S'inscrire à la newsletter

La rupture du contrat de Coopérative

Publié le : 17/09/2009 17 septembre sept. 09 2009

Les dispositions du Code rural disposent que sauf en cas de force majeure dûment justifiée et soumis à l’appréciation du Conseil d’Administration, nul associé coopérateur ne peut se retirer de la coopérative avant expiration de sa période d’engagement.

Retrait de la coopérative avant expiration de la période d’engagementToutefois, en cas de motif valable, le Conseil d’Administration peut, à titre exceptionnel, accepter sa démission au cours de cette période si son départ ne doit porter aucun préjudice au bon fonctionnement de la coopérative.

La demande de démission en cours de période d’engagement est adressée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception au Président du Conseil d’Administration.

Il en ressort que le Conseil d’Administration a la faculté, et non l’obligation, d’accepter le retrait d’un coopérateur, même lorsque celui-ci justifie d’un motif valable.

Par décision du 14 octobre 2008, la Cour d’Appel de MONTPELLIER a eu à connaître d’une affaire engagée à l’initiative d’un coopérateur qui a souhaité se retirer de la Coopérative malgré le refus du Conseil d’Administration.

Le Coopérateur arguait devant les tribunaux que les difficultés économiques et financières de son exploitation ne lui laissaient pas le choix et lui imposaient de démissionner de son engagement de coopérateur.

Il se fondait ainsi sur les difficultés économiques qui présentaient des caractères d’une force majeure.

La force majeure est définie selon le Code civil et la jurisprudence comme un évènement imprévisible extérieur et irrésistible à l’égard de celui qui s’en prévaut.

En l’espèce, la Cour d’Appel de MONTPELLIER a jugé que la seule allégation de difficultés économiques et financières de son exploitation, ne présente pas les conditions d’extériorité, d’imprévisibilité et d’irrésistibilité de la force majeure, autorisant le retrait de l’associé coopérateur dont la démission n’a pas été acceptée par le Conseil d’Administration de la Coopérative Viticole.

Il est particulièrement difficile de démontrer, devant les tribunaux, que des difficultés économiques ont eu un caractère totalement imprévisible, irrésistible et extérieur.

Cette position de la Cour d’Appel de MONTPELLIER, qui est conforme à celle de la Cour de Cassation, assure ainsi une certaine intangibilité au contrat passé entre les caves coopératives et les coopérateurs étant rappelé que le contrat est la Loi des parties.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

GAUCHER-PIOLA Alexis
Avocat Associé
Alexis GAUCHER-PIOLA
LIBOURNE (33)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 133 134 135 136 137 138 139 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.