Licenciement

Un employeur peut-il sanctionner des fautes commises par un salarié plus de deux mois auparavant ?

Publié le : 29/08/2022 29 août août 08 2022

Si, en principe, l’employeur doit impérativement sanctionner la faute d’un salarié dans un délai de deux mois à compter de sa connaissance des faits, la Cour de cassation rappelle, par deux arrêts rendus les 1er et 15 juin 2022, qu’il peut sanctionner un comportement plus ancien, si celui-ci s’est poursuivi ou réitéré au cours des deux derniers mois. 
Selon l’article L1332-4 du Code du travail, l’employeur doit engager des poursuites disciplinaires dans un délai maximal de deux mois à compter du jour où il en a connaissance.

En juin 2021, la Cour de cassation avait réduit la marge de manœuvre , en jugeant que ce délai de deux mois commençait à courir dès le jour où le supérieur hiérarchique du salarié avait connaissance des manquements, et non à partir du jour où la personne titulaire du pouvoir disciplinaire l’apprenait, ce qui pouvait poser difficulté lorsque le supérieur hiérarchique n’en informait pas rapidement l’employeur (Cass. Soc. 23 juin 2021, n°20-13.762).

Un an plus tard, elle interprète cet article L1332-4 du Code du travail d’une façon cette fois-ci favorable à l’employeur (Cass. Soc. 1er juin 2022, n°21-11.620 ; Cass. Soc. 15 juin 2022, n°20-23.183).

L’hypothèse est la suivante : un salarié commet des manquements, sans être sanctionné, plus de deux mois avant que l’employeur ne le convoque à un entretien préalable.

A priori, suivant la règle fixée par l’article L1332-4 du Code du travail, ces faits sont prescrits et ne peuvent pas être invoqués à l’appui d’une sanction disciplinaire, par exemple un licenciement.

La Cour de cassation admet toutefois une exception : si ces mêmes manquements anciens se sont reproduits au cours des deux derniers mois, alors ils peuvent justifier une sanction.

Dans l’arrêt du 1er juin 2022, un chef de cuisine avait commis des manquements aux règles d’hygiène et de sécurité 5 mois avant sa convocation à entretien préalable. La Cour d’appel avait alors considéré ces manquements prescrits, et jugé le licenciement sans cause réelle et sérieuse. La Cour de cassation ne partage pas cette position, en rappelant que si ce comportement s’est poursuivi ou réitéré au cours des deux mois précédant l’engagement de la procédure disciplinaire, il pouvait être pris en compte pour justifier un licenciement.

De la même façon, des absences injustifiées ou des retards a priori prescrits peuvent être mentionnés dans le cadre d’une sanction disciplinaire si le salarié a reproduit ces mêmes manquements dans les deux derniers mois.

Si la Cour de cassation fait preuve de souplesse en permettant d’englober des faits anciens s’ils se sont reproduits plus récemment, l’employeur a néanmoins tout intérêt à sanctionner des fautes dans le délai de deux mois, éventuellement par une sanction disciplinaire de faible ampleur (avertissement ou mise à pied disciplinaire), ce qui lui permettra ensuite de justifier une mesure plus grave si le salarié réitère ses manquements, mais aussi s’il commet une faute de nature différente.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteurs

Kevin HILLAIRET
Avocat
CORNET, VINCENT, SEGUREL NANTES
NANTES (44)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur
Anne-Sophie LE FUR
Avocate Associée
CORNET, VINCENT, SEGUREL NANTES
NANTES (44)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 5 6 7 8 9 10 11 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK