S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Est-il nécessaire de justifier d’un état de besoin pour obtenir une pension alimentaire pendant la procédure de divorce ?

Publié le : 02/09/2020 02 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Famille / Divorces
Le 21 avril 2020, Madame DESCAMPS, députée du Nord, posait une question au Garde des Sceaux relative aux conditions d'attribution de la pension alimentaire due au titre du devoir de secours dans le cadre d’une procédure en divorce. Aux termes du 6° de l'article 255 du code civil, le Juge aux...

Agent immobilier et droit à indemnisation

Publié le : 22/09/2020 22 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Patrimoine / Immobilier / Logement
La Cour de Cassation, dans deux arrêts du 1er juillet 2020, se prononce sur la possible indemnisation d’un agent immobilier du fait du comportement fautif d’un acquéreur/vendeur. Dans la première affaire (Cass.1ère, N° pourvoi : 19-10.285), l’acquéreur, pour échapper au paiement de la commis...

Les conséquences du chômage partiel sur les congés, sur le salaire, sur le contrat de travail ...Quelles particularités avec le covid-19 ?

Publié le : 02/09/2020 02 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
Le chômage partiel ou activité partielle est la situation dans laquelle se trouvent des salariés « qui, tout en restant liés à leur employeur par un contrat de travail, subissent une perte de salaire imputable soit à la fermeture temporaire de l’établissement qui les emploie, soit à la réductio...

Loi AVIA : Inconstitutionnalité des obligations de retrait des contenus illicites mises à la charge des acteurs de la communication au public en ligne

Publié le : 04/09/2020 04 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Consommation / Informatique et Internet
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Informatique et Réseaux
Tout en réaffirmant que la Constitution permet au législateur de réprimer les abus de la liberté d'expression et de communication, le Conseil constitutionnel censure des dispositions portant à cette liberté des atteintes qui ne sont pas adaptées, nécessaires et proportionnées. Cons. Const.,...

La plainte disciplinaire contre un médecin doit être signée par son auteur

Publié le : 04/08/2020 04 août août 08 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
L’article R. 4126-1 du code de la santé publique, dispose que : « Les plaintes sont signées par leur auteur et, dans le cas d'une personne morale, par une personne justifiant de sa qualité pour agir. Dans ce dernier cas, la plainte est accompagnée, à peine d'irrecevabilité, de la délibération...

Le fait de garder le silence sur une partie de ses revenus est-il constitutif du délit d'organisation frauduleuse d’insolvabilité ?

Publié le : 17/09/2020 17 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Patrimoine / Gestion
Particuliers / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
Par arrêt du 9 septembre 2020, la chambre criminelle de la Cour de cassation vient de se prononcer sur la question de savoir si le fait de conserver le silence sur une élément de son patrimoine est un élément constitutif du délit d'organisation frauduleuse d'insolvabilité. En l'espèce, lors...
Responsabilité contractuelle

Action en responsabilité contractuelle et interruption du délai de prescription

Publié le : 15/06/2020 15 juin juin 06 2020

Les relations entre maître d’ouvrage et constructeurs sont régies par des prescriptions différentes soit spéciales soit de droit commun. Et lorsqu’un constructeur recherche la responsabilité d’un autre constructeur le régime est différent.

Chaque espèce doit donner lieu à une analyse de l’action engagée et de l’époque à laquelle elle a été engagée. Ce qui conditionnera le régime, la durée, l’interruption et la suspension de ladite prescription.

En la matière vient à l’esprit la fameuse « responsabilité décennale » (ou biennale) puis celle de bref délai. Mais le droit commun a aussi sa place dans le cadre d’une action contractuelle.

Doivent donc rentrer en ligne de compte pour savoir quel régime s’applique la nature de l’action, son délai, son interruption ou suspension et quel opérateur en bénéficie ou lui est opposable.

C’est l’analyse faite par la 3° Chambre Civile de la Cour de Cassation dans un arrêt du 19 mars 2020, n° 19-13459 à la publication étendue FS-P+B+R+I dans une affaire où le maître d’ouvrage avait assigné en référé-expertise l’entreprise choisie et celle à laquelle cette dernière avait confié les travaux.

Un expert avait été désigné et déposé son rapport ; entre temps le maître de l’ouvrage et le constructeur avaient transigé. Cependant l’entrepreneur avait assigné en réparation de son préjudice l’entreprise choisie par lui. Cette assignation datant de plus de cinq ans après le dépôt du rapport la prescription avait été soulevée mais non retenue par la Cour d’appel.

La cour de cassation casse la décision en retenant que l’interruption de la prescription dont le maître d’ouvrage bénéficiait du fait de son action en référé, et la suspension résultant de l’ordonnance nommant expert, ne pouvaient bénéficier à l’entrepreneur principal et que la prescription quinquennale était acquise.
 

I – La nature de l’action :

En matière de construction le contrat est la base entre le maître de l’ouvrage et le maître d’œuvre ainsi que les entreprises. Donc la logique veut que l’action soit contractuelle entre les parties. Le droit de la construction connaît pourtant d’autres rapports quasi-délictuels pour des dommages causés aux tiers par le chantier au cours de celui-ci ou les inconvénients anormaux de voisinage causés par la construction. 

Mais d’autres opérateurs sans lien avec le maître de l’ouvrage interviennent souvent comme des bureaux d’études requis par l’architecte, des entreprises pour des marchés particuliers confiés par l’entreprise principale (pas forcément sous-traitants).  A ce moment-là pour le maître de l’ouvrage ce sont des tiers avec lesquels il n’est pas lié directement sauf à les avoir acceptés formellement dans le contrat général d’entreprises.

Dans les rapports entre le maître d’œuvre et les entreprises ou les entreprises et leurs sous-traitants nous restons dans le cadre contractuel.

Pour autant la responsabilité contractuelle est transformée en une sorte de responsabilité légale à partir du moment où la réception tacite, expresse ou judiciaire des travaux est prononcée ou constatée. Il s’agit d’un délai d’épreuve de l’ouvrage qui varie selon l’importance et la nature du désordre.

Avant cette réception on est dans les rapports contractuels de droit commun à qui le régime de la prescription de droit commun devrait s’appliquer entre les parties aux contrats de maîtrise d’œuvre et d’entreprises.

Dans l’arrêt commenté d’une part la réception n’est pas prononcée, d’autre part le litige concerne seulement l’entrepreneur principal et celui à qui il a confié les travaux à sa place, lequel n’a de rapports qu’avec lui.

Dans le cas d’un différend né avant récipient la Cour de cassation avait déjà affirmé cette application du droit commun (le 24 mai 2006 3° ch. N° 04-19-716).

C’est ce que retient l’arrêt commenté qui prend en compte comme fondement de l’action la responsabilité contractuelle seule pouvant être mise en jeu avant la réception conventionnelle, judiciaire ou tacite des travaux.
 

II – Le délai de prescription :

Le réflexe pavlovien du juriste débutant ou du commun des mortels est de mettre en avant les prescriptions légales (la fameuse, trop fameuse ?) décennale (article 1794-4-1, 1794-4-2 et 1794-4-3 du code civil puis la biennale (article 1792-3 du même code) voire même les biennales en rajoutant l’action pour vices cachés de l’article 1648 du code civil.

Et pourtant la prescription quinquennale de droit commun introduite par la loi du 13 juin 2008 promulguée pour raccourcir le délai d’oubli et unifier (en principe) les prescriptions continue à s’appliquer en la matière à défaut de prescription particulière. 

C’est le cas dans les rapports avant la réception des travaux ; c’est le cas dans les rapports entre opérateurs et sous-opérateurs non liés directement au maître d’ouvrage.  Ce qui est le cas dans l’arrêt qui nous intéresse.       

Celui-ci retient en effet que les rapports entre l’entrepreneur principal objet d’une procédure du maitre de l’ouvrage originaire et l’entreprise avec laquelle il a traité comme maître de l’ouvrage lui-même pour la réalisation des travaux de VRD sont contractuels de droit commun et ne ressortent pas du droit spécial de la construction étant entendu que la réception n’a pas eu lieu non plus entre eux.         

De ce fait il retient la prescription de l’article 2224 du code civil et de l’article L. 110-4 du code de commerce (les deux prescriptions civiles et commerciales étant identiques depuis la loi du 13 juin 2008 précitée) limitée à cinq ans. La Cour d’appel est donc confirmée sur ce point. 

La  confirmation porte aussi sur le point de départ de la prescription de l’action : c’est le jour où le demandeur a eu connaissance du désordre ou aurait du en avoir connaissance (toujours article 2224 précité du code civil). C’est le droit commun qui se heurte au rapport de la preuve de la connaissance du fait dommageable par la « victime ». 

Convergence encore entre la Cour d’appel et la Cour de cassation qui retiennent que le point de départ de la prescription est l’assignation en référé délivrée à la requête du maître de l’ouvrage contre le constructeur et l’entreprise de VRD. Une ordonnance avait été rendue qui, nommait expert lequel a déposé rapport.
 

III – L’interruption de la prescription

Mais la divergence va résider dans le jeu de l’interruption de ladite prescription.         

En effet le maître de l’ouvrage principal ayant transigé avec l’entrepreneur principal ce dernier va assigner comme maitre d’ouvrage des VRD l’entreprise réalisatrice plus de cinq ans après la délivrance de la citation en référé.       

La Cour d’appel retient son argumentation prétendant que la prescription avait été interrompue par la citation en référé et que le délai avait été suspendu pendant les opérations de consultation jusqu’au dépôt du rapport. Et elle condamne l’entreprise de VRD à indemniser son cocontractant.

La cour de cassation casse sèchement sans renvoi l’arrêt. Elle affirme que la prescription n’a pu être interrompue par une citation délivrée par le maître de l’ouvrage principal dirigé contre les deux entreprises au motif que seul lui pouvait bénéficier de cette interruption puisque seul ce lien contractuel avait été affecté et concerné par l’instance.

En somme selon la Haute juridiction le défendeur premier, constructeur ne pouvait bénéficier dans ses rapports avec son propre co-contractant (non lié contractuellement au demandeur principal) de l’interruption.

Le recours entre codéfendeurs ne bénéficie pas des interruptions et suspensions attachées à l’action principale (déjà jugé par la 2°civ. le 23 novembre 2017, n° 16-13239) pour la prescription et le 31 janvier 2019, n° 18-1011 pour la suspension.

L’attention des professionnels doit donc se porter en la matière non seulement sur la nature de l’action contractuelle ou quasi-délictuelle, sur le fait qu’il y ait ou non réception de l’ouvrage, sur la durée de la prescription, sur l’interruption et la suspension éventuelle de celles-ci mais surtout sur le bénéficiaire de celles-ci. Un entrepreneur principal qui contracte avec un autre une partie des travaux ne bénéficie pas de l’interruption obtenue par le maitre de l’ouvrage qui engage un référé et obtient une mesure d’instruction par un technicien.

Sauf à faire étendre la mesure à ce co-contractant dans un but de demander plus tard réparation.



Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

PROVANSAL Alain
Avocat Honoraire
PROVANSAL AVOCATS ASSOCIES
MARSEILLE (13)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.