S'inscrire à la newsletter
Contentieux de l'urbanisme

Contentieux de l'urbanisme

Publié le : 01/09/2014 01 septembre sept. 09 2014

Par 2 avis du 18 juin 2014, le Conseil d'Etat clôt le débat qui faisait rage parmi les juridictions administratives sur l'application dans le temps de certaines des dispositions issues de la réforme du contentieux de l'urbanisme.Application dans le temps des dispositions issues de l'Ordonnance du 18 juillet 2013Par deux avis en date du 18 juin 2014, le Conseil d'Etat clôt le débat qui faisait rage parmi les juridictions administratives sur l'application dans le temps de certaines des dispositions issue de la réforme du contentieux de l'urbanisme opérées par l'Ordonnance n°2013-638 du 18 juillet 2013 entrée en vigueur le 19 août 2013.

L'Ordonnance du 18 juillet 2013 relative au contentieux de l'urbanisme qui a mis en œuvre un certain nombre des propositions émises par le groupe de travail présidé par le Président LABETOULLE dans son rapport "Construction et Droit au recours : pour un meilleur équilibre" est entrée en vigueur en vertu des dispositions de son article 5 un mois après sa publication au Journal Officiel laquelle est intervenue le 19 juillet 2013.

Très rapidement, les juridictions administratives ont eu à trancher des questions d'application dans le temps des dispositions que l'Ordonnance insère ou modifie au sein du Code de l'Urbanisme.

Saisi de deux demandes d'avis portant respectivement sur la faculté de mise en œuvre des dispositions de l'article L600-5-1 du Code de l'Urbanisme par le Juge d'Appel (Conseil d'Etat Avis du 18 juin 2014 n°376 760) et sur l'applicabilité des dispositions des articles L600-1-2, L600-1-3, L600-5 et L600-7 du Code de l'Urbanisme aux instances introduites avant l'entrée en vigueur de la Réforme de juillet 2013 (Conseil d'Etat Avis 18 juin 2014 n°376 113), la Haute Juridiction confirme sa jurisprudence antérieure en distinguant les règles de procédure classiques « qui sont immédiatement applicables au litige en cours » et les « règles affectant la substance du droit de former un recours » qui ne peuvent être mises en œuvre que pour les litiges nés après leur entrée en vigueur.

En principe, en l’absence de dispositions transitoires particulières, la loi nouvelle est d'application immédiate (Conseil Constitutionnel Décision du 29 décembre 2005 n°2005-530DC) et s'impose pour l'avenir aux situations en cours même si elles sont légalement formées c’est-à-dire qu'elles bénéficient avant son entrée en vigueur d'une situation de droit préexistante.

Comme le rappelle le Rapporteur Public, Xavier DE LESQUEN sous les deux avis émis par le Conseil d'Etat le 18 juin 2014 (BJDU 4/2014), deux régimes s'appliquent de manière distincte à l'entrée en vigueur de la règle nouvelle :

  • Celui applicable aux dispositions qui organisent les formes dans lesquelles le recours est introduit et jugé et qui gouvernent l'activité des Juges, leur compétence et leur pouvoir : ces dispositions qui ne se heurtent à aucune situation définitivement constituée ni à aucun droit acquis légalement protégé s'appliquent au procès en cours dès leur entrée en vigueur
  • Le régime d'entrée en vigueur des dispositions qui affectent la substance du droit de recours étant susceptibles de porter atteinte aux droits acquis des parties au procès, elles ne s'appliquent qu'aux recours formés contre les décisions administratives intervenues après leur entrée en vigueur.
Il en est ainsi de l'appréciation de la qualité pour agir des requérants, de l'ouverture d'une nouvelle voie de recours ou de sa suppression, du délai de recours contre une décision juridictionnelle.

L'Ordonnance de Juillet 2013 ne comportant aucune disposition expresse quant à l’applicabilité de ses dispositions, le Conseil d'Etat a dès lors dû mettre en œuvre ces principes pour déterminer la date d'entrée en vigueur des différentes dispositions qui lui étaient soumises.

S'agissant tout d'abord des dispositions de l'Article L600-1-2 du Code de l'Urbanisme qui prévoit que :
"'une personne autre que l'Etat, les Collectivités Territoriales ou leurs groupements ou une Association n'est recevable pour former un recours pour excès de pouvoir contre un permis de construire, de démolir ou d'aménager que si la construction, l'aménagement ou les travaux sont de nature à affecter directement les conditions d'occupation, d'utilisation ou de jouissance du bien qu'elle détient ou occupe régulièrement ou pour lequel elle bénéficie d'une promesse de vente, de bail ou d'un contrat préliminaire mentionné à l'Article L261-15 du Code de la Construction et de l'Habitation" .

Ainsi que les dispositions de l'Article L600-1-3 du même Code qui dispose :
"sauf pour le requérant à justifier des circonstances particulières, l'intérêt pour agir contre un permis de construire, de démolir ou d'aménager s'apprécie à la date d'affichage en Mairie de la demande du pétitionnaire".
Le Conseil d'Etat dans son Avis n°376-113 SCI MOUNOU considère que "s'agissant de dispositions nouvelles qui affectent la substance du droit de former un recours pour excès de pouvoir contre une décision administrative, elles sont, en l'absence de dispositions contraires expresses, applicables aux recours formés contre les décisions intervenues après leur entrée en vigueur".

Les précisions ainsi apportées par le Conseil d'Etat dans le cadre de ces deux avis du 18 juin 2014 sont particulièrement importantes et permettent de répondre aux multiples questions qui agitaient tant les juridictions que les commentateurs sur l'entrée en application des dispositions issues de l'Ordonnance du 18 juillet 2013.

Il y a lieu cependant de souligner que certaines dispositions issues de la réforme de contentieux de l'urbanisme n'ont pas vu la question de leur application dans le temps soumise au Conseil d'Etat et notamment les dispositions de l'Article R600-4 du Code de l'Urbanisme qui offrent au Juge la possibilité de cristalliser le débat contentieux en fixant une date au-delà de laquelle les moyens nouveaux ne peuvent plus être invoqués, dispositions qui sont d'ores et déjà appliquées par les Juges du fond.

Le législateur a récemment tenu compte des précisions qu’il lui appartient d’apporter quant à l’entrée en vigueur des dispositions nouvelles. Ainsi, les dispositions de l'Article L600-9 du Code de l'Urbanisme qui prévoient l'annulation partielle des documents d'urbanisme avec possibilité de régularisation ont vu leur champ d'application dans le temps réglé par les dispositions de la loi ALUR du 24 mars 2014 n°2014-366. L'Article L600-9 est en effet applicable aux documents dont l'élaboration, la révision ou la modification a été engagée avant la publication de la Loi ALUR.
Cela permet ainsi d'éviter toute controverse sur l'application dans le temps des nouvelles dispositions venant modifier voire pour certaines bouleverser le contentieux du droit de l'urbanisme et « sécurise » les contentieux.



Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

FIAT Sandrine

Historique

<< < ... 60 61 62 63 64 65 66 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.