S'inscrire à la newsletter
La question prioritaire de constitutionnalité: un nouveau droit pour les citoyens

La question prioritaire de constitutionnalité: un nouveau droit pour les citoyens

Publié le : 28/12/2010 28 décembre déc. 12 2010

Il a été institué la faculté de saisine du Conseil Constitutionnel pour que soit apprécié si une disposition législative évoquée à l’occasion du procès porterait atteinte « aux droits et libertés que la Constitution garantit ».

La question prioritaire de constitutionnalité (QPC)
La réforme

Jusqu’au 1er mars 2010 (date d’application de la réforme), la France ne connaissait que du contrôle a priori de la constitutionnalité des lois dans des conditions très restrictives de saisine depuis 1958 (Président de la République, Président des Assemblées…) et depuis 1974 (à l’initiative d’un groupe minimum de 60 députés ou sénateurs).

Pour rattraper le retard face à d’autres pays (USA, Italie, Allemagne…), il a été institué par la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 et organisé par la loi organique du 10 décembre 2009 – seulement à l’occasion d’un litige porté devant une Juridiction de l’ordre judiciaire ou de l’ordre administratif – la faculté de saisine du Conseil Constitutionnel pour que soit apprécié si une disposition législative évoquée à l’occasion du procès porterait atteinte « aux droits et libertés que la Constitution garantit ».

L'étendue de la réforme

Il s’agit principalement de la Constitution de 1958 avec son préambule, du préambule de la Constitution de 1946, de la déclaration des Droits de l’homme et des citoyens de 1789, d’un certain nombre de principes fondamentaux tels la liberté d’association ou les droits de la défense, encore de la Charte de l’environnement (intégrée à la Constitution).

Cette innovation vient utilement compléter le droit positif actuel puisque si l’on pouvait au regard des Conventions internationales (comme la Convention européenne des Droits de l’homme) faire écarter (mais non pas abroger) une disposition législative portant atteinte à un droit fondamental, le nouveau texte permet l’abrogation de l’article de loi litigieux ; ainsi, le citoyen peut, si ses représentants ne l’ont pas pressenti (ce fut le cas pour les lois de procédure pénale sur la garde à vue), demander au juge le respect des principes fondamentaux.


La procédure

La loi a voulu que des délais brefs soient imposés de sorte que le traitement de l’affaire (provisoirement suspendue) ne soit pas trop retardé.

Pour autant, le recours au Conseil Constitutionnel (qui doit faire l’objet d’une question préalable qui sera prioritairement traitée) est « filtré » par la Cour de Cassation (judiciaire) ou le Conseil d’Etat (administratif) qui, après le premier juge, vérifiera (et plus rigoureusement) le sérieux de la question, le fait que la constitutionnalité du texte n’a pas été déjà appréciée et encore le fait que le texte litigieux a une incidence sur le litige à l’occasion duquel l’inconstitutionnalité est évoquée.


La réelle mise en oeuvre

Le filtre n’empêche toutefois pas le contrôle puisqu’au 30 novembre 2010, le Conseil Constitutionnel avait rendu 54 décisions dont 30 % de non-conformité totale ou partielle aux droits et libertés garantis par la Constitution alors que 26 questions demeuraient en instance de traitement.

Les professionnels du droit, et en particulier les avocats d’Eurojuris, sont particulièrement impliqués dans la mise en œuvre de ce moyen de droit nouveau qui ouvre des perspectives indiscutables pour obtenir consécration du droit des citoyens.

Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

FORTUNET Eric
Avocat Associé
Eric FORTUNET
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 112 113 114 115 116 117 118 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.