S'inscrire à la newsletter
Un échange de mails peut avoir la même valeur qu’un contrat écrit

Un échange de mails peut avoir la même valeur qu’un contrat écrit

Publié le : 06/11/2018 06 novembre nov. 11 2018

Lorsqu'un écrit est exigé pour la validité d'un contrat, il peut être établi et conservé sous forme électronique, rappelle la Cour de cassation dans une décision du 11 juillet 2018.

Rappelons les faits. 

Le 27 juin 2013, l’ASSE Loire ( le club de football professionnel de Saint Etienne) avait confié à la société AGT UNIT, dont le gérant  est Monsieur Alexandre Gontran , titulaire d’une licence d’agent sportif, le soin de négocier le transfert du joueur gabonais  Pierre Emerick Aubameyang au sein du club de football allemand : le Borussia Dortmund.

Le transfert a été très rapide, réalisé en quelques jours. La société AGT UNIT a, dans la foulée, transmis sa facture à l’ASSE Loire, pour un montant de 777 400 euros TTC. Ce que le club stéphanois a, tout aussi rapidement, refusé de payer.

Le club de football a expliqué qu’il avait, en réalité, mené les négociations seul. Et que, de surcroît, le transfert n’avait pas respecté l’article L 222-17 du Code du sport qui stipule que le contrat d’agent sportif doit revêtir une forme écrite, écrit qui faisait défaut.

La société d'agent sportif a assigné l’ASSE Loire en paiement de la somme représentant le montant de la commission qu'elle estimait lui être due en vertu d'un mandat reçu de cette société aux fins de négocier avec le club allemand de football de Dortmund, le transfert d'un joueur, ainsi qu'en allocation de dommages-intérêts.

Par arrêt du 10 novembre 2016, la Cour d'appel de Lyon a rejeté les demandes de cette société d'agent sportif au motif "qu'un message électronique ne peut, par nature, pas constituer l'écrit concentrant les engagements respectifs des parties", exigé par l'article L. 222-17 du Code du sport.

Selon la Cour, les courriels échangés par les parties ne regroupaient pas dans un seul document les mentions obligatoires prévues par l'article L. 222-17, et ce en violation de ce texte.

La société AGT UNIT a formé un pourvoi en cassation en faisant valoir que l’ASSE Loire ne pouvait prétendre que le mandat litigieux ne respectait pas les règles énoncées par le Code du sport au seul motif qu'il avait été conclu par un échange de courriels, dès lors que ceux-ci comportaient tous les éléments exigés par ces dispositions.

Le pourvoi est accueilli et la première chambre civile de la Cour de Cassation casse et annule l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Lyon au double motif suivant :

- "Qu'en statuant ainsi, alors que l'article L. 222-17 du Code du sport n'impose pas que le contrat dont il fixe le régime juridique soit établi sous la forme d'un acte écrit unique, la cour d'appel, en ajoutant à la loi une condition qu'elle ne comporte pas, a violé le texte susvisé"

- "Attendu que, pour statuer comme il le fait, l'arrêt retient qu'un message électronique ne peut, par nature, constituer l'écrit concentrant les engagements respectifs des parties ;
Qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé les textes susvisés"

Ainsi , La cour considère que, sur la forme électronique du contrat, en vertu de l’article 1108-1 du Code civil (en vigueur au moment du litige, repris désormais à l’identique à l’article 1174 du même code), « lorsqu’un écrit est exigé pour la validité d’un acte juridique, il peut être établi et conservé sous forme électronique », dans les conditions prévues par ce même code. Le requérant ne pouvait donc pas se prévaloir du simple fait que le contrat avait été conclu par un échange de courriels pour affirmer qu'il n'était pas valide.


Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Onidji - Fotolia.com
 

Auteur

Christophe Delahousse
Avocat
Cabinet Chuffart Delahousse
ARRAS (62)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 17 18 19 20 21 22 23 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.