S'inscrire à la newsletter

Le divorce "à l'amiable"

Publié le : 26/11/2008 26 novembre nov. 11 2008

Un divorce "à l'amiable" peut s'envisager de deux façons. Votre avocat est là pour vous conseiller sur l'option procédurale la mieux à même de correspondre à votre situation.

Un divorce de plus en plus consensuelI- Le divorce par consentement mutuel

Une requête conjointe signée par les deux époux est déposée au Tribunal.

Figure en annexe à la requête une convention réglant les conséquences du divorce entre les époux et à l'égard des enfants. Cette convention va comporter la liquidation du régime matrimonial, qui consiste à faire les comptes entre les époux avant de partager les éléments de leur patrimoine.

En ce cas, le divorce est prononcé lors d'une audience unique, après vérification par le juge de l'équilibre des modalités prévues dans la convention.

Si cette option paraît rapide, en réalité, il peut s'écouler plusieurs mois avant de pouvoir signer une convention, compte tenu des délais nécessaires pour procéder à la liquidation du régime matrimonial, notamment en présence d'un bien immobilier commun.

En revanche, pour un couple sans biens immobiliers communs et sans enfants, le divorce peut être prononcé en quelques semaines, le délai étant alors principalement fonction de l'encombrement du tribunal. Les actes peuvent en effet être rédigés dans un délai très court, sous réserve que toutes les pièces nécessaires auront été réunies.


II- Le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage

Dans cette hypothèse, le divorce se déroule en deux phases :

1- La première phase est initiée par le dépôt d'une requête unilatérale, c'est-à-dire déposée par l'un des époux seulement, qui demande au juge de fixer, lors d'une première audience dite "de non-conciliation" et après débat contradictoire entre les parties, les mesures provisoires qui règleront les rapports entre époux jusqu'à la fin de la procédure de divorce.

Ces mesures sont reprises dans l'ordonnance de non-conciliation, décision rendue par le juge qui s'appliquera tant que la décision prononçant le divorce n'est pas devenue définitive.

Bien entendu, les époux peuvent se mettre d'accord sur ces mesures provisoires, qui seront alors entérinées par le juge si elles apparaissent conformes à l'intérêt de chaque époux et à l'intérêt des enfants le cas échéant.

2- Ensuite, dans la seconde phase de la procédure, après délivrance de l'assignation en divorce, les époux peuvent prendre des accords sur tout ou parties des conséquences du divorce et soumettre une convention au juge.

Il est intéressant d'envisager ce type de procédure lorsque les époux ont besoin d'un peu de temps pour réorganiser leurs vies séparées, notamment par rapport aux enfants. En effet, cela permet de "tester" une nouvelle organisation avant de la mettre en place de manière permanente.

En outre, si la liquidation du régime matrimonial doit prendre du temps, notamment pour permettre la vente d'un bien immobilier commun, cette procédure permet de bénéficier d'un cadre juridique durant le temps de la procédure, ce qui peut rassurer les époux, voire permettre un apaisement des conflits, pour parvenir ensuite à trouver des accords, dans l'intérêt de tous.

De manière générale, depuis la réforme de 2004, le divorce est bien plus consensuel, puisqu'il est toujours possible de trouver des accords, quel que soit le stade de la procédure, et de les faire entériner par le juge.



Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 143 144 145 146 147 148 149 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.