S'inscrire à la newsletter
La démolition des constructions illégales

La démolition des constructions illégales

Publié le : 16/08/2017 16 août Août 2017
Un permis de construire est toujours délivré sous réserve du respect des droits des tiers, lesquels ont la possibilité de former contre cette autorisation administrative un recours pour excès de pouvoir dans les deux mois de l’affichage du permis sur le terrain.

À moins d’avoir obtenu du juge des référés administratifs une ordonnance qui suspend le caractère exécutoire du permis de construire délivré, le pétitionnaire a parfaitement le droit de construire alors même qu’un recours pour excès de pouvoir est pendant devant la juridiction administrative.


Dans l’hypothèse d’une annulation du permis se pose alors la question du devenir des constructions réalisées.


Pour y répondre l’article L. 480–13 du code de l’urbanisme dispose que le propriétaire ne peut être condamné à démolir que si, préalablement, le permis a été annulé pour excès de pouvoir par la juridiction administrative et si la construction est située dans l’une des zones qu’il énumère (zones littorales, cœurs des parcs nationaux, sites inscrits ou classés, sites Natura 2000, périmètres de protection d'un immeuble classé ou inscrit...)..

L’action en démolition doit être engagée dans le délai de deux ans qui suit le jugement d’annulation du permis devenu définitif. 

À l’extérieur du périmètre de ces secteurs protégés, le tiers qui s’estime lésé par la construction n’aura d’autre choix que de solliciter auprès du tribunal de l’ordre judiciaire des dommages et intérêts et ceci dans le délai de deux ans à compter de l’achèvement des travaux.

Contrairement aux conditions d’exercice de l’action en démolition, le juge judiciaire peut être saisi alors même que le permis de construire est devenu définitif car n’ayant pas été contesté dans le délai. La question de la légalité du permis de construire fera alors l’objet d’une question préjudicielle posée par le Juge judiciaire au Juge administratif.

Cependant, la restriction du champ de l’action en démolition pour manquement d’une construction aux règles d’urbanisme et aux servitudes d’utilité publique imposée par l’article L480–13 du code de l’urbanisme n’a aucune incidence sur l’action en démolition intentée sur le fondement du trouble anormal de voisinage.

Il existe en effet une indépendance totale entre la sanction des règles d’urbanisme et les troubles de voisinage.

Ainsi, le tiers lésé par une construction voisine qui se place sur le fondement de l’article 1382 du Code civil devenu 1240 pour solliciter réparation d’un préjudice dont il aura rapporté la preuve du caractère anormal, peut obtenir du juge judiciaire la démolition.

À l’exception toutefois des ouvrages constituant des ICPE nécessitant une autorisation préalable administrative sanctionnant le manquement aux règles de sécurité et de salubrité publiques prévue par le code de l’environnement et pour lesquels, la Cour de cassation a jugé que le juge judiciaire ne pouvait se substituer à l’autorité administrative en ordonnant leur démolition ou leur fermeture.

Ainsi, les tribunaux judiciaires sont  compétents pour se prononcer tant sur les dommages-intérêts à allouer aux tiers lésés par le voisinage d’un établissement dangereux, insalubre ou incommode, que sur les mesures propres à faire cesser le préjudice qu’il pourrait causer dans l’avenir, à la condition que ces mesures ne contrarient point les prescriptions édictées par l’administration dans l’intérêt de la sûreté et de la salubrité publique.


Karine JAULIN BARTOLINI 


Cet article n'engage que son auteur.


Crédit photo : © cataliseur30 - Fotolia.com
 

Historique

<< < ... 122 123 124 125 126 127 128 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.