S'inscrire à la newsletter

Jacques Attali accepte une mission du gouvernement Fillon

Publié le : 25/07/2007 25 juillet Juil. 2007
Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, vient d’accepter une mission du gouvernement Fillon : il présidera une commission de réforme sur les freins à la croissance française. Le premier ministre s'est tourné vers lui après le refus du premier président de la Cour des comptes Philippe Séguin, qui devait à l'origine présider cette commission.

Examiner les conditions d’une libération de la croissance françaiseJacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, vient d’accepter une mission du gouvernement Fillon : il présidera une commission de réforme sur les freins à la croissance française. Le premier ministre s'est tourné vers lui après le refus du premier président de la Cour des comptes Philippe Séguin, qui devait à l'origine présider cette commission.

Il est chargé d’examiner « les conditions d’une libération de la croissance française » écrit l’ex-conseiller sur son blog, et d’en identifier tous les obstacles « depuis le mode de sélection des élites dirigeantes, jusqu’aux rentes de situation des professions réglementées, en passant par les difficultés de la recherche, les obstacles à la création d’entreprise et à leur financement, les insuffisances de la mobilité sociale et les limites à l’accroissement de la population active ». Ce qui, selon lui, « ne suppose pas une solidarité à l’égard de l’action gouvernementale », précise-t-il à Libération.fr.

La composition de cette commission ne devrait pas dépasser 15 à 20 personnes. Attali entend ainsi regrouper « un maximum de responsables syndicaux, politiques et des dirigeants étrangers, ceux qui regardent la France de l’extérieur, à la Banque mondiale, l’OCDE ou encore le FMI ». D’ailleurs Dominique Strauss-Kahn pourrait en faire partie s’il était « nommé à la tête du Fond monétaire international ». Un document intermédiaire devra être remis à François Fillon à la fin de l’année, puis son rapport définitif au printemps 2008.

Cet économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, a entamé une très étroite collaboration avec François Mitterrand dès 1973, pour devenir son conseiller principal dès son élection présidentielle en 1981. C’est aussi le fondateur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Depuis 1998, il préside l’ONG PlaNet Finance, très impliquée dans les politiques de développement et le microcrédit.





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 923 924 925 926 927 928 929 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.