Hospitalisation d'office à la demande du Préfet: censure du Conseil constitutionnel

Publié le : 15/06/2011 15 juin juin 06 2011

Le Conseil constitutionnel a censuré deux articles du Code de santé publique sur l'hospitalisation d'office à la demande du préfet, ce qui va obliger les sénateurs à modifier le projet de loi sur ce thème, actuellement en navette au Parlement.

Les conditions de l'hospitalisation d'officeDans le prolongement de sa décision du 26 novembre 2010, le Conseil constitutionnel a jugé , dans une décision du 9 juin 2011, que l'article L3213-1 du Code de la santé publique relatif aux conditions de l'hospitalisation d'office, et l'article L3213-4 relatif au maintien de l'hospitalisation d'office, étaient contraires à la Constitution.

La première censure porte sur l'article L.3213-1: désormais, si le second certificat médical , établi dans les 24 heures suivant l'admission, stipule comme le premier qu'une sortie du malade est possible, le préfet sera tenu alors de mettre fin à la privation de liberté.

La deuxième censure de l'article L.3213-4 est similaire à celle prononcée le 26 novembre 2010 concernant le régime de l'hospitalisation d'office à la demande d'un tiers : il sera désormais interdit à un préfet de maintenir le malade hospitalisé au-delà de 15 jours sans l'intervention d'un juge des libertés et de la détention.

Le Conseil constitutionnel a fixé au 1er août 2011 la prise d'effet de la déclaration d'inconstitutionnalité des articles L. 3213-1 et L. 3213-4.


Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 575 576 577 578 579 580 581 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK