AG de copropriété

Copropriétaire : comment contester une Assemblée générale (AG) de copropriété ?

Publié le : 17/11/2022 17 novembre nov. 11 2022

La vie de la copropriété est rythmée par le rendez-vous annuel de l’Assemblée générale. Convoquée par le Syndic de copropriété, organe bien souvent professionnel, qui est le représentant légal de la collectivité des copropriétaires (le Syndicat de copropriété), 21 jours avant sa tenue, l’Assemblée générale va débattre et se prononcer sur les sujets qui ont été mis à l’ordre du jour et qui intéressent la vie de l’immeuble dont la propriété est collective (art 7 à 21-1 du décret n° 67-223 du 17 mars 1967).
Cependant un copropriétaire (ou plusieurs) peut ne pas être d’accord avec les résolutions adoptées et souhaiter les contester.

Attention :  ne pas être d’accord avec le vote n’est pas un motif de contestation. La loi du vote s’impose quel que soit le type de majorité requis. Pour contester, encore faut-il faire valoir un motif de nullité ou d’illégalité des décisions prises.

Attention : même en ayant un motif légal de contestation, encore faut-il que la contestation apporte un avantage financier au copropriétaire qui conteste. Se lancer dans une telle procédure s’envisage dans la perspective d’un bénéfice ou pour éviter un préjudice.

Cela étant précisé il faut distinguer les conditions de recevabilité de l’action du débat sur le fond. Les conditions de recevabilité sont les conditions pour pouvoir faire une action, c’est-à-dire contester l’AG ou des résolutions. Tandis que le bienfondé est le motif de la contestation, c’est-à-dire la règle de droit qui n’a pas été respectée.

La recevabilité pour contester l'AG 

  • Seul un copropriétaire peut contester une AG ou des résolutions
 
  • Seul un copropriétaire défaillant, c’est-à-dire absent du vote, ou opposant, c’est-à-dire ayant voté contre une résolution peut contester une résolution
 
  • La contestation doit se faire par assignation, par un acte d’avocat délivré par huissier. C’est cet acte qui saisira le Tribunal.
 
  • La contestation doit être faite dans un délai de deux mois suivant la notification du procès-verbal d’AG (Les mails, recommandé ou autres lettres n’ont aucun effet sur ce délai). Une fois le délai dépassé. La résolution est définitive. Veillez aussi à ce que votre adresse connue du Syndic soit la bonne. Il est utile de rappeler que le changement d’adresse est notifié par lettre recommandé avec AR au Syndic (art 64 du décret du 17 mars 1967).

Les motifs de contestation 

Les motifs sont extrêmement variés et aussi complexe que la loi sur la copropriété : non-respect des majorités, problème de convocation, abus de majorité, syndic hors mandat …

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000880200/2022-11-09/


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

MICHELOT Nicolas
Avocat Associé
ALQUIE , Membres du Bureau
BAYONNE (64)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 43 44 45 46 47 48 49 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK