La Loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006

Publié le : 01/02/2006 01 février Fév. 2006
Les changements qu'elle impliqueJusqu’à la Loi du 5 janvier 2006, il n’existait pas de fonds agricole à l’image du fonds de commerce.

La Loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006 a pour objet de permettre, sur option, à l’exploitant seul de décider de créer un fonds agricole afin de regrouper les principaux éléments mobiliers de son exploitation.

Jusqu’à cette Loi, lorsque l’exploitant exerçant à titre individuel n’avait pas créé de société d’exploitation, alors les éléments constitutifs de cette exploitation n’étaient pas appréhendés dans leur globalité.

Ces éléments étaient considérés séparément lors de la transmission de l’exploitation agricole.

Par conséquent, l’objectif principal de cette Loi d’orientation agricole est de permettre aux exploitations de se transformer en véritable entreprise et de consolider ainsi leur place économique face aux concurrents.

Le choix pour l’exploitant de créer un fonds agricole lui permet de favoriser ainsi la constitution d’une unité économique ayant une valeur patrimoniale pour le tout et pouvant faire l’objet d’une cession pour le tout.

L’exploitant qui souhaiterait unir l’ensemble de ses biens professionnels destinés à son exploitation déclare tout simplement au Centre des Formalités de la Chambre d’Agriculture compétente son option pour le fonds agricole.

L’avantage de cette option pour le fonds agricole consiste à offrir à son exploitation individuelle un outil de gestion appréhendé de manière globale qui peut d’ailleurs constituer une alternative à sa mise en société.

Ce fonds agricole permet en outre de bénéficier d’un véritable instrument de transmission de son exploitation et lui permet de disposer d’un instrument de crédit pour augmenter sa capacité financière et offrir ainsi au banquier une nouvelle garantie en nantissant le fonds.

Ce fonds agricole qui est donc un patrimoine d’exploitation global est susceptible de comprendre le cheptel mort, les stocks, l’enseigne, les dénominations, la clientèle, les marques mais aussi les nouveaux baux cessibles de l’article L 418-1 du Code rural (cf. VITI AVENIR).

En résumé, cette Loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006 a deux intérêts majeurs : l’option de l’agriculteur pour la création d’un véritable fonds agricole et la création d’un nouveau bail rural spécial cessible en dehors du cadre familial.

Nous détaillerons dans les prochains numéros de VITI ces deux innovations majeures.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

GAUCHER-PIOLA Alexis
Avocat Associé
Alexis GAUCHER-PIOLA
LIBOURNE (33)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 934 935 936 937 938 939 940 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris