S'inscrire à la newsletter
Délivrance par erreur d'une quittance de remboursement intégral de la créance

Délivrance par erreur d'une quittance de remboursement intégral de la créance

Publié le : 12/12/2011 12 décembre Déc. 2011
La délivrance d'une quittance par un créancier du remboursement intégral de sa créance par son débiteur ne l'empêche pas de démontrer que ledit remboursement n'a en réalité pas eu lieu.Preuve que le remboursement n'a pas eu lieu

Une fausse bonne nouvelle pour les banques : quittancer ne prouve pas forcément avoir été payé mais encore faut-il pouvoir prouver le non-paiement dans les règles : Cass. civ. 1 - 4 novembre 2011, pourvoi n° 10-27.035.

Cet arrêt qui a reçu une large diffusion, arrête un principe (1) et en confirme un autre (2) sans toutefois donner pleine satisfaction (3).



1. Pour la Première Chambre Civile de la Cour de cassation dans le présent arrêt, contrairement à ce que l'on pouvait communément penser (v., par ex., X. DELPECH, DALLOZ 2010, p. 2156, à propos de Cass. civ. 1, 16 septembre 2010), la délivrance d'une quittance par un créancier du remboursement intégral de sa créance par son débiteur ne l'empêche pas de démontrer que ledit remboursement n'a en réalité pas eu lieu.

En l'espèce, une erreur informatique avait fait qu'une banque avait adressé à ses débiteurs une quittance de remboursement intégrale du prêt alors que ce n'était pas le cas. Les débiteurs s'en prévalaient en défense à l'action en paiement du solde du prêt par la banque.

La Cour d'appel avait relevé des faits de l'espèce que, le solde du prêt n'avait effectivement pas été réglé à la Banque ainsi que cette dernière le prétendait malgré la délivrance d'une quittance à ses débiteurs.

Mais si la Cour de cassation a retenu le principe selon lequel "celui qui a donné quittance peut établir que celle-ci n'a pas la valeur libératoire qu'implique son libellé", ce qui est heureux en terme de vérité judiciaire; la haute Juridiction exige cependant que cette preuve soit rapportée dans les conditions prévues aux articles 1341 et suivants du Code Civil, ce qui change tout.


2. Précisément, pour la Première Chambre Civile, la preuve du non-paiement d'une créance constitue donc un acte juridique qui se prouve selon les exigences de l'écrit issues des dispositions de l'article 1341 du Code Civil (pour les actes civils s'il faut le préciser, la preuve d'un acte commercial s'effectuant toujours par tous moyens).

En pratique, l'on voit immédiatement la difficulté qui consistera pour la Banque à produire un document écrit succédant à une quittance erronée et qui justifierait du non règlement intégral de la créance.

Autant dire mission compliquée!


3. Cette posture de la Première Chambre Civile est d'autant plus incompréhensible qu'elle retient la solution inverse pour la preuve du paiement d'une créance civile qui est pour elle "un fait juridique qui se prouve par tous moyens" (v. Cass. civ. 1 16 septembre 2010, préc., pourvoi n° 09-13.947).

Indépendamment du débat doctrinal sous-tendant cette problématique à savoir la nature du paiement et du non-paiement : acte ou fait juridique?, force est de déplorer tant les contradictions existant entre les Chambres de la Cour de cassation (pour la Chambre Sociale, le paiement est un acte et non un fait juridique, cf. Cass. Soc., 11 janvier 2006, pourvoi n° 04-41.231) que dans les principes retenus par la Première Chambre traitant différemment en matière probatoire, le paiement et le non paiement.

Mais ses voies sont parfois impénétrables...



L'auteur de cet article:Stéphane ASENCIO, avocat à Bordeaux



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © JNT Visual - Fotolia.com

Historique

<< < ... 542 543 544 545 546 547 548 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.