S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Mort numérique : que deviennent les données d'une personne sur les réseaux sociaux après son décès ?

Publié le : 30/11/2020 30 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Famille / Successions
Thème d’un épisode de la série d’anticipation BLACK-MIROR, le devenir des profils sociaux au décès de leur utilisateur est une problématique contemporaine. Au regard des nombreuses activations automatiques (rappel d’anniversaire, notifications, « invitation », etc. …), le fait qu’un compte surv...

Loi de finances 2021 : quelles mesures pour les particuliers ?

Publié le : 01/12/2020 01 décembre déc. 12 2020
Particuliers / Patrimoine / Gestion
Le projet de loi de finances pour 2021 dont les mesures sont essentiellement tournées vers l’écologie s’inscrit dans un contexte économique exceptionnel. Il a pour objectif d’accompagner le Plan France Relance afin de redresser rapidement et durablement l’économie française. Ce plan de 100 mill...

Confinement et télétravail pour les salariés : obligatoire ou facultatif ? Que risquent les entreprises ?

Publié le : 09/11/2020 09 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
La Ministre du Travail souhaite que le télétravail « ne soit pas facultatif ». Les entreprises, qui font venir leurs salariés, risquent-elles d’être vraiment sanctionnées, comme le laisse entendre le gouvernement ? Aucune loi ou ordonnance, aucun décret ou arrêté ne permet actuellement à l'...

Diffamation : est-il possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ?

Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Consommation / Informatique et Internet
Collectivités / Contentieux / Responsabilité civile et pénale de l'élu
Oui, il est possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ! Une élue locale a publié, sur son compte Facebook, un lien hypertexte introduit de la manière suivante : « Où un groupuscule **antifa** qui fait régner sa loi à Metz se justifie de couvrir son chef accusé de viol... en accusan...

La plainte disciplinaire contre un médecin doit être signée par son auteur

Publié le : 04/08/2020 04 août août 08 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
L’article R. 4126-1 du code de la santé publique, dispose que : « Les plaintes sont signées par leur auteur et, dans le cas d'une personne morale, par une personne justifiant de sa qualité pour agir. Dans ce dernier cas, la plainte est accompagnée, à peine d'irrecevabilité, de la délibération...

Responsabilité de l’avocat : Quand il n’y a pas de chance perdue, il n’y a pas de préjudice indemnisable

Publié le : 05/11/2020 05 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
L’avocat, comme tout professionnel, est responsable du bon accomplissement du mandat qui lui est confié. Il est d’ailleurs obligatoirement assuré pour cela. Pour autant, les clients déçus, parfois sur des considérations subjectives, font souvent l’amalgame entre la faute qui serait commise par...
Réforme procédure civile

Le décret d’application du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile : quels sont les principaux changements ?

Publié le : 03/02/2020 03 février févr. 02 2020

Après une refonte de la procédure d’appel en mai 2017, c’est au tour de la procédure de première instance d’être réformée avec le décret d’application du 11 décembre 2019 ; les nouvelles dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2020 et sont applicables aux instances en cours.
On note toutefois quelques exceptions : les dispositions relatives à l’exécution provisoire, à l’extension de la représentation obligatoire, à l’introduction de l’instance devant le tribunal judiciaire, à l’extension du pouvoir du juge de la mise en état aux fins de statuer sur les fins de non-recevoir, à la procédure orale et à la procédure accélérée au fond s’appliquent aux instances introduites à compter du 1er janvier 2020.
Les changements apportés sont nombreux. Nous nous concentrerons sur les modifications majeures pour lesquelles devra être apporté une vigilance particulière.

Les principaux changements relatifs à l’introduction de l’action en justice

L’article 760 du CPC nouveau introduit une modification majeure : que la procédure soit écrite ou orale, la représentation par avocat devient obligatoire devant le Tribunal Judiciaire et le Tribunal de commerce (ayant hérité de la plupart de compétences exclusives du TGI et des compétences spéciales du TI), à moins que, notamment, la demande porte sur un montant inférieur ou égal à 10.000€ et que la matière ne relève pas de compétence exclusive du Tribunal Judiciaire.

Ainsi, par exemple, l’avocat sera obligatoire en référé, devant le Tribunal de commerce ou encore devant le Juge de l’exécution lorsque le montant des intérêts en jeu est supérieur à 10.000€.

Les modes de saisine de la juridiction sont réduits à la seule assignation et à la requête.

Les mentions obligatoires devant figurer sur l’assignation sont modifiées.

La nouvelle rédaction de l’article 56 du CPC devra désormais indiquer les lieu, jour et heure de l’audience à laquelle l’affaire sera appelée – comme cela existe déjà pour une assignation devant le Tribunal de commerce et en référé. L’article 54 nouveau du CPC qui entre en vigueur le 1er septembre 2020, prévoit à peine de nullité, que l’assignation indique l’adresse électronique et le numéro de téléphone du demandeur lorsqu’il consent à la dématérialisation.
Enfin, on notera que le délai de placement de l’assignation a été réduit de 4 mois à 2 mois.

L’obligation de tenter un règlement amiable des différends, qui existait déjà pour les litiges inférieurs à 4.000 €, est étendue aux demandes n’excédant pas 5.000 € et les conflits de voisinage, toujours à peine d’irrecevabilité de l’action relevée d’office par le juge.

Ce préalable implique d’être particulièrement vigilants sur les délais de prescription. Pour toutes les autres actions, la loi du 23 mars 2019 offre aux parties la possibilité de choisir d’avoir recours à la conciliation par un conciliateur de justice, à la médiation ou encore à la procédure participative.

La disparition des procédures « en la forme des référés », au bénéfice de la nouvelle procédure « accélérée au fond » ; cette modification est très heureuse puisqu’elle met fin aux confusions que suscitait la référence au référé.

Les principaux changements à noter au cours de la procédure

Dans l’objectif poursuivi du désengorgement des tribunaux, les parties peuvent dorénavant choisir que la procédure se déroule sans audience, par dépôt de dossier – entérinant une pratique déjà ancienne.

Dans la même ligne, le décret du 11 décembre 2019 instaure la « procédure participative » permettant aux parties, suivant la conclusion d’une convention de procédure participative, d’externaliser l’instance. Elle permet de mettre l’affaire en état d’être jugée et de conclure des accords partiels sur le fond du litige. Il doit toutefois être relevé que la signature d’une telle convention vaut renonciation de chaque partie à se prévaloir d’une fin de non-recevoir, de toute exception de procédure et des dispositions de l’article 47 CPC. L’affaire reviendra devant le tribunal pour être clôturée et plaidée.

Dans un souci de célérité de la justice, les pouvoirs du juge de la mise en état sont étendus. Ainsi, pour éviter que des actions qui seraient irrecevables se poursuivent jusque devant le Juge du fond, le nouvel article 789 donne compétence au juge de la mise en état pour statuer sur les fins de non-recevoir, au même titre que les exceptions de procédure dont l’examen relevait déjà de ses pouvoirs exclusifs. Il est à noter que les fins de non-recevoir devront, à peine d’irrecevabilité, être soulevées devant le Juge de la mise en état, à moins qu'elles ne surviennent ou soient révélées postérieurement à son dessaisissement.

L’exécution provisoire devient de droit, à moins que la loi ou la décision de justice en dispose autrement. Tel est le nouveau principe posé par l’article 514 du CPC nouveau. Une partie condamnée avec exécution provisoire pourra toujours saisir le Premier Président de la Cour d’appel pour obtenir sa suspension. Toutefois, une telle procédure ne sera recevable qu’à condition que la partie ait fait valoir ses observations sur l’exécution provisoire dans ses écritures en première instance – à moins que l'exécution provisoire risque d'entraîner des conséquences manifestement excessives qui se sont révélées postérieurement à la décision de première instance.
 
Ces principaux changements viennent bousculer le déroulement de la procédure en première instance. Outre la nouvelle codification, une vigilance accrue est nécessaire pour éviter tout risque d’irrecevabilité de l’action qui serait introduite ou de la demande qui serait présentée.
 

Cet article n'engage que son auteur. 
 
 

Auteur

BOISSONNET Clémence
Avocat Collaboratrice
CORNET, VINCENT, SEGUREL PARIS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.