S'inscrire à la newsletter

Espace Particuliers

Litige avec votre locataire ou propriétaire ? Difficultés avec votre salarié, votre employeur ?
Créance à recouvrer, séparation envisagée, malfaçons sur vos constructions ?
Le Droit, c’est une affaire de Spécialiste.

Vous voudriez un conseil ? Le Réseau EUROJURIS FRANCE répond à vos besoins : le conseil c'est notre métier.
Vous recherchez un Avocat ? Grâce à notre réseau, vous trouverez un avocat à votre écoute et proche de chez vous.
Un spécialiste ? Grâce à notre réseau, vous bénéficierez de compétences avancées pour le cas qui vous occupe. Nécessité d'une prestation lointaine géographiquement ? Grâce à notre réseau de 130 Cabinets d'avocats répartis sur toute la France, plus besoin de se déplacer : votre avocat pourra compter sur le concours de son confrère EUROJURIS FRANCE.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS INTERNATIONAL.
 

Après le divorce, occuper un logement constituant un bien commun n'est pas gratuit

Publié le : 29/01/2020 29 janvier Janv. 2020
Particuliers / Famille / Divorces
C'est au stade de l'ordonnance de non conciliation que le Juge aux Affaires Familiales statue sur le sort du logement familial. Celui-ci pourra être attribué à un des époux, et ce à titre gratuit ou à titre onéreux : lorsque aucune précision ne figure dans l'ordonnance, l'attribution est présu...

Une donation de biens de la communauté à une association peut-elle être annulée ?

Publié le : 25/02/2020 25 février Fév. 2020
Particuliers / Patrimoine / Gestion
Un arrêt de la Cour de Cassation du 6 novembre 2019 a estimé qu’un époux ne pouvait pas consentir une donation sur les biens de la communauté sans l’accord de son conjoint, sinon il outrepasse ses pouvoirs sur les biens communs et la donation doit être annulée. Quels étaient les faits ? R.....

Avis du Conseil d'Etat sur la réforme des retraites : que faut-il en retenir ?

Publié le : 28/01/2020 28 janvier Janv. 2020
Particuliers / Emploi / Retraite / Epargne salariale
Le Conseil d’Etat a été saisi le 3 janvier 2020 de deux textes : d’une part, un projet de loi organique « relatif au système universel de retraite » et d’autre part, d’un projet de loi « instituant un système universel de retraite ». Ces deux textes ont fait l’objet de saisines rectificatives p...

L’arrondi solidaire, ce petit ruisseau à l’origine d’une grande rivière

Publié le : 25/02/2020 25 février Fév. 2020
Particuliers / Consommation / Contrats de vente / Prêts
  « Voulez-vous arrondir à 18 € pour l’association A ? » De plus en plus, on retrouve cette proposition lorsque nous payons par carte bancaire dans différentes enseignes. Il s’agit d’arrondir la somme due à l’euro supérieur pour effectuer un don au bénéfice d’une association caritative choisi...

Les droits des victimes d’erreurs médicales suite à une intervention de chirurgie esthétique

Publié le : 24/02/2020 24 février Fév. 2020
Particuliers / Santé / Responsabilité médicale
Le nombre croissant d’interventions en chirurgie esthétique ces dernières années, a donné lieu à un lourd contentieux en matière de responsabilité médicale. En dépit du perfectionnement des techniques opératoires, aucune intervention n‘est exempte de risques. Deux catégories de risques...

Procédure d’appel : une confirmation de l’effet dévolutif limité depuis le décret du 6 mai 2017

Publié le : 06/02/2020 06 février Fév. 2020
Particuliers / Pénal / Procédure pénale / Procédure civile
Le décret du 6 mai 2017 a redéfini l’objet de la procédure d’appel, mettant à néant la pratique de l’appel total et obligeant l’appelant à préciser, dès le cadre de la déclaration d’appel, les chefs de jugements expressément critiqués. (article 901 4ème CPC) Cet article dispose que la déclarat...
Vente et responsabilité du diagnostiqueur amiante

Vente et responsabilité du diagnostiqueur amiante

Publié le : 13/11/2017 13 novembre Nov. 2017
La Cour de cassation vient réaffirmer, dans un arrêt rendu le 14 septembre 2017, que le diagnostiqueur qui réalise un repérage d’amiante doit mettre en œuvre les moyens nécessaires à la bonne exécution de sa mission et ne peut limiter son intervention à un simple constat visuel.
 

Le diagnostic amiante :

Depuis le 1er septembre 2002, tout vendeur d’un immeuble dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997 (Date d’interdiction de l’amiante en France) à l’obligation de faire réaliser un diagnostic de repérage de l’amiante qui sera joint au diagnostic technique de l’immeuble.
 
Pour le repérage des matériaux contenant de l’amiante, le diagnostiqueur doit se conformer, depuis le 1er avril 2013, à un schéma de repérage qui se déroule en 3 phases réglementées par les décrets du 28 décembre 2012.
 
La première phase consiste pour le diagnostiqueur à effectuer une recherche des matériaux accessibles sans travaux destructifs susceptibles de contenir de l’aimante tel que listé dans l’annexe 13-9 du Code de la santé publique.
 
L’étendue des obligations du diagnostiqueur lors de ce repérage fait l’objet d’une jurisprudence favorable aux acquéreurs qui est aujourd’hui confirmée par l’arrêt commenté, rendu par la Cour de cassation 14 septembre 2017.
 

A l’origine de cet arrêt :

Les acquéreurs d’une maison, selon acte notarié auquel était annexé un diagnostic amiante, se plaignaient de la présence d’amiante sur l’ensemble des parois des murs et cloisons de leur villa qui n’avait pas été relevée dans le diagnostic réalisé par la société BUREAU VERITAS avant la vente.
 
Après expertise, ils avaient alors décidé d’assigner non pas leur vendeur mais directement la société BUREAU VERITAS en paiement de dommages et intérêts sur le fondement de la responsabilité civile délictuelle.
 
Ils reprochaient notamment au diagnostiqueur l’absence de réalisation de sondages sonores qui aurait permis de repérer les matériaux litigieux.
 
Ils furent toutefois déboutés par la Cour d’appel d’Amiens aux motifs que l’ensemble des parois des murs et cloisons était recouvert de papier peint et que les plaques de revêtement muraux litigieuses n’étaient ni visibles, ni accessibles. 
 
Pour la Cour d’appel, le diagnostiqueur n’avait pas à réaliser des sondages sonores ni des grattages ponctuels au niveau des extrémités de papier peint, méthodes d’investigations qui ne sont pas prévues par les dispositions réglementaires et contractuelles.
 
La Cour d’appel juge ainsi que le diagnostiqueur avait parfaitement réalisé sa mission consistant à repérer l’amiante sur les parties rendues visibles et accessibles lors de la réalisation du diagnostic.
 
La Cour de cassation censure cette position.
 

Un simple constat visuel est insuffisant :

La haute juridiction considère que le diagnostiqueur ne pouvait pas limiter son intervention à un simple contrôle visuel mais devait mettre en œuvre les moyens nécessaires à la bonne exécution de sa mission en réalisant, le cas échéant, des sondages non destructifs tel que des sondages sonores.
 
La Cour confirme ici une position d’ores et déjà adoptée dans son revirement de jurisprudence du 21 mai 2014 en rappelant que le contrôle que doit effectuer le diagnostiqueur ne peut se limiter à un simple constat visuel. (Cass. 21 mai 2014, n° 13-14891).
 

Une obligation de moyen 

Sans pour autant exiger que des sondages destructifs soient réalisés, la Cour confirme ainsi que l’opérateur à une obligation de moyen qui doit le conduire à réaliser des repérages suffisants pour accomplir sa mission en procédant si nécessaire à des sondages sonores.
 

Des réserves si le repérage se limitent aux parties visibles 

La Cour ajoute que le diagnostiqueur, qui limite ses repérages aux parties visibles, ne peut pas conclure à l’absence d’amiante dans les autres parties sans émettre de réserves sauf à engager sa responsabilité.
 
 

Ce qu’il faut en retenir :

Le diagnostiqueur d’amiante ne peut limiter son intervention à de simples constats visuels et doit mettre en œuvre les moyens nécessaires à la bonne exécution de sa mission en réalisant le cas échéant des sondages non destructifs tel que des sondages sonores.
 
S’il limite ses repérages aux seules parties visibles de la construction, il doit alors attirer l’attention du maitre d’ouvrage en émettant des réserves sur l’éventuelle présence d’amiante dans les autres parties.
   
 
Cet article n'engage que son auteur.
 
 
Crédit photo : © Ainoa - Fotolia.com
 

Auteur

ROUSSE Christian

Historique

<< < ... 6 7 8 9 10 11 12 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.