S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Mort numérique : que deviennent les données d'une personne sur les réseaux sociaux après son décès ?

Publié le : 30/11/2020 30 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Famille / Successions
Thème d’un épisode de la série d’anticipation BLACK-MIROR, le devenir des profils sociaux au décès de leur utilisateur est une problématique contemporaine. Au regard des nombreuses activations automatiques (rappel d’anniversaire, notifications, « invitation », etc. …), le fait qu’un compte surv...

Les conséquences d’une demande de prêt non conforme à la promesse de vente

Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Patrimoine / Immobilier / Logement
Dans un arrêt rendu le 9 juillet 2020, la Cour de Cassation rappelle que la demande de prêt immobilier formée à un montant supérieur et à un taux inférieur tel que mentionné dans la promesse de vente prive l’acquéreur de sa demande en restitution du dépôt de garantie. Aux termes d’une promes...

Confinement et télétravail pour les salariés : obligatoire ou facultatif ? Que risquent les entreprises ?

Publié le : 09/11/2020 09 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
La Ministre du Travail souhaite que le télétravail « ne soit pas facultatif ». Les entreprises, qui font venir leurs salariés, risquent-elles d’être vraiment sanctionnées, comme le laisse entendre le gouvernement ? Aucune loi ou ordonnance, aucun décret ou arrêté ne permet actuellement à l'...

Diffamation : est-il possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ?

Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Consommation / Informatique et Internet
Collectivités / Contentieux / Responsabilité civile et pénale de l'élu
Oui, il est possible de diffamer avec un simple lien hypertexte ! Une élue locale a publié, sur son compte Facebook, un lien hypertexte introduit de la manière suivante : « Où un groupuscule **antifa** qui fait régner sa loi à Metz se justifie de couvrir son chef accusé de viol... en accusan...

La plainte disciplinaire contre un médecin doit être signée par son auteur

Publié le : 04/08/2020 04 août août 08 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
L’article R. 4126-1 du code de la santé publique, dispose que : « Les plaintes sont signées par leur auteur et, dans le cas d'une personne morale, par une personne justifiant de sa qualité pour agir. Dans ce dernier cas, la plainte est accompagnée, à peine d'irrecevabilité, de la délibération...

Responsabilité de l’avocat : Quand il n’y a pas de chance perdue, il n’y a pas de préjudice indemnisable

Publié le : 05/11/2020 05 novembre nov. 11 2020
Particuliers / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
L’avocat, comme tout professionnel, est responsable du bon accomplissement du mandat qui lui est confié. Il est d’ailleurs obligatoirement assuré pour cela. Pour autant, les clients déçus, parfois sur des considérations subjectives, font souvent l’amalgame entre la faute qui serait commise par...
Action en réduction des libéralités ou comment respecter la part réservataire

Action en réduction des libéralités ou comment respecter la part réservataire

Publié le : 22/10/2010 22 octobre oct. 10 2010

L’action en réduction consiste à déterminer si une donation ou testament respecte les dispositions légales du Code Civil c'est-à-dire si ces libéralités ne portent pas atteinte à la part réservataire des héritiers légaux.L'action en réduction des libéralités

La possibilité d’une action en réduction doit être déterminée en respectant les étapes suivantes :

La masse de calcul du disponible et de la réserve : article 922 du Code civil.

Les biens pris en compte pour le calcul sont:

1. biens existants, dans le patrimoine du défunt à son décès, y compris les biens dont il a pu disposer par testament .les biens grevés d’un droit de retour ne sont pas pris en compte pour le calcul de la réserve. On déduit le passif ;
.
2. également les biens donnés par le de cujus au cours de sa vie à des héritiers, à des tiers.

3. L’évaluation des biens donnés (’article 922 du code civil) dispose que les biens doivent être évalués d’après leur état à l’époque de la donation et leur valeur à l’ouverture de la succession.


S’il y a eu remploi du prix : il existe plusieurs cas :

1. la dépréciation du nouveau bien était en raison de sa nature inéducable au jour de l’acquisition : on ne tient pas compte de la subrogation.

2. le nouveau bien n’était pas par sa nature soumis à une dépréciation inéluctable au jour de son acquisition : on tient compte du nouveau bien au jour du décès du donateur d’après son état lors de l’acquisition.

3. La preuve incombe à celui qui invoque la subrogation.

4. Si le bien a été aliéné sans remployer les deniers provenant de la vente du bien donné: on retient la valeur du bien à l’aliénation compte tenu de son état à lors de la donation.


Après le calcul de la masse de calcul de la réserve, on applique les fractions de la quotité disponible et de la réserve.

Pour savoir s’il y a ou non atteinte à la réserve, on prend toutes les libéralités consenties par le défunt et on observe si le total de ces libéralités dépasse le disponible:

1. Si le total est inférieur à la quotité disponible: le défunt n’a pas légué ou donné plus qu’il ne pouvait.

2. Si le total est supérieur à la quotité disponible et empiète sur la réserve, il faut réduire certaines libéralités pour reconstituer la réserve héréditaire.

Il faut identifier parmi les gratifiés ceux qui vont voir leurs libéralités réduites.

L’ordre d’imputation des libéralités

L’ordre d’imputation tel que prévu par Code Civil s’analyse en l’imputation d’abord des donations (libéralités entre vifs).On les impute en commençant par les plus anciennes et en remontant aux plus récentes.

Les donations hors part : elle s’impute sur la quotité disponible et l’excédent est sujet à réduction.

Si la quotité disponible est entièrement absorbée par une donation par exemple, les libéralités préciputaires ultérieures sont réduites.

Les donations en avancement de part : elle s’impute sur la part de réserve de l’héritier réservataire et subsidiairement sur la quotité disponible.

Quand toutes les donations entre vifs sont imputées, on impute par la suite les libéralités à cause de mort (legs par testament). Elles prennent toutes effet au jour du décès du défunt par conséquent tous les legs s’imputent simultanément, en même temps à la même date.

L’ordre de réduction

On réduit d’abord les legs : si les legs empiètent partiellement sur la réserve, on va réduire tous les legs proportionnellement à leur montant. Alors que si tous les legs dépassent le disponible, on les fait tomber.

La deuxième étape est l’imputation des donations si la réduction des legs n’a pas suffi. Les donations les plus récentes sont les premières exposées à la réduction. Si elles ont été consenties le même jour alors on opère une réduction proportionnelle.

Le mode de réduction des libéralités

La réduction en nature s’analyse comme l’hypothèse où une libéralité dépasse le disponible alors le gratifié doit rendre les biens qui lui avaient été donnés. Alors que la réduction en valeur consiste en la restitution à la masse d’une contre-valeur des biens donnés pour reconstituer la réserve.

Depuis la loi de 2006, le législateur a décidé que quelle que soit les libéralités, la réduction doit se faire toujours en valeur. En conséquence, il n’y a plus de réduction en nature, le gratifié verse des contre-valeurs. Peu importe que le gratifié soit successible ou non.
Il existe une exception à la réduction en valeur : Le gratifié peut choisir de déroger a ce principe et exécuter la réduction en nature. Cette possibilité est ouverte sous certaines conditions.

La première condition est que le bien légué ou donné appartient encore au gratifié.

La deuxième condition est que le bien doit se trouver libre de toute charge dont il n’aurait pas déjà été grevé à la date de la libéralité ainsi que de toute occupation dont il n’aurait pas déjà fait l’objet à cette date (article 924 al1 du Code Civil).

Le gratifié a trois mois à compter de la date à partir de laquelle l’héritier réservataire l’a mis en demeure de prendre parti pour exprimer son choix.

En ce qui concerne la restitution des fruits, elle n’a lieu que si la réduction est exercée en nature.

S’il est constaté à l’issue de ces vérifications que l’action est possible, une procédure devant le juge pourra être menée par un avocat compétent en droit des successions afin que l’équilibre entre les héritiers se rétablisse.

La procédure de l’action en réduction

L’article 921 du Code Civil énonce qu’en principe l’héritier réservataire ayant accepté purement et simplement ou à concurrence de l’actif ainsi que ses ayants cause peuvent agir en réduction.

Les créanciers de l’héritier peuvent demander la réduction par la voie oblique alors que les créanciers du défunt n’ont pas le droit de demander une réduction. Cette action n’est également pas ouverte aux donataires et aux légataires.

Avant 2006, le délai d’action était de trente ans à compter du jour de l’ouverture de la succession.

Dans la loi de 2006, le législateur pose trois nouvelles règles :

1. le délai est en principe de cinq ans à compter du jour de l’ouverture de la succession.

2. ce délai pourra être allongé : deux ans à compter de la découverte de la libéralité qui porte atteinte à la réserve.

3. il y a un plafond de dix ans.


Sophie DEBAISIEUX-LATOUR



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Pétrouche - Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.