S'inscrire à la newsletter

De l'eau publique à l'eau privée

Publié le : 22/11/2007 22 novembre nov. 2007

Dans un arrêt en date du 9 juillet 2007 la COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL de MARSEILLE vient de livrer une solution qui, pour classique qu’elle est, n’en mérite pas moins d’être régulièrement rappelée.

De la nature d'un contratSe prononçant dans un dossier concernant la commune d’ALET-LES-BAINS, elle a rappelé que, pour être qualifiée de convention de Droit Privé, un contrat ne devait pas prévoir d’une part la participation du cocontractant à la gestion du service public, ni comporter de clause exorbitante.

Dans le cas d’espèce, une commune avait souscrit un contrat de fourniture d’eau avec une autre commune, puis avait refusé de la renouveler.

La Cour a considéré :

« Considérant qu’il ressort des pièces du dossier que l’objet du contrat en litige consiste en la fourniture à la commune de LIMOUX par la commune d’ALET-LES-BAINS d’eau de source en provenance du sous-sol de cette dernière, par son réseau hydraulique des eaux chaudes ; que ce contrat n’a pas pour objet l’organisation du service public de la distribution de l’eau potable sur le territoire de la commune de LIMOUX ; qu’il ne fait pas participer la commune d’ALET-LES-BAINS simple fournisseur, à l’exécution même de ce service ; qu’il n’a pas été passé selon les règles prévues par le Code des Marchés Publics ; qu’il ne comporte enfin aucune clause exorbitante du Droit Commun ».

Au visa de ces considérations, la Cour d’Appel de MARSEILLE rappelle les critères essentiels du caractère public d’un contrat et considère qu’en l’espèce il s’agit d’un contrat de Droit Privé.

Dès lors, la Cour considère qu’il n’appartient pas à la juridiction administrative d’en connaître.

Ce rappel est d’autant plus instructif qu’il mît en présence deux communes dont l’une, celle de LIMOUX, est plus connue pour sa livraison de blanquette de Limoux, que d’eau de source.

Le commune d’ALET-LES-BAINS et celle de LIMOUX aurait donc pu s’entendre par un échange de bons procédés à savoir la livraison d’eau de source en provenance du réseau hydraulique des eaux chaudes de la commune d’ALET-LES-BAINS contre la livraison de la fameuse Blanquette de la part de la commune de LIMOUX...

Le Droit Public échappe cependant à ces considérations et, au gré de cet arrêt, opère un nouveau rappel que les praticiens et les acteurs du Droit Public auront à cœur de ne pas oublier.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DROUINEAU Thomas
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 155 156 157 158 159 160 161 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.