « invitation », etc. …), le fait qu’un compte surv...

Loi de finances 2021 : quelles mesures pour les particuliers ?

Publié le : 01/12/2020 01 décembre déc. 12 2020
Particuliers / Patrimoine / Gestion
Le projet de loi de finances pour 2021 dont les mesures sont essentiellement tournées vers l’écologie s’inscrit dans un contexte économique exceptionnel. Il a pour objectif d’accompagner le Plan France Relance afin de redresser rapidement et durablement l’économie française. Ce plan de 100 mill...

Confinement et télétravail pour les salariés : obligatoire ou facultatif ? Que risquent les entreprises ?

Publié le : 09/11/2020 09 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
La Ministre du Travail souhaite que le télétravail « ne soit pas facultatif ». Les entreprises, qui font venir leurs salariés, risquent-elles d’être vraiment sanctionnées, comme le laisse entendre le gouvernement ? Aucune loi ou ordonnance, aucun décret ou arrêté ne permet actuellement à l'...

Diffamation : est-il possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ?

Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Consommation / Informatique et Internet
Collectivités / Contentieux / Responsabilité civile et pénale de l'élu
Oui, il est possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ! Une élue locale a publié, sur son compte Facebook, un lien hypertexte introduit de la manière suivante : « Où un groupuscule **antifa** qui fait régner sa loi à Metz se justifie de couvrir son chef accusé de viol... en accusan...

La plainte disciplinaire contre un médecin doit être signée par son auteur

Publié le : 04/08/2020 04 août août 08 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
L’article R. 4126-1 du code de la santé publique, dispose que : « Les plaintes sont signées par leur auteur et, dans le cas d'une personne morale, par une personne justifiant de sa qualité pour agir. Dans ce dernier cas, la plainte est accompagnée, à peine d'irrecevabilité, de la délibération...

Responsabilité de l’avocat : Quand il n’y a pas de chance perdue, il n’y a pas de préjudice indemnisable

Publié le : 05/11/2020 05 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
L’avocat, comme tout professionnel, est responsable du bon accomplissement du mandat qui lui est confié. Il est d’ailleurs obligatoirement assuré pour cela. Pour autant, les clients déçus, parfois sur des considérations subjectives, font souvent l’amalgame entre la faute qui serait commise par...
Donation

Donations déguisées, donations indirectes : le match de la (re)qualification fiscale

Publié le : 06/02/2020 06 février févr. 02 2020

Donations déguisées et donations indirectes ont pour points communs d’être aussi peu portées dans le cœur de l’administration fiscale qu’elles retiennent à la fois toute son attention. Parfois confondues, leur traitement par les services fiscaux qui les décèlent est cependant très différent.

Donations déguisées et donations indirectes : comment les distinguer ?

Toute donation procède de la réunion des trois critères de l’article 894 du Code civil, à savoir un dépouillement irrévocable du donateur, son intention libérale, et l’acceptation du donataire.
 
Il existe cependant des donations qui ne revêtent pas la forme de cet acte, mais qui pour des raisons souvent fiscales empruntent celle d’un acte à titre onéreux.
 
C’est le cas notamment de la vente conclue à des conditions normales, mais dont les parties conviennent en secret que le prix ne sera jamais payé. Cela renvoie aussi par exemple à l’hypothèse de la vente dont le prix est effectivement acquitté, mais qui est sous-évalué par comparaison avec la valeur réelle du bien. Dans le premier cas, les droits de mutation à titre gratuit sont purement et simplement éludés, tandis que dans le second, ils sont atténués proportionnellement à la minoration de la base imposable.
 
C’est précisément dans le critère de la dissimulation que réside la différence entre les donations déguisées et les donations indirectes :
 
  • La donation déguisée est le résultat d’un mensonge : acte de vente stipulant un prix dont les parties conviennent qu’il ne sera jamais réglé, acte de reconnaissance de dette par lequel une personne se reconnaît être débitrice d’une créance qui n’existe pas, etc. ;
 
  • La donation indirecte relève plutôt d’un silence : prix d’une vente effectivement acquitté bien que sous-évalué, créance bien réelle mais qui fait l’objet d’une remise de dette, etc.
 
Dans un cas comme dans l’autre, se retrouve en revanche l’intention du donateur d’accorder un avantage patrimonial au donataire. De plus, une libéralité déguisée en un autre acte échappera au rapport des donations antérieures dans la succession de la personne qui l’aura consentie : la réserve de ses autres héritiers et l’équilibre successoral en seront alors affectés.
 
Difficile à relever dans certains cas, l’intention libérale sera souvent démontrée par la réunion d’indices évocateurs : l’âge avancé ou l’état maladif du donateur, ses liens de parenté, d’alliance ou d’affection avec le donataire, sa situation de fortune, etc.
Raison d’être de la distinction : le traitement fiscal et successoral des donations déguisées et des donations indirectes
 
Dans les deux hypothèses, les actes litigieux continueront de produire leurs effets.
 
L’administration fiscale sera cependant en droit d’écarter la qualification que leur auront donnée les parties, pour retenir celle de donation.
 
Fiscalement, des droits de mutation à titre gratuit seront ainsi rappelés, intégralement en matière de donations déguisées, et sur la différence de valeur constatée en matière de donations indirectes.
 
Ces droits seront dus pour un taux susceptible d’atteindre jusqu’à 60% de la valeur du bien transmis, après application d’un abattement fiscal fonction des liens familiaux entre les parties et de l’existence d’autres donations consenties entre elles dans les quinze années précédentes.
 
Le caractère mensonger de la donation déguisée permettra en outre à l’administration fiscale d’engager une procédure d’abus de droit, et d’assortir les droits rappelés :
 
  • D’une majoration de 80% de leur montant (40% si elle n’établit pas que le donataire a été le principal bénéficiaire de la donation ou qu’il en a eu l’initiative principale) ;
 
  • D’intérêts de retard au taux de 0,20% des droits par mois de retard.
 
De plus, les donations déguisées et les donations indirectes pourront être rapportées à la succession du donateur.
 
L’intention libérale a donc un prix, lequel peut s’avérer très coûteux lorsqu’elle ne s’assume pas comme telle.


Cet article n'engage que son auteur.

 

Auteur

Bastien CONTAT
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.