S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Covid-19 : comment assurer la légalisation de la signature d'un acte en mairie en période de confinement ?

Publié le : 23/04/2020 23 avril avr. 04 2020
Particuliers / Famille / Mariage / PACS / Concubinage / Vie civile
Coronavirus
La mise en place de l’état d’urgence sanitaire par la loi n°2020-290 du 23 mars 2020 et par ses divers décrets d’application a entrainé des conséquences sur l’organisation des activités des collectivités territoriales. Ainsi en est-il par exemple de la réorganisation de l’état civil pour les...

Le marché immobilier après la crise : quels scénarios sont envisageables après le confinement ?

Publié le : 06/05/2020 06 mai mai 05 2020
Particuliers / Patrimoine / Immobilier / Logement
Coronavirus
Après les excès de la bulle immobilière de l’année passée dans certaines villes et régions de France, une chute des transactions pourrait se faire entrevoir dans les mois à venir. Propriétaires, investisseurs, professionnels de l’immobilier s’interrogent sur l’évolution du marché de l’immobili...

Quels aménagements en matière de congés payés et temps de repos du salarié avec le covid-19 ?

Publié le : 21/04/2020 21 avril avr. 04 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Temps de travail
Coronavirus
Au regard de la crise sanitaire qui touche l’ensemble du territoire français, des mesures de confinement de la population ont été prises afin de ralentir la propagation du virus. Afin de faire face aux conséquences économiques et sociales d’une telle mesure, l’Etat français a également souhaité...

La gestion de l'eau : les risques de sécheresse doivent être mieux appréhendés

Publié le : 18/05/2020 18 mai mai 05 2020
Particuliers / Consommation / Agroalimentaire
Collectivités / Environnement / Environnement
On sait combien de sécheresses se sont multipliées ces dernières années sur le territoire français, avec les conséquences économiques et sociales qu'elles engendrent. Le 14 mai, Madame le secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique a réuni le Comité National de l'Eau...

Seul un médecin peut constater l'altération des facultés d'une personne qui doit être placée sous tutelle pour plus de cinq ans par le juge

Publié le : 26/05/2020 26 mai mai 05 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
Les régimes de la curatelle et de la tutelle sont les deux régimes de protection durable des majeurs. La mesure de curatelle concerne des majeurs présentant un handicap durable nécessitant le conseil ou contrôle dans les actes de la vie civile tout en conservant une autonomie partielle. ...

Violences faites aux femmes : la protection par le port d’un bracelet anti-rapprochement

Publié le : 07/05/2020 07 mai mai 05 2020
Particuliers / Pénal / Victimes
Le 5 mai dernier, la Ministre des Outre-mer Annick Girardin et la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa ont rappelé les multiples dispositifs nationaux de lutte contre les viole...
Délai

Quelles sont les mesures d’adaptation applicables aux procédures civiles, commerciales et sociales pendant la période d’urgence sanitaire ?

Publié le : 27/03/2020 27 mars mars 2020
Afin de d’éviter un arrêt total de l’activité judiciaire concernant les procédures principalement civiles, commerciales, sociales et plus globalement toutes les procédures devant les juridictions judiciaires statuant en matière non pénale, le gouvernement a, par voie d’ordonnance, pris des mesures d’urgence temporaires qui viennent quelque peu bouleverser les règles de procédure habituelle.
Ces règles dérogatoires s’appliquent entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la cessation de l’état d’urgence sanitaire.

En premier lieu, l’ordonnance indique que les dispositions de l’article 2 de l’ordonnance n° 2020 – 306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire, sont applicables aux procédures devant les juridictions de l’ordre judiciaire statuant en matière non pénale.

Trois dérogations à cette règle : pour les procédures devant le juge des libertés de la détention et devant le Premier Président de la Cour d’Appel saisi d’un appel formé contre les décisions du juge des libertés de la détention, pour les procédures applicables devant les juridictions pour enfants, et enfin en matière de saisie immobilière où les délais sont suspendus.
À noter pour cette dernière exception, que le gouvernement à omis de viser les textes du code des procédures civiles d’exécution relatifs à la procédure de distribution du prix de vente.

Dans l’hypothèse où une juridiction se trouverait empêchée de pouvoir poursuivre son activité en cas de magistrats, greffiers et personnels malades ou confinés, le gouvernement a prévu la possibilité pour le Premier Président de la Cour de transférer temporairement la compétence territoriale d’une juridiction du ressort de la Cour à une autre moins affectée.

Par ailleurs, les modalités de renvoi se trouvent simplifiées et l’information peut être donnée par tout moyen notamment électronique ou par lettre simple.

Le gouvernement a prévu l’extension des décisions rendues « par défaut » dans l’hypothèse où le défendeur ne comparaît pas à l’audience à laquelle l’affaire est renvoyée et n’a pas été cité à personne. Dans ce cas il sera rappelé que la voie de recours est l’opposition et non l’appel.

Une exception à la règle de la collégialité est prévue et permet au Président de juridiction (première instance ou Cour d’Appel) de décider si l’audience des plaidoiries, la clôture de l’instruction ou la décision de statuer selon la procédure sans audience a lieu entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la cessation de l’état d’urgence sanitaire, que la juridiction statuera à juge unique dans toutes les affaires qui lui sont soumises. Dans ce cas le juge désigné sera obligatoirement un magistrat du siège (ni un magistrat honoraire ni un magistrat titre temporaire).

Cette règle n’est pas applicable devant le Tribunal de Commerce mais, la collégialité y est tout de même adaptée puisque le Président pourra décider que l’audience sera tenue par l’un des membres de la formation de jugement qui rendra compte au Tribunal dans son délibéré.

Quant au conseil de prud’hommes, celui-ci statue en formation restreinte, comprenant un seul conseiller employeur et un seul conseiller salarié.

Une exception notable aux règles habituelles de procédure : désormais les parties peuvent échanger leurs écritures et leurs pièces par tout moyen. Le juge doit toutefois s’assurer du respect du contradictoire. 

Cette exception risque de créer dans les procédures en cours, des débats sur la régularité des échanges contradictoires. Sans nul doute les avocats continueront d’utiliser entre eux le RPVA afin d’éviter toutes discussion sur la contradiction. Dans les procédures écrites, les parties constituées devront se ménager la preuve d’une communication de leurs écritures et pièces aux parties non constituées grâce au lettre recommandée ou au courriel recommandé. A défaut, il sera difficile de justifier de la bonne réception par la partie adverse.

Afin de limiter les rassemblements, et pour garantir les conditions nécessaires à la protection de la santé des personnes, le président de la juridiction peut décider que les débats se dérouleront en publicité restreinte ou si nécessaire hors la présence du public.

Le gouvernement donne également la possibilité aux juridictions de mettre en place des audiences dématérialisées soit par visioconférence, soit par tout moyen de communication électronique y compris téléphonique.

Toutefois le moyen utilisé devra permettre de s’assurer l’identité des parties et garantir la qualité de la transmission et la confidentialité des échanges entre les parties et leurs avocats.

Déjà utilisé en matière pénale et notamment concernant les audiences de détenus incarcérés, les juridictions civiles ne sont quant à elles pas habituées à de tels moyens de communication et vont sans doute renoncer à les utiliser en raison de la difficulté des moyens permettant d’assurer identité des parties car cela nécessite la mise en place d’infrastructures relativement lourdes.

Afin de limiter les rassemblements à l’occasion des audiences, et pour éviter aux juridictions d’accumuler plus de retard dans le traitement des dossiers, le gouvernement a prévu une exception à la plaidoirie, lorsque la représentation est obligatoire et que les parties sont assistées ou représentées par un avocat, par décision du magistrat communiquée par tous moyens afin de permettre aux parties de s’y opposer dans les 15 jours.
Toutefois, les parties ne pourront pas s’y opposer lorsque le la procédure est urgente (procédure en référé, procédure accélérée au fond et procédure dans lesquelles le juge doit statuer dans un délai déterminé).
Cette mesure va sans doute être utilisée massivement par l’ensemble des juridictions.

Concernant la procédure en référé, les pouvoirs du président sont particulièrement renforcés puisque la juridiction pourra par ordonnance non contradictoire rejeter une demande irrecevable ou qui ne remplirait pas les conditions du référé.

Enfin, le gouvernement précise que les décisions rendues pourront être portées à la connaissance des parties par tout moyen sans préjudice des règles de notification des décisions.
Cette disposition de l’ordonnance, particulièrement lacunaire, ne nous permet pas de savoir si cette communication par tout moyen fera courir les voies de recours.

Même si bon nombre de critiques peuvent être portées, l’ensemble de ces mesures associées aux plans de continuation d’activité des juridictions vont permettre aux procédure civile, commerciale et sociale de ne pas être totalement arrêtées pendant cette période troublée et d’éviter que le service public de la justice ne prenne un retard considérable, déjà impacté par le mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites.

Ordonnance numéro 2020 – 304 du 25 mars 2020


Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

BARROUX Paul
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.