S'inscrire à la newsletter
Intermédiaires en opérations de banque et en service de paiement: les nouveautés

Intermédiaires en opérations de banque et en service de paiement: les nouveautés

Publié le : 28/02/2012 28 février févr. 02 2012

La loi du 22 octobre 2010 de régulation bancaire et financière voit aujourd'hui par un décret n° 2012 - 101 du 26 janvier 2012, précisées, ses dispositions relatives aux intermédiaires en opérations de banque et en service de paiement.

Les nouvelles dispositions relatives aux intermédiaires en opérations de banque et en service de paiement



Toute une activité professionnelle disparate est visée : courtiers en prêt et regroupements de crédit qui exercent cette activité à titre principal mais d'autres également à titre plus accessoire que sont les conseils en gestion de patrimoine, des agents généraux d'assurance voire des agents immobiliers (ils seraient 100.000 selon Bercy mais 30.000 tout au plus pour l'Autorité de Contrôle Prudentiel.

La régulation de leur activité s'impose ainsi compte tenu de leur poids croissant. En matière de crédit immobilier par exemple, les courtiers ont financé environ 25% de la production de crédits immobiliers en 2010 (avec trois principaux acteurs CAFPI, MEILLEURSTAUX et EMPRUNTIS réunis pour optimiser leur lobbying à Bruxelles).

L'activité de restructuration de dettes qui est la seconde en terme de poids économique, regrouperait des professionnels qui se rémunèrent également sur les commissions versées par les établissements bancaires.

Contrairement aux conseils en investissements financiers, ces intermédiaires n'avaient pas à adhérer à une association professionnelle. Certes, il existait l'AFIB (Association française des intermédiaires bancaires) qui a fusionné avec le Syndicat des intermédiaires en opérations de banque (SIOB) mais CAFPI, MEILLEURSTAUX, EMPRUNTIS et AB COURTAGE ont récemment créé l"APIC : Association professionnelle des intermédiaires en crédit proposant aux adhérents éventuels le respect d'une charte déontologique qui reprend les principes de transparence des rémunérations, de qualification professionnelle, d'assurance responsabilité professionnelle.

Ainsi, le décret du 26 janvier 2012 :

  • complète l'article L. 519-1 du Code Monétaire et financier et définit cette activité d'intermédiation ;
  • crée un article R. 519-1 qui précise ce qu'est l'activité soumise aux dispositions légales susvisées : " (...) le fait pour tout personne de solliciter ou recueillir l'accord du client sur l'opération de banque ou le service de paiement ou d'exposer oralement ou par écrit à un client potentiel les modalités d'une opération de banque ou d'un service de paiement, en vue de sa réalisation ou de sa fourniture".
  • fixe les obligations d'immatriculation sur le registre unique des intermédiaires en assurances, tenu par l'organisme pour le registre des intermédiaires en assurances (ORIAS) avec des exemptions d'immatriculation pour ceux qui offrent certains crédits à la consommation et professionnels (art. 519-2 CMF).
  • répartit les professionnels en quatre catégories selon leur lien avec les établissements bancaires et financiers. Ainsi est seul courtier selon la nomenclature légale, celui qui intervient sous mandat du client sans mandat de l'établissement de crédit ou de paiement.
  • soumet ces professionnels à des obligations de capacité professionnelle, d'assurance de responsabilité professionnelle, de garantie financière et de règles de bonne conduite fonction de leur catégorie d'appartenance (art. R. 519-6 à R 519-31 nouv.)
Globalement, les contraintes légales d'information et de transparence sont plus fortes pour les courtiers en opération de banque et en service de paiement et leurs mandataires à l'égard des établissements bancaires et de crédit, ce qui est heureux.



L'auteur de cet article:Stéphane ASENCIO, avocat à Bordeaux





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © fotostockpix.com - Fotolia.com

Historique

<< < ... 100 101 102 103 104 105 106 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.