S'inscrire à la newsletter

Esclavage moderne : l'infraction de traite d'êtres humains

Publié le : 19/02/2013 19 février févr. 02 2013

Aboli en 1848 en France, l'esclavage demeure aujourd'hui bien présent dans certains foyers de l'hexagone. L'infraction de traite des êtres humains gravée à l'article 225-4-1 du Code pénal est alors de prime importance.

Une infraction civile encore retenue sporadiquementLe Comité contre l'Esclavagisme Moderne (site officiel) oeuvrait pour sa reconnaissance dans un procès récent, la Cour d'Appel de Caen y a fait droit : l'infraction de "traite d'être humain" vient d'être retenue à l'encontre d'une quadragénaire propriétaire d'un haras en Normandie.

Cette quadragénaire normande a employé un cambodgien qu'elle rétribuait insuffisamment et ceci est un euphémisme. Son état de santé était déplorable, s'arrachant lui-même ses dents gâtées et souffrant de multiples engelures, c'est le corps endoloris qu'il fût retrouvé en 2010.

La propriétaire du haras a été condamnée à une peine d'un an de prison avec sursis et au paiement de 12 000 euros de dommages-intérêts.

L'infraction de traite d'être humain est très rarement retenue. Elle fût créée en 2003 et figure dans le Code pénal à l'article L 225-4-1. L'infraction fut retenue pour la première fois en 2010 à l'encontre d'un couple dans une affaire de servitude domestique. La traite des êtres humains est prohibée par une myriade de conventions internationales. La Convention de l'Europe a ainsi rédigé la Convention de Varsovie ratifiée par la France en 2008, l'abolition de l'esclavage en France datant quant à elle du décret de 1848 dont Victor Schoelcher fut le fer de lance. Comme le disait avec éloquence Aimé Césaire: "évoquer Schoelcher, ce n'est pas évoquer un vain fantôme, c'est rappeler à sa vraie fonction un homme dont chaque mot est encore une balle explosive. Schoelcher dépasse l'abolitionnisme et rejoint la lignée de l'homme révolutionnaire : celui qui se situe résolument dans le réel et oriente l'histoire vers sa fin".

C'est un truisme d'affirmer que la réification des êtres humains perdure encore dans les pays développés. On peut citer pour exemple récent le cas de cette jeune adolescente ivoirienne de 14 ans qui a été achetée par un jeune couple résidant dans le Vaucluse pour une poignée de francs CFA (La Provence, "Cavaillon : Charlotte était-elle esclave chez un couple?", 14 février 2013). Des ONGs comme le CCEM luttent chaque jour à l'échelle internationale contre ce fléau afin de protéger et restaurer la dignité humaine.

RAMA Chloé, eurojuris France





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 80 81 82 83 84 85 86 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.